10KM : J’ai nagé mon premier marathon aquatique ! #OpenSwimStars2018

Cela faisait des années que je rêvais de pouvoir nager une course de 10KM, après avoir nagé de nombreuses courses de 5KM. Jusqu’alors le 10 kilomètres était un lointain objectif, assez inaccessible, correspondant à un effort – pour mon niveau – d’environ 3 heures.

Samedi 16 juin 2018 les conditions étaient idéales, dans le bassin de la Villette, une fin d’après-midi ensoleillée, je m’élançais en simple maillot de bain dans une eau à 21°C accompagné d’une bonne centaine de participants à cette édition 2018 de l’Open Swim Stars, pour la plupart en combinaison néoprène intégrale.

(crédit photo Foucha/Ferraro/Refas)

Mais avant de me retrouver au beau milieu du Canal de l’Ourcq à participer à ce marathon aquatique, j’ai suivi le plus assidument possible au cours des derniers mois les entraînements dans mon club, le Neptune Club de France. A raison de trois à quatre séances d’une heure par semaine, plus une séance de préparation physique générale (musculation). Je faisais à peu près la distance de la course chaque semaine à la nage, en entrainement variés, incluant du fractionné.

Le départ est donc donné aux alentours de 16h45, depuis Pantin. Le parcours a été modifié la veille par principe de précaution contre un risque bactérien dû aux fortes pluies survenues quelques jours plus tôt. Dès le départ de la course, un sentiment un peu euphorique m’envahit, je suis dans ma course tant attendue. Nous commençons par remonter le courant, pendant 2500m. N’ayant pas repéré le parcours, cela semble très long. Nous passons sous des ponts pas très engageants.  Lorsque la bouée à contourner est à portée de vue, le peloton de tête arrive déjà en face, il y a quatre nageurs en plein effort, je prends un instant pour les observer. Ils se sont nettement détachés du reste des participants.

Premier ravitaillement, puis demi-tour direction Pantin. En forme j’en profite pour accélérer doucement et doubler quelques personnes. Ce second 2500m semble passer beaucoup plus vite. Lorsque Pantin est en vue, le peloton des nageurs du 5KM vient d’être lancé à contre-courant, je sais que dans quelques minutes la tranquillité de ma course va être légèrement troublée. Les premiers nageurs du 5KM tout frais passent comme des flèches en ligne droite les uns derrière les autres à quelques mètres. Quelques minutes plus tard c’est par dizaines qu’ils essayent de se frayer un chemin.

Dans ce moment de confusion je n’ai pas trouvé le second ravitaillement. Des nageurs aux bonnets blanc du 5KM me chatouillent les pieds, je me retrouve plusieurs fois pris en sandwich, mais je n’essaye pas d’accélérer, la course est loin d’être terminée et le plus difficile je le sais, est à venir !

Vers le septième kilomètre environ, des douleurs aux bras arrivent. D’abord le bras droit puis très vite également le gauche. Comme des petites décharges sur toute la longueur du muscle, de la main à l’épaule. Les muscles ont sans doute consommé tout le sucre, ils commencent à pomper dans les réserves. Impossible de garder le rythme, je réduits la vitesse, en espérant que le phénomène ne va pas s’accentuer car je n’ai pas envie de finir la course en battements, ou en brasse !

Au 7500m alors que je nage au milieu du canal j’aperçois in-extremis le ravitaillement ! Je fais presque demi-tour pour m’y rendre, la boisson sucrée est réellement bienvenue. J’en bois deux gobelets.

Il faut tenir, j’applique quelques éducatifs pour relâcher les muscles, le toucher épaules, aisselles, l’éducatif du crawl « hésitant ». J’ai toujours mal aux bras, mais enfin je passe devant la Villette. Depuis le tout début de la course de nombreux curieux applaudissent ou simplement regardent, mais à l’approche de l’arrivée il y a de plus en plus de monde. Les bras engourdis, je continue d’avancer, le dernier pont avant l’entrée sur le bassin. Il reste un peu plus d’un kilomètre. De nombreuses plantes aquatiques arrivent juste sous la surface, les observer me fait un instant oublier la peine que mes bras subissent. Je contourne les deux dernières bouées, les algues sont de plus en plus abondantes.

Au moment où je vois l’embouchure de l’entonnoir au bout duquel la plaque d’arrivée, un autre nageur au bonnet doré me double, il est hors de question que je perde une place au classement, malgré mes douleurs persistantes aux bras, je mets mes dernières forces sur la fin de la course et touche la plaque. Ma course aura duré 3 heures 1 minute et 33 secondes !

Je ressens un sentiment d’accomplissement personnel, une joie indescriptible d’être arrivé au bout de ce 10 kilomètres. D’avoir tenu jusqu’au bout malgré mes douleurs aux bras. Je mesure également tout le travail d’entraînement, qui m’a permis de maintenir un geste technique efficace tout au long de l’épreuve, ainsi que l’expérience de course d’eau libre plus courtes qui m’ont permis de connaître et appréhender les difficultés qui peuvent survenir pendant ce type d’épreuve.

Bien que j’espérais un chrono compris entre 2h45 et 3h, je suis néanmoins très satisfait.

Cette expérience me permet d’appréhender des distances plus longues que celles sur lesquelles j’avais l’habitude de concourrir, le prochain objectif sera de réduire le temps de course, et pourquoi pas de me lancer dans des distances plus longues. Cela nécessitera dans tous les cas un entraînement un peu plus important.

Soupe d’algues et kilomètres supplémentaires, les épreuves de natation du Castle Swim Series ne sont pas encore complètement au point

Pour sa neuvième édition, le triathlon de Chantilly s’est diversifié et a proposé des épreuves de nage en eau libre ainsi que de running. L’ensemble des épreuves est répartie sur le week-end. Les épreuves d’eau libre ayant eu lieu le samedi matin, avec trois vagues de départ : 5KM, 2.5KM et 1 mile.

Nous étions une quarantaine à participer au 5KM, mais seulement une dizaine en maillot. Le parcours a été donné en ligne dans l’eau, et consistait en 3 tours du bassin. L’eau avait une couleur assez peu engageante, marron avec beaucoup de particules, mélangée avec des morceaux d’algues. Heureusement dès le premier virage l’eau était plus claire, mais aussi curieusement bien plus fraîche.

Les algues étaient omniprésentes lors de la course, ralentissant parfois la progression, mais surtout il y avait un endroit où ils étaient si denses que je me suis retrouvé à me débattre pendant une dizaine de secondes, complètement prisonnier, sans pouvoir avancer, par des algues arrivant au raz de l’eau. C’est normalement ce type d’obstacle qui aurait dû être signalé par une bouée, ou lors du briefing.

A la fin du premier tour, je commençais à comprendre que l’organisation avait mal mesuré le tracé et que les trois tours dépasseraient 5KM. C’est embêtant car pendant tout le second tour je me suis demandé si les organisateurs allaient s’en rendre compte et nous sortir à la fin du second tour. Finalement c’est bien trois tours qu’il a fallu faire, avec au final un chrono de 1 heure 50 qui me laisse croire que nous avons plutôt nagés 6500 mètres que 5000.

Un chrono qui ne servira donc à rien puisque la distance est erronée, même si je suis néanmoins content d’avoir participé à cette course et d’avoir pu monter sur le podium.

A noter également, peu de temps après la course et pendant plusieurs jours ensuite, j’ai eu pas mal de démangeaisons sur la peau, à cause de piqures de puce d’eau.

Pour résumer il y avait pas mal de points qui mériteraient d’être améliorés pour les prochaines éditions :

  • La distance du parcours aurait dû être respectée
  • Pas de consigne pour les affaires
  • Pas de douches
  • Les bouées à contourner auraient dû être dans une couleur qui se détache davantage, jaune ou orange, mais pas noires.
  • Arrachage d’algues ou positionnement des bouées pour un passage là où les algues sont moins denses
  • Trois courses simultanées avec des bouées différentes à contourner selon les couleurs de bonnet
  • Des chronos étranges à l’arrivée, il aurait été sympa par exemple de passer sous l’arche à chaque tour pour avoir les temps intermédiaires par tour et ainsi s’assurer que tout le monde a bien fait le parcours complet

Un bon point néanmoins, l’organisation très précise des horaires de course de chacun a été respecté, il n’y a donc eu ni surprise ni attente, vu le nombre de participants et de courses différentes, cela a le mérite d’être salué. De plus le podium a été fait assez peu de temps après la course.

On peut se réjouir de cette diversification qui contribue à mettre en lumière la discipline d’eau libre, et en fasse la promotion auprès des triathlètes, et on peut espérer que d’autres organisateurs de triathlon proposent à l’avenir également des courses de natation. Il est dommage cependant que ce développement ne se fasse pas en concertation avec la Fédération Française de Natation, afin d’uniformiser les distances, les règlements, et les conditions d’accès par une double labellisation FFN/FFTri pour les courses d’eau libre.

La baignade, la piscine naturelle du bassin de la Villette

La baignade est l’une des installations municipales dans le cadre de Paris Plage 2018. Pas moins de quatre bassins en plein air sont ainsi mis à disposition des usagers.

Une baignade temporaire ouverte tout l’été

La Baignade a été ouverte le mercredi 20 juin, et restera ouverte jusqu’au dimanche 9 septembre 2018. Elle est ouverte tous les jours de 11h à 21h, et entièrement gratuite.

Concernant les installations, il y a des cabines, des toilettes, des douches avec du savon, une terrasse avec des chaises longues à disposition, et quatre bassins :

  • deux bassins pour les enfants les plus jeunes, avec une profondeur de 40cm
  • un bassin de profondeur 1,20cm
  • un bassin avec 2m de profondeur

Des dales rigides sont disposées au fond de chaque bassin, les paroies percées sur les côtés des bassins permettent à l’eau de s’écouler tout en empêchant les algues, les poissons ou encore les objets de pouvoir traverser et de se retrouver dans le bassin. Un large plancher en bois a été amménagé autour des bassins pour permettre la circulation. Des maîtres-nageurs surveillent en permanence la zone de baignade.

Astuce: Je vous recommande d’apporter des tongs ou claquettes pour deux raisons : il n’y a pas de revêtement spécifique sur le sol entre le bassin et les vestiaires : les quais de la Loire contre lesquels sont installés les bassins sont recouverts d’un mélange de sable et poussière pas très agréable à marcher dessus. Et par ailleurs en cas de fort soleil le sol en bois autour des bassins est extrèmement chaud !

Le système de casier a évolué depuis le début de l’été, à cause de très nombreux vols. D’abord en libre service avec une pièce de 1€ pour choisir son casier, il faut désormais passer à l’accueil pour récupérer une clé de casier en échange d’un document d’identité.

D’ailleurs les vols sont un vrai fléau dans cette piscine d’après le personnel à l’entrée des bassins qui recommandant de laisser l’intégralité de ses affaires dans les casiers, et de bien garder la clé avec soi.

La qualité de l’eau, au centre de l’attention

Contrairement aux piscines traditionnelles, l’eau est celle du canal, lui même alimenté par l’eau de la Marne. Celle-ci n’est donc pas chlorée, ni chauffée, et pas non plus traitée !

Que les candidats à la baignade se rassurent, entre 2 et 4 test quotidiens sont réalisés pour s’assurer de la qualité de l’eau de baignade. Le principe de précaution s’applique, en cas de présence de bactéries (ce qui peut arriver après de fortes pluies), de problème de pH, ou autre, le bassin sera fermé le temps que de nouvelles analyses attestent à nouveau d’une qualité de l’eau satisfaisante et sans risque pour les baigneurs.

Une forte demande des usagers

C’est pas moins de 60,000 personnes qui ont profité des installations l’an dernier, cette année le bassin ouvre un mois plus tôt pour permettre à davantage d’usagers d’en profiter. Les conditions météo de ces derniers mois ont aussi permis d’avoir une eau plus chaude que d’habitude à ce moment de l’année.

Ce dispositif s’inscrit dans le plan « Nager à Paris », et représente une étape également qui illustre la volonté forte à la mairie de Paris d’améliorer la qualité de l’eau, en prévision des JO 2024 dont les épreuves d’eau libre doivent se dérouler dans la Seine.

Des compétitions de nage en eau libre ont d’ailleurs déjà lieu dans le bassin de la villette : l’Open Swim Stars (avec une distance olympique de 10KM), ou encore la Fluctuat en septembre.

Le succès de cette opération confirme l’intérêt de proposer des bassins de baignade, on espère la multiplication des initiatives de ce type. La mairie, malgré un report initialement prévu à 2019 souhaite toujours aménager une zone de baignade dans le lac Daumesnil dans le bois de Vincennes.

Mon avis sur cette expérience de baignade

J’ai donc testé le grand bassin. L’eau est un peu plus fraiche qu’en piscine,  mais la température extérieure et l’absence de vent à ce moment là rendent la baignade très agréable.

Les bassins n’ont pas de ligne d’eau, il n’y a donc pas vraiment de règle sur le sens de la nage, les zones où l’on peut plonger, les priorités, etc.

Lors de ma séance j’ai pu nager 3 kilomètres sont être gêné outre-mesure par les autres baigneurs. Comme on ne voit rien sous l’eau cela oblige à regarder comme en eau libre vers où on va.

En revanche ce manque de visibilité complique la réalisation du « flip-turn », le virage en bout de bassin car il n’y a pas de repère pour savoir à quel moment tourner. Pour ajouter encore de la difficulté, les paroies sont recouvertes de micro-algues, ce qui les rend glissantes. Cela oblige donc à redoubler d’attention pour éviter que le pied glisse et que les orteils se retrouvent dans l’un des trous du mur lors de la culbute.

Les sensations de nage sont très agréables, il y a le plaisir de nager dehors, mais aussi celui d’être dans une eau naturelle, peut-être même plus saine que l’eau de piscines surpeuplées dans lesquelles se mélangent résidus de crème, cheveux, etc.

Quelques jeunes s’amusaient à faire des plongeons, d’autres moins jeunes restaient en bout de ligne pour discuter, mais conjugué avec une affluence raisonnable chacun a pu profiter de sa baignade à sa façon.

C’est donc une très bonne expérience, alors que les piscines à Paris sont prises d’assault rendant compliqué de nager l’été dans de bonnes conditions. Relativement peu fréquenté en semaine, un MNS m’a indiqué que le WE il pouvait y avoir pas mal de monde, il qu’il vaut mieux venir tôt.

Bien qu’excentré dans le nord-est de la capitale ce bassin de nage offre une alternative, et pour ceux qui préfèrent l’eau chlorée chauffée à 28°C ce bassin de baignade aura le mérite de désengorger en partie les autres piscines parisiennes.

Nouveau record, le plus jeune français à traverser la manche à la nage !

Nous vous en parlions il y a quelques mois, Arthur Germain-Hidalgo a réussi à l’âge de 16 ans à traverser la Manche à la nage. Il aura traversé entre  Shampire Hoe à Douvres en Angleterre jusqu’à Wissant en 9h47.

Sa traversée a eu lieu le 23 juillet 2018, il a commencé à nager à 8h30 et est donc arrivé en fin d’après-midi. Alors que la distance de la traversée en ligne droite est de 34 kilomètres, Arthur a parcouru 51,3km à cause des forts courants.

Afin de lui donner une cadence de nage, il était accompagné de Rémy qui nageait avec lui une demi-heure toute les heures.

Arthur s’était entraîné spécialement pour ce défi depuis septembre 2017, et a participé aux championnats de France d’eau libre à Graveline sur 25km. C’est lors de cette course qu’une sonde mesurait sa température corporelle tout au long de l’épreuve. Au bout de 3 heures celle-ci était descendue à 33°C. Il a donc été conclu qu’il devrait prendre entre 15 et 20kg de poids pour faire la traversée, ou porter une combinaison. C’est donc cette deuxième option qu’il a choisi pour éviter l’hypothermie lors de sa traversée.

Arthur, qui nage au club Neptune, et qui est le fils de Mme Hidalgo la maire de Paris, a donc réussi son défi de devenir le plus jeune nageur français à traverser la Manche, et établi donc un nouveau record. Un grand bravo à lui !

Il fait désormais partie de la poignée de nageurs français (une trentaine au total) ayant réussi  cette traversée mythique.

(crédit photos: Arthur Germain-Hidalgo / Twitter @defimanche)

L’une des étapes les plus difficiles de la coupe de France d’eau libre : le tour du Roc à la nage

L’épreuve d’eau libre du Tour du Roc fait partie de la coupe de France d’eau libre, elle consiste à contourner à la nage le rocher de Granville pour un parcours de 5 kilomètres.

Le Tour du Roc est mon épreuve préférée d’eau libre, tout d’abord c’est une compétition qui rassemble un nombre réduit de passionnés : 116 nageuses et nageurs au départ cette année. Ensuite c’est une course qui offre des conditions particulièrement difficiles dans un cadre magnifique.

Cette 55e édition est ma troisième participation. J’avais participé en 2013, ainsi qu’en 2012 (cette année-là le parcours avait été modifié et réduit à 3km pour des raisons de sécurité).

Niveau météo, cette année les conditions étaient optimales : coefficients de marée de 46 donc faible, un temps superbe, et une eau annoncée à plus de 20°C. Pour que les premiers arrivent à marée haute, le départ a lieu environ une heure avant la pleine mer. En effet dans la baie du Mont Saint-Michel les amplitudes de marée sont très importantes.

Le départ comme tous les ans est donné depuis le port. C’est un départ plongé, en ligne. Il faut ensuite contourner Le Loup, contourner la pointe du Roc, puis rester à gauche de la balise « la Fourchie » qui indique les rochers. C’est ensuite une longue ligne droite qui longe toute la haute ville, le casino et la plage du Plat Gousset, jusqu’au bateau La Granvillaise qui a mouillé l’ancre au large pour l’occasion quasiment au niveau du musée Dior. Dès le bateau contournée, direction la plage en contournant le plongeoir sur lequel ont été placés des drapeaux rouges.

Côté difficultés, cette année il y avait une quantité importante de méduses pendant 1/3 du parcours, entre le port et La Fourchie et à nouveau vers la fin. Malgré mes zig-zag pour les éviter, je me suis fait deux belles piqures au cou.

Mais la principale difficulté a été le repérage, comme lors de ma précédente participation : j’ai suivi au hasard les nageurs devant moi sans faire un tracé optimal (sauf à partir du bateau). Ces moments de doute à chercher les repères et à nager à allure moyenne m’ont fait perdre de précieuses minutes. On voit d’ailleurs sur les photos à quel point le peloton de nageurs est dispersé.

Photo souvenir lors de mon passage devant la Granvillaise, à moins d’un kilomètre de l’arrivée.

Et la dernière ligne droite direction la plage ! On distingue à peine le plongeoir avec les drapeaux rouges, dans l’axe des premiers nageurs.

Je suis un peu déçu du chrono, je termine 41e, avec un temps de 1h22.38. J’aurai aimé finir la course en moins d’1h20, mais cela me donne une excellente raison de revenir. Il faudra absolument la prochaine fois que je fasse un repérage plus précis de la course afin d’optimiser le parcours.

Un autre point qui a peut être joué aussi, c’est le dernier repas pris seulement 2h heures avant la course, pour un départ à 13h30 j’aurai mieux fait de ne pas déjeuner du tout. C’est pendant le début de la course que je sentais un manque de force. Peut-être aussi que mon échauffement à sec était insuffisant ? Heureusement passé le premier kilomètre j’ai retrouvé de bonnes sensations de nage.

En bonus j’ai participé à la course grand-public de la coupe de Normandie le lendemain

Etant déjà remis des émotions de la veille, je me suis inscrit à cette épreuve d’un kilomètre. J’ai été surpris qu’il y avait seulement 45 personnes pour y participer, d’autant que les inscriptions étaient possibles jusqu’à la dernière minute (j’avais le dossard 40…). Le départ cette fois était donné depuis la plage du Plat Gousset, il suffisait de contourner une bouée devant, puis une seconde au large avant de revenir en contournant le plongeoir.

Comparé à la veille, l’allure de la course était beaucoup plus rapide, c’était quasiment un sprint, toujours avec le soleil, et cette fois-ci sans les méduses ! Pour ma revanche de la veille je suis arrivé 7e en 9’46,86.

Dans l’ensemble malgré mon chrono je suis très content, la ville et le parcours de cette course sont superbes. Il y avait une très bonne organisation pour cette édition. J’espère que la tradition de cette course se perpétuera, je reviendrai avec plaisir participer à cette compétition lors d’une prochaine édition.

(Crédit photo n° 1, 2, 5, 6 et 7 Isab.photographe)

Récit de course, le défi de Monte Cristo 2018

Pour cette édition 2018, on a fêté le vingtième anniversaire du Défi de Monte Cristo. Pour ma part j’ai participé pour la première fois à cette course en 2009 sur le parcours du 2km, avec un temps de 35’26. Cela m’a tellement plus qu’un an plus tard j’étais inscrit pour l’épreuve de 5KM : mon premier défi de Monte Cristo ! J’avais bouclé l’épreuve de 2010 en 1’31, et l’année suivante 1’32.

Je m’y suis réinscrit deux ans plus tard au combiné mais ces deux courses de 2013 ont malheureusement été annulées pour cause de mistral.

Ce n’est que cette année que je me suis décidé à nouveau de participer ! Entre-temps le défi a pris de l’ampleur pour devenir le plus grand rassemblement de nage en eau libre au monde avec 4200 nageurs prévus sur trois jours de compétition.

Les nageurs inscrits le vendredi ont eu la malchance de voir leur course annulée à cause du mistral. Il est dommage qu’il n’y ait pas eu de plan B, par exemple de proposer aux nageurs malheureux de venir nager samedi ou dimanche, ou même de proposer un parcours bis. A la place l’organisation propose un remboursement ou une inscription automatique pour l’année prochaine.

Concernant l’organisation, celle-ci a été améliorée au niveau de la récupération des dossards car je n’ai eu aucune attente, sans-doute puisqu’il était possible de récupérer son dossard quelques jours avant. En revanche la mauvaise surprise a été au niveau de la rotation des bateaux qui a pris 45 minutes de prévu, repoussant le départ de la course à 10h15 au lieu de 9h30.

Comme beaucoup de participants j’en ai profité pour nager un peu en attendant. J’ai l’impression par ailleurs qu’il y a de plus en plus de nageurs en combinaison de triathlon, et que les nageurs en maillot de bain comme moi sont une espèce en voie de disparition !

Enfin lorsque le dernier bateau est en approche, les nageurs se mettent à l’eau. J’opte pour me placer en arrière de la bouée de gauche. Ayant discuté avec Jacques Tuset et @Doni avant la course, il semble qu’un léger mistral pendant la course déporte les nageurs c’est pourquoi le peloton de nageurs forme une sorte de couloir où certains nagent à gauche et d’autres à droite. Avec le sens du vent il est ainsi préférable de nager à gauche, et je resterai à gauche tout au long du parcours.

L’eau est annoncée à 17,5°C, mais la température passe du froid au tiède très fréquemment au fur et à mesure de la course. Mes camarades du club qui étaient tous en combi pensaient que j’allais avoir froid, c’est gentil de s’inquiéter mais la température n’a pas été un problème ! Il faut dire aussi que nous avons eu du soleil pendant presque toute la durée de la course. Les vagues ce jour-là n’étaient pas très puissantes et il y avait une bonne visibilité sous l’eau. Une fois dans la bande des 200m du bord il était possible de voir le fond et les poissons.

La course donc, 817 nageurs au départ du 5KM sans palmes. Le départ de la course étant donné une fois les nageurs dans l’eau, groupés derrières les bouées qui matérialisent le départ.

Le premier nageur à l’arrivée Paul Barascud termine l’épreuve en à peine 52’12’27, la première femme Celia Heurtaux arrive en 1’01’06.

Mes sensations pendant la course sont bonnes, je ressens néanmoins une légère faim, je n’ai en effet rien mangé depuis 6h, il faudra que je pense à prendre une collation sucrée la prochaine fois. En ayant opté pour nager à gauche du peloton j’étais relativement tranquille pendant la course. Il n’a pas été facile de s’orienter, encore une fois je me suis fié au peloton sauf bien entendu lorsque je voyais les bouées. J’avais oublié entre combien de bouées il fallait passer le long de la grande ligne droite, de fait c’est seulement en apercevant la dernière bouée de contournement que j’ai compris que l’arrivée n’était plus très loin ! Je vise la bouée et arrive pile dessus, puis je tourne et m’oriente dans l’axe de l’entonnoir d’arrivée – à ce moment-là le peloton  prend le mauvais axe et s’oriente trop à droite – un léger doute m’habite un instant mais je continue sur ma lancée, voyant que je suis bel et bien orienté. Cela me permet sans doute de gagner quelques places au classement, d’autant que je profite de la fin de course pour accélérer. L’arrivée par contre il n’y a pas de plaque, il faut toucher le plafond de l’arche avec le bras, cela n’est pas la manière habituelle de finir une course, heureusement il y a un bénévole à l’arrivée qui soulève le bras des nageurs pour les faire toucher le capteur de fin de course… néanmoins ce détail a sans doute une influence sur le classement.

Bref, je termine la course 108e en 1h 15min 52.52. Je suis super content car c’est mon meilleur temps sur 5km, toujours en maillot de bain J Une belle course donc, avec pour l’objectif pour la prochaine, d’essayer de faire encore un meilleur chrono !

La date de l’édition 2019 est déjà connue, elle aura lieu le we du 21, 22 et 23 juin.

(crédit photo : Lucas Gellato / Lisa Charpentier)

Les différentes solutions d’encadrement pour prendre des cours de natation

C’est une question qui revient régulièrement sur le forum de nageurs.com, quelle sont les solutions de cours pour apprendre ou perfectionner ses techniques de nage. Cet article répertorie les principales solutions disponibles.

Prendre des cours avec un MNS à la piscine

Dans la plupart des piscines, aux heures d’ouverture publiques, les maîtres-nageurs proposent sur rendez-vous des activités sportives encadrées, notamment des cours de natation. Ces cours peuvent généralement se prendre sans abonnement et sont adaptés pour apprendre les fondamentaux de la natation. Ils s’adressent principalement aux débutants souhaitant appréhender la natation, et permettent d’acquérir les bases pour apprendre à nager. Un nageur de niveau intermédiaire pourra également profiter d’une séance de perfectionnement technique.

Il faut prévoir environ une dizaine de séances pour apprendre les bases de la natation, c’est-à-dire flotter, mettre la tête sous l’eau, et se propulser dans l’eau. Le MNS est spécialement formé pour enseigner la natation.

Le maitre-nageur réservera la ligne pour la leçon, il peut s’agit d’un cours individuel ou collectif.

Crédit photo: Saigonnais / Nageurs.com

Faire appel à un coach sportif

C’est une solution à la carte qui permet un suivi individualisé. Cette solution est à la fois adaptée pour du perfectionnement que de l’apprentissage, le coach s’adapte au rythme et au besoin du nageur.

Le coaching permet également à de bons nageurs de bénéficiers de précieux conseils d’un professeur de natation, pour améliorer une technique de nage, afin de préparer des compétitions ou atteindre des objectifs précis. Il y a par exemple des nageurs de haut niveau qui proposent des séances de coaching, et qui fournissent des conseils et de l’analyse vidéo pour perfectionner sa technique.

C’est aussi un moyen plus global d’appréhender la pratique de la natation, par de la préparation physique et des conseils de nutrition.

Il y a des plateformes en ligne qui référencent des coachs, ceux-ci pouvant se déplacer dans la piscine de votre choix, et proposent parfois de s’entraîner dans des équipements réservés.

S’inscrire dans un club

L’inscription à un club de natation est une bonne solution pour nager régulièrement chaque semaine, et avoir un plan d’entraînement varié. Plusieurs groupes de niveau sont généralement proposés car il s’agit de séances collectives. Des groupes « adultes » pour les nageurs souhaitant pratiquer régulièrement, maintenir leur niveau, ou progresser dans leur technique. Des groupes « masters » ou « compétition » pour les nageurs ayant le souci d’améliorer leur performance en vue de participer à des compétitions.

Les clubs de natation proposent des formules d’abonnement à l’année, il s’agit de plus souvent de structures associatives qui louent des lignes d’eau aux piscines municipales, dont la gestion est bénévole et dont les entraîneurs sont salariés du club.

L’avantage est de pouvoir suivre tout au long de l’année un entraînement de qualité. L’inconvénient est qu’il n’y a pas de suivi individualisé, mais pendant les séances l’entraîneur pourra faire travailler le groupe sur un point technique particulier et reprendre ceux qui ont du mal à réaliser l’exercice en question.

L’abri piscine, une solution pour protéger sa piscine

Pour les particuliers ou hôteliers disposant d’une piscine en extérieur, l’abri de piscine est une solution qui permet de mettre son équipement en conformité, et qui apporte en plus de nombreux avantages par rapport aux autres solutions de protection (barrières, couvertures ou alarmes).

Crédit photo : Aladdin Concept.

La sécurité

C’est en effet une obligation légale en France, les propriétaires de piscines privées ont l’obligation de l’équiper d’un dispositif anti-noyade des jeunes enfants. L’abri de piscine est un dispositif répondant à cette réglementation. Cet équipement qui recouvre complètement le bassin et qui est verrouillé lorsque le bassin n’est pas utilisé de sorte que les enfants ne puissent l’ouvrir, offre une sécurité optimale.

Des normes précises édictées par l’Afnor, que les constructeurs doivent respecter, sont la garantie de la sécurité de l’abri de piscine. Le propriétaire doit s’assurer que ces normes sont bien respectées pour que sa piscine soit en conformité.

Un abri piscine Aladdin Concept, télescopique et sans rail au sol, est une solution conforme à la réglementation. C’est également le choix d’une fabrication Française, entièrement spécialisée dans l’abri de piscine.

L’entretien

En recouvrant le bassin, l’abri protège la piscine contre les feuilles, le pollen ou la poussière. Cela simplifie l’entretien.

Par ailleurs l’abri agit comme un couvercle en empêchant l’eau de pluie de s’infiltrer dans le bassin. En effet l’eau de pluie a un pH acide qui varie entre 4 et 7, alors que le pH idéal de la piscine est neutre voire légèrement basique. Il est important de garder un bon pH, sous peine d’irritation des yeux et de la peau. Par ailleurs une eau trop acide ou trop basique peut favoriser le développement d’algues sur les parois du bassin et rendre moins efficaces les produits d’entretiens.

L’abri de piscine, par la protection contre la pluie, mais aussi contre l’évaporation, va réduire les changements de pH. Il convient néanmoins de surveiller régulièrement celui-ci.

Le confort

L’abri de piscine diminue les échanges thermiques avec l’air, notamment la nuit, et permet donc de garder plus longtemps la chaleur de la piscine. Cette conservation de la température permet d’utiliser plus longtemps la piscine, une fois l’été terminé. Plus l’abri sera bas et plus celui-ci permettra de conserver la chaleur. Un abri haut quant à lui offrira un réel espace de vie autour du bassin.

Combiner les bienfaits de la natation avec la découverte

Avec l’arrivée de l’été et de températures plus élevées, rien de tel que de profiter d’un petit plongeon dans l’eau fraîche pour se détendre et se rafraîchir. En effet, que ce soit à la mer, en piscine extérieure, en lac ou en rivière, l’été apporte également un nombre important de possibilités pour aller nager en extérieur, et il y en a pour tous les goûts.


Pour beaucoup d’entre nous, les vacances d’été riment avec la mer, se reposer sur la plage et profiter du soleil. Mais si la natation est un loisir de détente pour beaucoup, même à un niveau amateur il propose énormément de bienfaits pour la santé. Ce serait même l’activité sportive qui en offre le plus, aussi bien pour la santé physique que la santé mentale, car la natation est bien connue pour être efficace contre le stress. Certains comparent même son efficacité anti-stress à celle d’une séance de méditation. Ce n’est pas pour rien que la natation est l’un des sports les plus pratiqués en France, et qui peut se pratiquer à n’importe quel âge. Récemment, l’Australien Georges Corones a battu un record du monde en nage libre, à l’âge de 99 ans. Cet ancien médecin défend les bienfaits de la natation avec passion, et c’est entre autres à la natation qu’il attribue sa longévité et son état de santé actuel, qui lui permet encore de participer à des compétitions.

 

Pour ceux qui voudraient coupler la passion ou tout simplement l’engouement pour la natation avec la découverte, il est également possible de faire de magnifiques découvertes tout en profitant de ses bienfaits. Au Canada par exemple, il est possible d’aller faire de la plongée avec des bélugas, à Churchill. Et ce n’est pas le seul exemple, toujours au Canada il est également possible d’aller observer des baleines dans leur habitat naturel à Saint Laurent. Pour beaucoup d’autres destinations, il est également possible de pratiquer de la plongée pour découvrir l’univers sous-marin incroyable que nous ne connaissons que très peu. Et pour ceux qui n’ont pas l’habitude de la plongée ou qui ne se sentent pas rassurés à l’idée d’explorer les fonds marins, vous pouvez également découvrir la faune aquatique grâce au snorkeling, souvent près de plages paradisiaques, tout en restant à la surface.

 

Pour ceux qui souhaiteraient ajouter un élément compétitif à leurs vacances, la natation en eau libre offre également la possibilité de voyager et découvrir de magnifiques paysages, tout en pratiquant son sport préféré. En France, Hongrie, ou même en Turquie, de nombreuses traversées de lac sont organisées régulièrement, et s’il faut un minimum de préparation, et pouvoir justifier d’un certificat médical pour participer, le résultat, et surtout les paysages en valent la chandelle. Et après des traversées allant jusqu’à plus de 5000 mètres, rien de tel qu’un passage aux thermes de Budapest pour se détendre.

Interview de Rémi Camus qui va nager 2 650 kilomètres pour sensibiliser sur la pollution des eaux

C’est un défi hors normes, on que l’on peut même qualifier de surhumain. Mais la cause de la pollution des eaux, ainsi que l’accès à l’eau potable tient tellement à cœur de l’aventurier Rémi Camus qu’il a décidé de se lancer dans ce projet fou.

L’homme n’en est pas à son coup d’essai, et est habitué des grandes expéditions en solitaire. En 2011 il a traversé l’Australie, 5400 km en 100 jours en autonomie complète… dans le désert ! Pour l’anecdote il buvait sa propre urine lors de sa course, l’eau étant trop rare dans la région. Son record de distance sur une journée était de 113km avec un équipement de 40kg à tracter, par des températures de 50°C.

Mais ce n’est pas la seule expédition que le berrichon de 32 ans a réalisé. En 2013 il troque ses basquets pour descendre le Mékong à la nage, soit 4400km. Il lui est arrivé de nager plus de 28 heures d’affilé, sans s’arrêter et sans boire ni manger. Il est effaré lors de son périple de constater la quantité de pollution dans l’eau.

Le grand public l’a découvert dans l’émission de survie Wild sur M6, qu’il a d’ailleurs remporté.

Cette fois c’est dans les eaux de nos côtes que cet aventurier va nager. Il partira de Dunkerque dans exactement une semaine : le 1er juin, et longera la Normandie, la Bretagne puis toute la côte Atlantique jusqu’à Hendaye, soit 1911km à raison de 25 à 30km par jour. Il sera ensuite transféré à Banyuls-sur-Mer où il continuera à nager pendant encore 724km jusqu’à Monaco où il doit arriver le 16 septembre.

Cet aventurier explorateur nagera environ 8 heures par jour, avec combinaison de 2mm, une paire de palmes, et tractera une planche spécialement aménagée permettant de transporter tout le nécessaire pour être en autonomie, y compris du matériel de télécommunication, soit environ 50kg d’équipement. Il transportera une tente lui permettant de bivouaquer chaque soir.

Lors de son expédition 91 étapes seront prévues dans autant de villes et communes qu’il traversera à la nage, l’occasion d’aller à la rencontre des habitants et de les sensibiliser également sur la pollution de l’eau.

J’ai eu la chance de pouvoir interviewer Rémi Camus, il y a quelques jours, pour en savoir plus sur son défi.

Christophe : Est-ce que la natation est un sport que vous pratiquez depuis longtemps ?

Rémi : Je m’y suis vraiment mis à partir de 2013 pour ma descente du Mékong. J’ai ensuite progressé, le directeur de la piscine dans laquelle je m’entraînais m’ayant même proposé de devenir MNS. Je me suis plutôt orienté vers le sauvetage, en préparant le diplôme de sauvetage en mer avec la SNSM.
Je ne suis pas un surhomme, et je ne suis pas forcément le meilleur nageur, mais c’est vrai j’ai une très bonne condition physique. Mais en revanche j’ai mental très fort, et j’aime repousser mes limites.
J’adore les sports d’endurance, que ce soit la course à pied ou la natation car ils permettent d’entrer rapidement dans des phases de méditation. En natation cela se produit après 500m à 1km, il m’est par exemple arrivé de ne pas m’être rendu compte que la piscine avait évacué le bassin et de continuer plus d’un quart d’heure à nager, je devais être tellement en accord avec l’eau que le MNS m’a laissé nager. Cet état méditatif est intéressant en milieu naturel, que ce soit en lac, en rivière ou en mer, car le paysage et les conditions changent.

Christophe : D’un point de vue sportif, comment vous préparez-vous pour ce défi hors-norme ?

Rémi : Pour ce défi j’ai commencé l’entraînement fin novembre. Je m’entraîne 6 jours par semaine, à raison de 2 heures de natation le matin, et je vais également 2 heures dans la salle de sport un jour sur deux. A chaque séance je nage entre 7 et 8km en palmes.
Si je nage 6 jours par semaine, c’est parce que mon entraîneur a réussi à me convaincre qu’il fallait aussi prévoir du repos dans la préparation, c’est en effet pendant les phrases de récupération que se reconstituent les muscles.
Il est prévu que je m’entraîne jusqu’à une semaine avant le départ. Tout comme le contenu des entraînements cela va être ajusté au fur et à mesure avec mon coach.

Christophe : Qu’est ce qui est le plus difficile sur cette épreuve ?

Rémi : Pour cette épreuve, je vais nager au-delà de la bande de 300m du littoral, je croiserai donc la route de plaisanciers, de jet skis, qui ne respectent pas toujours le code maritime. Nous avons donc mis en place un système de sécurité avec l’aide de la SNCM qui va nous prêter un bateau semi-rigide, et il y aura également un véhicule à terre pour transporter du matériel de rechange, de l’eau et de la nourriture pour l’expédition.
Lors des bivouacs en plein été il est également possible de croiser des personnes venant faire la fête au bord de l’eau. Le plus difficile va donc être de gérer ces situations de rapport humain.

Christophe : Vous allez faire une étape par ville ?

Rémi : Après chaque journée de nage, il est prévu d’échanger avec habitants des communes traversées. L’exploit sportif va surtout servir à véhiculer un message de sensibilisation sur la qualité et l’accès à l’eau. Les courants font que les déchets plastiques jetés à l’autre bout de monde se retrouvent sur nos côtes, et inversement.
Le soir le bivouac sera sur terre, nous avons obtenu toutes les autorisations des 91 communes traversées car le camping sauvage n’est pas autorisé.
Au cours du défi il y aura 7 journées de repos, permettant de faire un bilan de santé, de récupérer. Il y aura également une pause de 3 jours lors du transfert par les Pyrénées.

Christophe : Mentalement, comment faites-vous pour vous conditionner pour affronter un défi de cette ampleur ?

Rémi : C’est très compliqué à mettre en œuvre. Ma méthode est de découper en plusieurs morceaux. Surtout je ne pense pas à l’arrivée à Monaco, mais au contraire à chaque journée, et à chaque instant qui va ponctuer la journée. Je pense aux moments pour boire, pour manger, pour la caméra, etc. C’est un travail très dur, car on peut très facilement sombrer et abandonner. Alors je pense à des choses positives, comme ma famille et mes proches pour garder la motivation, et qui comptent sur moi pour survivre et rentrer à la maison. Il m’est déjà arrivé d’affronter des journées très difficiles par exemple lors de ma descente du Mékong, avec du vent et du clapot toute la journée. Dans ces moments j’essaye de penser à tous les bons souvenirs de la vie, aux soirées avec les amis, qui m’ont permis de tenir.

Christophe : Vous vous définissez comme un aventurier explorateur, êtes-vous également un compétiteur ?

Rémi : Comme tout le monde, j’aime bien sûr gagner, mais pour moi l’important ce n’est pas d’arriver premier, car le simple fait de participer permet d’apprendre et de progresser. L’important à mon sens c’est de pouvoir se dire que l’on a donné le maximum de soi-même, le classement n’étant pas important.

Christophe : Merci beaucoup Rémi d’avoir pris le temps de répondre à ces questions, je vous souhaite une bonne préparation, et bon courage pour votre défi que nous ne manquerons pas de suivre !