V800, la montre natation et multisport de Polar

La marque Polar spécialiste des traqueurs d’activités, a développé une montre intégrant un profil natation en piscine en plus des autres sports.

J’ai eu l’occasion d’essayer la montre sportive Polar V800, avec le capteur cardiaque OH1 qui se porte au bras, et j’ai résumé dans cet article mes impressions.

Continuer la lecture de « V800, la montre natation et multisport de Polar »

Test complet de la montre Tomtom Spark 3

La montre Tomtom Spark 3 ou Runner 3, fait partie de cette nouvelle génération de montres multi-sport, bardées de capteurs, permettant de réaliser un suivi de toutes ses activités et de construire des rapports graphiques à l’aide de toutes ces données.

Première prise en main

La boîte contient la montre ainsi qu’un cable pour la charger, avec une connectique USB. La montre n’était pas chargée au déballage, il faut donc la charger avant la première utilisation.

Pour profiter pleinement de la montre, l’idéal est d’ouvrir un compte sur le site TomTom Sports et d’installer l’application du même nom sur son téléphone : la montre va ensuite envoyer par bluetooth au téléphone les nouvelles activités, qui va les sauvegarder dans le cloud et seront visibles à la fois dans l’application et sur le site web de Tomtom.

D’un point de vue esthétique

La montre est légère et plutôt confortable à porter. L’ensemble des contrôles se fait au travers le bouton sous le cadran, qui permet comme un joystick de naviger dans l’ensemble des écrans de manière plutôt intuitive.

Le look de la montre est assez sportwear, elle peut se porter également avec une tenue de ville. La montre est un peu épaisse, et tient bien en place une fois au poignet, si bien qu’avec des vêtements ajustés il faut parfois la manipuler pour voir l’écran.

Il y a un mode rétro-éclairage qui s’active lorsque l’on passe la main sur le cadran.

Usages de la montre

Traqueur d’activité

La montre va traquer automatiquement le nombre de pas, le rythme cardiaque au repos, les calories brûlées, ainsi que la quantité de sommeil quotidien. Ces informations seront ensuite consultables de manière aggrégées par jour. L’interface web donne par exemple jour après jour l’évolution sur une courbe du rythme cardiaque au repos, les horaires de sommeil, etc.

Utilisation en piscine

Le mode piscine permet de mesurer la distance parcourue. La montre détecte les virages, compte les coups de bras, mais ne détecte pas la nage.

Le mode natation est plutôt basique. Celui-ci ne permet pas de mesurer le rythme cardiaque, il n’est pas possible de déclencher un chrono non plus, ni de programmer une séance avec des répétitions ou des objectifs. Le détail du nombre de mouvements par longueur n’est plus disponible une fois l’activité terminée.

La détection des virages est loin d’être parfaite, par exemple lors d’une série de 100 mètres 4 nages en bassin de 50 mètres il y a un changement de nage en milieu de bassin. La montre compte une première longueur vers 35 mètres, ignore le virage, puis recompte une longueur vers le milieu de la longueur de retour. Plus embêtant, sur un 200m crawl réalisé à allure soutenue (moins de 3 minutes), les virages sont parfois détectés en avance ! Par conséquent le nombre de coup de bras par longueur, et le calcul du swolf sont très approximatifs.

Sur ma dernière séance de 3km, la montre a détecté 250 mètres de moins que la réalité.

J’ai testé les autres modes de la montre pour voir si celle-ci pouvait néanmoins avoir un intérêt pour la natation. Le mode course à pied ne permet pas de capter durablement le signal gps (la piscine dans laquelle j’ai fait le test est couverte). En revanche, le mode gym permet d’activer le cardio, et lors de la synchronisation de récupérer le détail seconde par seconde.

En course à pieds

C’est principalement ce mode qui m’a incité à acheter cette montre, notamment la mesure du rythme cardiaque. Jusqu’à présent j’utilisait l’application Runkeeper sur téléphone lors de mes sorties, et je n’avais pas de suivi cardio. Pour comparer, j’ai activé la montre, et Runkeeper lors de mon footing.

La précision du GPS semble meilleure sur la montre, les tracés étant plus réguliers sur les chemins. Une fois la séance chargée sur TomTom Sport, on a accès à un écran de statistiques très précis, où chacune des mesures est raccrochée à un point du parcours. Ainsi il est aisé de voir à quel moment le rythme cardiaque augmente, à partir de quand il redescend, etc.

Comme avec Runkeeper, on a accès aux statistiques par fraction de 1km. Il manque à ce niveau une mesure importante : le nombre de pas par minute. En effet étant en même temps en train d’essayer d’appliquer la méthode Light Feet Running écrite par @Klapo, dont l’un des fondamentaux est de tendre à courir à 180 foulées par minute. Or la montre ne donne qu’une statistique moyennée sur l’ensemble de la sortie, impossible de voir l’évolution sur le tracé.

Enfin la mesure du rythme cardiaque m’a surpris, car selon les mesures j’ai couru à une allure extrème (jusqu’à 187 bpm) pendant presque une heure ! Alors que j’arrivais à discuter avec mon partenaire de course, certes en étant essoufflé mais quand même… Lui était plutôt autour de 150.

En vélo

La montre indique en temps réel la distance, la vitesse instantanée, ou encore le rythme cardiaque. La montre détecte les pauses et les ignore pour calculer la vitesse moyenne. Ce mode est assez complet pour mesurer l’activité, et permet ensuite de visualiser sur une carte son parcours, et de le mettre en corrélation avec différentes mesures.

L’enregistrement de parcours

Il est possible d’importer sur le site de Tomtom sport un parcours afin qu’il soit transféré sur la montre : techniquement cela se fait lors d’une synchronisation avec le téléphone. Le parcours doit être au format gpx. Pour tester la fonctionalité, j’ai créé un parcours sur Google MyMap qui permet un export au format kml, puis converti le fichier en gpx sur kml2gpx.com et enfin vérifié le tracé sur visugpx.com.

Sur la montre on peut visualiser le tracé du parcours, la montre trace par dessus le trajet réel. Lorsqu’il y a un écart celle-ci vibre pour indiquer un mauvais chemin. Je trouve cette fonctionnalité plutôt réussie.

Performances matérielles

La montre est réactive, dispose d’une autonomie correcte, et les mesures semblent pour la plupart cohérentes.

Les points à améliorer et les défauts concernent plutôt la partie logicielle embarquée dans la montre.

Pour résumer

Un bon choix de montre pour les besoins d’un sportif régulier amateur.

Points forts

  • Le mécanisme de synchronisation entre la montre, le téléphone, et le cloud
  • L’application web TomTom Sports qui est plutôt réussie

Points à améliorer

  • Le mode nage imprécis sur les distances
  • La détection de la nage, et l’enregistrement du cardio
  • Pas de mode natation en eau libre
  • Pas de suivi du nombre de foulées par minute en course à pied
  • Le marqueting introduit de la confusion en vendant la même montre sous plusieurs noms, et déclinés par taille de bracelet, avec ou sans cardio, avec ou sans musique, et le tout à des prix différents.

On trouve cette montre dans les magasins de sport, j’ai acheté la mienne sur Amazon. Si vous voulez faire de même, merci de suivre ce lien partenaire Amazon.

Le club Neptune, précurseur de l’utilisation des nouvelles technologies pour l’entraînement de natation

La natation n’échappe pas à la transformation numérique ! Même si l’entraînement traditionnel a sans doute encore de beaux jours devant lui, les nouvelles technologies permettent à la fois au nageur individuel et nageur en club de bénéficier de ces innovations.

Le club Neptune Club de France expérimente déjà cinq technologies différentes principalement pour ses groupes de compétition. Nous allons en avoir un aperçu dans cet article.

swimproLe système vidéo avec visualisation différée ou en direct

Il s’agit d’une caméra aquatique grand angle placée sous l’eau, et fixée à une perche permettant une fixation temporaire sur le bord du bassin. La vidéo est transmise par wifi et s’affiche ensuite sur des écrans que les nageurs peuvent voir ainsi que sur la tablette de l’entraîneur. La vidéo peut être différée de quelques secondes afin que les nageurs puissent voir leur manière de nager. C’est une technologie australienne développée par la startup SwimPro.

Le principal intérêt de ce système est de permettre à l’entraîneur de voir le geste sous-l’eau et ainsi déceler des défauts techniques. Le nageur lui pourra prendre conscience de ces défauts en visionnant la vidéo.

Le casque de communication aquatique

S’il y a bien une technologie qui fait l’unanimité parmis ceux qui l’ont testé c’est bien celle-ci ! Celle-ci permet à l’entraîneur de parler aux nageurs. Le casque que porte les nageurs embarque une technologie de diffusion de son par résonance osseuse ce qui permet une qualité sonore bien supérieure aux hauts-parleurs dont le son est quelque peu noyé dans l’eau.

En plus de pouvoir adapter en temps réel sa nage par rapport aux points techniques demandés par l’entraîneur, le casque permet de rompre complètement la monotonie d’une série, mais aussi de recevoir les consignes au fur et à mesure. Il a été créé par une société suédoise Olander Aquatic Products AB. J’ai eu l’occasion de le tester (car je fais partie du club mais pas dans un groupe compétition) et je peux témoigner de l’efficacité redoutable de ce système, qui a permis à notre coach de corriger chacun d’entre nous quasiment à chaque longueur !

L’assistant entraîneur numérique

Il s’agit d’un objet connecté que porte le nageur sous le bonnet, et qui transmet en temps réel par bluetooth des informations de ces capteurs à l’entraîneur comme le nombre de coups de bras par longueur, les temps des virages, la fréquence, etc.

Le triton est un système qui vient du Canada de la société TritonWear. La particularité de cette technologie est qu’elle fonctionne sur un principe d’achat + abonnement mensuel par appareil.

img_8638L’adversaire numérique

Les jeunes nageurs du club en sont fan. C’est sans doûte le dispositif le plus ludique de tous. Il s’agit d’un dispositif lumineux développé par la société italienne Myrtha Pools qui construit des piscines pour les collectivités. Dans la version testée au club, c’est une ligne de LED de 50 mètres posée au fond du bassin.

Cette ligne permet de programmer un adversaire numérique, que le nageur va essayer de battre. Contrairement à un partenaire de nage, l’adversaire numérique n’est jamais fatigué, le repère lumineux permet de savoir à tout moment l’avance ou le retard qu’a le nageur.

On peut y programmer la performance d’un athlète ou simplement le calibrer sur un chrono.

Surtout cette ligne permet d’assister l’entraîneur car elle donne les départs entre les nageurs qui ont chacun dans leur ligne leur adversaire numérique les uns derrières les autres. L’entraîneur peut donc observer la technique et les performances des nageurs plutôt que de perdre du temps à donner les départs.

Le bracelet connecté

Le Swimtag est plutôt destiné aux nageurs loisir, et aux collectivités qui peuvent mettre à disposition ce bracelet étanche qui calcule les distances de nage, et envoie les données dans le cloud lorsque le bracelet est rendu.

Celui-ci permet aux nageurs de retrouver ensuite sur leur espace personnel en ligne les données collectées comme la distance, les calories dépensées, et voir l’évolution.

Il permet également de fixer des challenges virtuels collectifs par exemple atteindre une certaine distance de nage.

Celui-ci fonctionne par abonnement, et a été développé par la société 222 Sports Limited au Royaume Uni.

swimtag

Un mot pour finir sur le Neptune

Le Neptune est un club de natation parisien qui a été créé en 1906 et qui compte aujourd’hui plus de 700 adhérents. Au classement national des clubs il est le 3e sur Paris et 60e sur le pays.

Avez-vous entendu parler du Swimbot ?

Dans la jungle des objets connectés il y en a certains plus innovants que d’autres, et c’est clairement le cas du swimbot. Il s’agit d’un dispositif électronique sous la forme d’un petit boitier à glisser sous le bonnet de bain.

Bourré de capteurs, celui-ci analyse la nage dans ses moindres détails, et détecte toutes les anomalies de nage. Grace à des écouteurs dits à résonnance crânière fonctionnant sous l’eau, le nageur reçoit en temps réel des alertes sur ses défauts de nage, sous forme de bips.

Il y a un certain nombre de programmes permettant d’évoluer progressivement dans sa nage.

On peut trouver un grand nombre de vidéos, et d’articles sur le sujet. Il y a parmi les parrains de cette initiative le champion Alain Bernard.

Une personne l’a testé et donné ses impressions sur nageurs.com, après avoir été sélectionnée pour en faire un test, en compagnie notamment des équipes de Swimbot.

test-swimbot-113

(crédit photo: Swimbot & Chronomaîtres)

Quelques extraits de commentaire :

Au premier abord, cela a l’air super simple, mais je reste tout de même assez sceptique sur le fait que ce petit boitier puisse me permettre de me perfectionner en crawl… après tout, mon coach me dirige plutôt pas mal nan 😛

Les équipes sont aux petits soins avec nous et nous mettent vite à l’aise d’autant plus que ce petit boitier, que je commence à bien apprécier, est assez simple à manipuler.
Le SWIMBOT se présente comme un petit téléphone et est doté de 2 deux écouteurs à résonnance crânienne que l’on glisse sous le bonnet. (Utile pour le coup !)
Je passerai sur l’aspect technique et garderai le côté ludique de cet ovni qu’est le @swimbot. Pour les informations techniques, je vous invite à vous rendre sur la page de @swimbot où toutes les informations sont disponibles.
Ce qu’il faut retenir, c’est que moins le bestiau « bip », plus votre nage se rapproche du mouvement parfait. J’ai été scotchée sur le fait qu’il a détecté de suite mes défauts notamment, un mouvement de bras gauche à l’ouest 😎 Je ne sais pas pourquoi, il ne m’écoute pas celui-là !
Il sait également détecter le moindre petit défaut et vous le fait savoir avec un petit BIP qui résonne dans vos oreilles. (Une tête trop hors de l’eau, un alignement moyen, une mauvaise position des bras, une propulsion à la ramasse ….) pire que l’œil avisé de mon coach qui pourtant ne passe sur rien !
Le jeu consiste donc à se concentrer un max afin d’éviter au petit bonhomme qui se trouve dans l’appareil de « BIPER » et pas moyen de l’amadouer celui-là !!! Inutile de lui faire le coup « J’ai une crampe !!! «
L’essayer c’est l’adopter !!!
Je révise donc mon scepticisme du début de séance car, couplé avec les conseils avisés de mon coach, de bons progrès en perspective se profilent à l’horizon !
Je suis bluffée par cet engin technologique qui va me permettre de travailler ma technique seule lors de mes séances libres.
L’expérience est donc concluante…

Le récit de cette journée est également sur le blog de Swimbot.

Chaussures Le DD

J’ai eu l’occasion d’essayer les chaussures Le DD (Développement Durable) commercialisées par la marque de sport Lotto et fabriquées en Italie. Ce sont des chaussures en tissus, très légères, anti-transpirantes, anti-bactériennes, avec une semelle anti-dérapante. Elles peuvent être utilisées pour de nombreux usages, par exemple pour la piscine, dans les salles de sport, à la maison,
dans l’avion, ou encore pour de la marche à pied.

MULES

En effet les chaussures sont très légères à porter, moins de 200g et en fibre de coton. Elles existent en mocassins ou mules. La promesse de la sensation de marcher pied-nus est tenue. J’utilise le modèle mules en chaussons pour la maison, et les mocassins pour marcher à l’extérieur. J’ai fait quelques essais de marche sous des averses, les mocassins restent bien en place sur le pied, le cotton absorbe bien entendu l’eau mais la marche est très confortable. Par temps sec, le point fort de ces chaussures en cotton est l’absence de frottements sur la peau, et de mieux protéger le pied que des sandales ou claquettes. Donc essayées et adoptées !

20140724-170402-61442587.jpg

Photo prise sur le pont d’un sous-marin.

Un autre point positif est la possibilité de les laver en machine à 40°C. Ces chaussures sont livrées dans un emballage sous-vide, facilitant l’approvisionnement des points de vente, déjà au nombre d’une dizaine (dans quelques grandes villes dont Paris, et lieux de vacances).

Plus d’infos sur le site http://www.le-dd.com/ et le site http://www.sportpassion.eu/le-dd/

Chaussures Le DD

Vos affaires de piscine : le sac de Djedj

Avec un peu de retard, voici pour conclure la série des sacs de piscine, le sac de Djedj ! Un grand merci à toutes et tous d’avoir partagé vos sacs de piscine 😉 Découvrons ensemble le contenu du.. pardon DES sacs de Djedj.

Donc le contenu de mon(mes) sac(s) est différent suivant que cela soit une séance à Paris avec nos petits camarades de jeu  (poulpes, méduses,…) en ouverture au public ou alors au club où l’ambiance est différente… C’est pas Christophe, TTN ou Gemma qui diront le contraire… 

Alors, pour le premier sac ‘public’, le contenu est assez classique :

Maillot de bain type ‘Gemmo’, lunettes transparentes et bonnet noir comme dress-code avec rechange maillot, bonnet au cas où…
La serviette basique en coton de cotonnier, la petite pochette pour ranger mon dress code, shampooing et gel douche et le sac à dos pour ranger le tout…

Pour le deuxième sac ‘Club’ :

Maillot de bain noir, bonnet du club et lunettes transparentes. Toujours du rechange, maillot, bonnet rouge et lunettes suédoises.
On rajoute le pull kick, les palmes longues, plaquettes. On a toujours la serviette en coton de cot…ier, les trucs pour se laver et la bouteille mélange jus de raisin/eau, ma potion magique, quoi… 😀

Tiens, j’oubliais : le T-Shirt pour les séries  qui démontent les épaules (celles que je préfère, en fait…)…

Et puis, mon côté rangement avec le sac pour le dress-code et le sac pour ranger le matos.

Tout cela tiens bien évidemment dans le grand sac montré sur la photo même s’il est trop petit pour le pull kick…

Bref, tout ce qu’il y a de banal pur s’entraîner régulièrement et sérieusement en grand, moyen et petit bac…

Pour l’eau libre, il reste à rajouter le ravitaillement, la graisse, les gants pour appliquer la graisse et pas mal d’eau pour la récupération. Mais, pour cela il faudra attendre l’année prochaine… 😉

 

Vos affaires de piscine : le sac de Nageurfélin

Pour chlore, pardon clore la série d’articles sur vos sacs de piscines, c’est au tour d’une célébrité du site de nous présenter son sac. Vous l’avez sûrement déjà croisé dans une piscine, ou lu ses aventures dans ses commentaires de séance, il s’agit bien sûr de Nageurfélin !
Je nage au gré de mes humeurs, ici ou ailleurs, qu’importe ! Je vais où me guident mes envies et partout où il y a de l’eau je me sens un peu chez moi. Mais pendant longtemps Nakache a été mon port d’attache car c’est dans ce joli bassin que je suis né pour nageurs.com depuis maintenant plus de 3 ans. Avec le temps j’ai eu envie de prendre le large pour découvrir de nouvelles piscines et partager mes émotions avec vous 🙂
Que peut bien contenir le sac d’un nageurfélin, zinzni, fêlé, enfin appelez moi comme vous voudrez 😀

L’élément indispensable c’est bien entendu le bonnet nageurs.com que je porte pour faire honneur au site qui a la gentillesse de m’héberger et aussi de supporter parfois et même très souvent mes pitreries !
Le rouge est le 1er que j’ai porté. En ce moment c’est le jaune. Et je crois, sans mentir, que jamais je n’ai fait une seule séance sans l’un ou l’autre.
Le 2ème élément indispensable c’est le slip de bain. J’en emporte toujours deux, le rouge et le noir. Je les change régulièrement car le chlore en est l’ennemi principal. Pour s’en rendre compte il suffit de regarder ceux qui portent des maillots de bain qui pendouillent parfois jusqu’aux genoux. J’exagère un peu mais à peine ! Enfin tant que le chlore ne s’attaque pas à ma personne tout va bien.
Pour la photo j’ai ajouté le blanc que je ne porte plus à cause des vannes dont je fus l’objet
– On voit à travers quand il est mouillé… alors on fait prendre l’air à popol… j’en passe et des meilleures 😀
Et savez vous qui sont ces personnes qui m’ont rapporté ces propos ? Essentiellement des femmes ! Et après on dit que c’est dans tout homme que le cochon sommeille. Ben voyons !
Deux autres objets indispensables aussi :
La paire de lunettes et les sandales de piscines
Une petite bouteille de shampoing douche que je remplis avant chaque séance. Parce que j’avais la mauvaise habitude d’oublier mes grandes bouteilles sous les pommeaux et du coup je dépensais plus en produits de lavage qu’en bouteilles de margarita 😀
Ma bouteille d’eau à laquelle je tiens beaucoup pour m’hydrater. Ayant vu quelquefois des gens se tromper de flacon, voire même de me la subtiliser, récemment j’ai rajouté la formule magique suivante :
eau toxique sauf pour nageurfélin. Vous voilà prévenus 😀
La serviette avec l’ombre d’un gros chat blanc c’est mon dress code à moi.
Il paraît que le contenu du sac d’un nageur est un peu le reflet de ce qu’il est et j’assume complètement. Si je ne devais garder qu’une facette de ma personnalité ce serait sans l’ombre d’un doute mon côté artiste ou foufou ( Rayez la mention inutile )
Ou les deux à la fois, ce n’est pas incompatible.
Bien entendu je n’emporte pas tout ça à la piscine. J’imagine déjà la tête du personnel des vestaires où l’on range encore ses affaires dans un panier. Déjà quand le sac fait plus de 10 grammes ça pose parfois problème, alors je ne vous raconte pas la suite 😀
C’est juste un clin d’oeil à la musique avec laquelle je suis lié pour la vie 🙂
Tiens des crevettes ! Mais qu’est ce que ça fout là jp 🙁
ça aussi c’est un clin d’oeil, une allusion aux apernics.
Le clavier c’est une allusion à l’un de mes rêves. Dans le songe que je fais souvent les nageurs vivent en parfaite harmonie comme les touches noires et blanches d’un piano que l’artiste touche des ses doigts pour enchanter nos oreilles.
Ah, j’allais oublier ! Pourquoi la présence de ce fruit exotique sa la guitare ?
C’est pour tordre le cou à la rumeur ! Parce que voyez vous, moi aussi j’aime l’anana(s) :D:D:D

Vos affaires de piscine : le sac de Sandra

Au tour de Sandra, alias crawleuse92 de nous présenter ses affaires de piscine.

Un sac filet pour le matériel, planche, palmes, plaquettes, pullboy et chaussures, comme ça j’ai tout ce qu’il faut pour un entraînement varié.Un autre sac pour le nécessaire, ma serviette, mon maillot de bain, 1L d’eau, mes accessoires pour le confort, bouchons protection eau, pince nez, bonnet, lunette, un gel douche et fleur blanche pour bien rinçer le chlore.

Mon cadenas et ma carte d’adhérent que j’ai oublié d’ajouter, car ces 2 articles basculent entre mon sac de piscine et mon sac de sport

 

Vos affaires de piscine : le sac de Jean

Les affaires de Jean alias @NageurBordeaux, qui nage aux horaires naturistes de la piscine Roger le Gall. Donc pas de maillot sur la photo, mais les autres accessoires sont bien là.

Voici mon sac de piscine qui est un sac de voyageur
Quand je peux je me sers des serviettes des hôtels ainsi que des petits flacons de shampoings/gels douche, des mêmes hôtels !

Sinon ai toujours des mini-doses (merci Accor) qui passent le contrôle aéroport, un petit sac et une petite serviette, en revanche toujours les tongs, même légères , et les plaquettes. Des lunettes Arena qui vont bien à ma tête (elles sont fatiguées, trouverai-je les mêmes??) et le bonnet spécial grosse tête vide 🙂 acheté au SSE Schiwmmhalle de Berlin.

Cette photo est une photo spéciale ANP RLG Paris, sinon ai bien sûr un accessoire manquant volontairement sur ce cliché pour initier les gens à venir participer aux séances ANP, notamment aux dames quand même très absentes, et qui permettent d’avoir un bassin de 50m sans la foule Parisienne !

J’ai sinon pour les piscines « locales » un maillot arena noir, un sac plus grand décathlon vert et des claquettes arena plus conséquentes, avec bien entendu la poudre à récurer et le gel désinfectant vu l’état des piscines en France. Mais je ne vais pas non plus proposer un album photo.

Bon je rallonge mon message mais comme tous les bretons suis du genre « taiseux » :

  • peu de mots et petit sac
  • grandes phrases et grand sac?

 

 

Vos affaires de piscine : le sac de Sylvain

C’est la dernière ligne droite de notre série d’articles consacré à vos affaires de piscine ! Celle-ci se termine en effet à la fin octobre. Minimalistes ou bordéliques, il y a au final presque autant de sacs différents que d’individus ! Aujourd’hui c’est au tour de Sylvain de nous présenter son sac.

Un sac étanche bleu (a droite) une paire de palmes, une serviette, une trousse de toilette qui contient gel douche corps et cheveux (c’est pratique le tout en un) un étui a lunettes avec lunettes de vue, au cas ou je perde mes lentilles… D’où l’étui a lentille avec miroir intégré… (Orange au centre de la photo), déodorant, crème hydratante visage… 2 bonnets de bain (au cas où un bonnet craque…) un stick pour les lèvres (je sais pas pourquoi…une trousse transparente étanche, le livre de code … 2 paires de lunettes selon mon humeur… Un flacon de produit anti buée (pas l’impression que ça marche…), un paquet de mouchoirs, 2 slips de bain (selon l’humeur), 2 partitions que je travaille en ce moment (iphigenie en tauride de gluck, et la perichole d’offenbach) et un cadenas… Et sa clé…