Piscine tubulaire, le bon choix pour cet été

Il ne reste plus que quelques mois avant l’été, et nous avons déjà quelques belles journées ensoleillées. Le besoin de nature et de détente, accentué par toutes les restrictions sanitaires actuelles fait que plus que jamais les loisirs de plein air vont être plébiscités.

Et pour les heureux bénéficiaires d’un jardin, l’installation d’une piscine peut être une solution pour profiter au mieux de la saison estivale. Le choix peut se porter sur une piscine hors sol de type tubulaire.

Quels sont les avantages d’une piscine tubulaire ?

Ce type de piscine a l’avantage de ne pas nécessiter de permis de construire, ni de déclaration préalable auprès de la mairie, contrairement aux piscines enterrées. Disponibles en kit, ce type de piscine peut s’installer très facilement en quelques heures. On en trouve dans un vaste choix de dimensions et de format chez les différents fabricants et les distributeurs comme les piscines Trigano ou les piscines Bestway. Par exemple des piscines rondes propices à la baignade et la détente en famille, ou des piscines rectangulaires pouvant mesurer 10 mètres de long et donc dans lesquelles il est possible de nager.

Une fois l’été terminé il est aussi possible de démonter ce type de piscine pour la ranger en attendant l’été suivant, même si cela nécessite quelques efforts pour bien la sécher et la replier avant rangement.

Ce type de piscine, généralement disponible en kit, permet d’avoir tout l’équipement nécessaire au bon fonctionnement de la piscine comme le skimmer qui va capturer l’eau en surface, le système de filtre pour recycler l’eau, et l’emplacement dans le bassin pour recevoir l’eau une fois celle-ci recyclée. Des entreprises comme Trigano Jardin commercialisent des piscines tubulaires conçues et fabriquées en France.

Les bords des piscines tubulaires étant assez hauts, les risques de chute accidentelle dans l’eau sont beaucoup plus faibles que sur une piscine enterrée. Il faut néanmoins rester vigilant que les enfants n’escaladent pas l’échelle ou ne tentent d’enjamber la piscine hors de la surveillance d’un adulte.

Enfin ce type de piscine reste économique comparée aux autres options, avec un coût de quelques centaines d’euros pour les plus petites, et qui reste généralement inférieur à 3000 euros pour les piscines de plus grande dimensions.

Ce type de piscine peut également être installé par des municipalités pour palier à un manque d’équipement dans certaines zones, ou proposer un lieu de loisir pour les familles l’été. La possibilité de démonter et transporter ce type de piscine fait par exemple partie des pistes de réflexion du Ministère des Sports pour permettre au plus grand nombre de jeunes enfants l’apprentissage de la natation.

Quels sont les inconvénients de ce type de piscine ?

On peut reprocher à ce type de piscine leur manque d’esthétisme, par leurs matériaux synthétiques et les tubes apparents.

Idéales pour les jeunes enfants, les dimensions plutôt réduites de ce type de piscine limitent les possibilités pour y nager et même en maîtrisant les virages flip-turn peuvent donner la sensation de faire plus souvent demi-tour que de nager.

Généralement il n’y a pas de système pour chauffer l’eau, ce qui limite l’utilisation aux belles journées d’été, voire à la mi-saison pour les moins frileux ou les plus sportifs.

Il faut également faire attention au liner qui est fragile et d’éviter tout objet qui pourrait l’abîmer voire le déchirer.

Peut-on s’entraîner et faire des séances de natation dans une piscine tubulaire ?

Soyons clairs, une piscine ronde n’est pas vraiment idéale pour nager mais plutôt de barboter. Eventuellement on peut y faire de l’aquagym voire de l’aquabike.

Il va y avoir davantage de polyvalence avec une piscine rectangulaire, surtout pour les plus grandes. Dans une piscine de 9m de long il faut faire 11 longueurs pour faire 100m. Le nageur qui veut nager plusieurs kilomètres quotidien risque de s’y trouver à l’étroit et passera son temps à faire des demi-tour.

Néanmoins des solutions pratiques existent pour les nageurs, comme nager avec un élastique de natation ou un harnais attaché à un point fixe (comme l’échelle de la piscine par exemple) afin de palier à cette limitation et pouvoir nager en continu.

En combinant de la nage avec et sans élastique sur une séance il est possible de construire un entraînement complet et varié : avec des intervalles de temps dans le premier cas, et de distance dans le second.

Quel entretien faut-il prévoir pour une piscine tubulaire ?

Pour éviter la formation d’algues, et le développement de micro-organisme, il y a des traitements chimiques comme le chlore, et des produits anti-algue à ajouter dans l’eau. L’eau doit également être filtrée en continu pour la nettoyer de toutes les impuretés, poussières, cheveux, etc. Les kits de piscine tubulaire comprennent généralement ce système de recyclage d’eau.

En plus de la vérification du bon fonctionnement du filtre, il faut surveiller régulièrement le pH de l’eau, et d’ajuster si besoin pour un bon confort de baignade.

Quel protocole sanitaire pour les piscines pendant la pandémie de Covid-19 ?

Nous avons pu le constater, les piscines ont su très rapidement mettre en place un protocole sanitaire pour permettre d’accueillir des nageurs avec le maximum de précautions sanitaires. Plus ou moins contraignants, plus ou moins efficaces, essayons de revenir ici sur les mesures qui ont été prises, et celles qui pourraient l’être lors de la réouverture tant attendue de nos piscines.

L’inscription préalable

Une des mesures les plus contraignante de toutes : l’inscription préalable. Assortie d’une limite drastique de nageurs en simultané, et de créneaux stricts.

Cette mesure avait été généralisée au tout début du premier déconfinement, mais rapidement levée avec l’assouplissement des mesures sanitaires gouvernementales et autre, qui faisaient croire à l’époque que l’épidémie était déjà terminée.

Dans l’idéal il faut une plateforme de réservation ou une application mobile avec paiement intégré, mais une solution moins couteuse et plus rapide à mettre en place aurait été la prise de rendez-vous, en téléphonant à la piscine, pour être inscrit sur le cahier et un paiement sur place (pour tenir compte des abonnements, des tarifs réduits, etc).

Cette mesure va de pair avec l’abaissement drastique de la FMI : Fréquence Maximale Autorisée.

Vendredi 13 mars 2020, la piscine Jean-Taris dans le 5e arrondissement, limite la FMI à 100 personnes. Crédit photo : Nri / nageurs.com

On peut citer le Club des Nageurs de Paris (CNP) qui a mis en oeuvre un système de réservation préalable entre juillet et début septembre pour réguler la fréquentation dans leur bassin de 25m qui situé dans l’enceinte de la piscine Roger le Gall. Des créneaux de 90 minutes étaient réservables sur une application mobile, avec une limite de 20 personnes par créneau (soit 4 personnes par ligne d’eau). En outre ils ont eu la gentillesse de permettre des réservations (gratuitement en plus) par tous les nageurs inscrits à un club parisien. Ce système présentait aussi l’avantage d’afficher le nombre de places réservées permettant à chacun de s’inscrire en connaissance de l’affluence, avec la possibilité de libérer sa place jusqu’à 1h avant de venir.

Une amélioration de cette mesure pourrait être un échelonnement des arrivées, afin d’éviter les attroupements aux douches et aux vestiaires.

A l’opposé, une mesure mal comprise des usagers a été l’instauration dans certaines piscines d’une pause rallongée pour le ménage et la désinfection complète entre deux créneaux (entre les scolaires et le public par exemple), réduisant en conséquence fortement la durée des créneaux.

Enfin, même si cette solution n’a pas été envisagée jusque là, une prise de température avant l’entrée dans l’établissement pourrait très bien faire partie d’un protocole sanitaire futur.

La discrimination par public

L’état d’urgence sanitaire permet certes une discrimination en autorisant certaines personnes selon des critères d’âge ou autre comme c’est le cas actuellement, et interdire l’accès à d’autres. Seules les piscines et salles de sport ont ces règles, qui sur le long terme sont assez injustes.

Les mesures prises dans les vestiaires

En complément de la réservation obligatoire préalable, certaines piscines ont affecté un numéro de vestiaire et un numéro de casier individuel.

Certaines piscines, plutôt que de condamner un casier sur deux, ont condamné un bloc de casier sur deux. Moins de ménage à faire ! Et autant de nageurs dans un espace plus réduit pour se changer.

Crédit photo : Domino / nageurs.com

Certaines piscines ont fait le choix plus radical de condamner complètement les casiers. Chacun devant apporter ses affaires à côté du bassin. On imagine facilement que cette mesure est fortement dissuasive, mais le nageur motivé s’en accommodera.

Les marquages au sol

Les différents marquages au sol, permettent de rappeler à chacun à garder ses distances. Certaines piscines sont allé plus loin en installant des barrières pour séparer physiquement les sens de circulation.

La présence de ces marquages traduit une bonne volonté que l’on ne peut que saluer.

Crédit photo : Domino / nageurs.com

Le cas des douches

C’est l’un des lieux où la promiscuité est la plus forte. Pour des raisons d’hygiène, il semble délicat d’empêcher les nageurs d’y accéder avant d’aller nager, même si la majorité des nageurs en club n’en prennent jamais avant d’aller dans le bassin.

Beaucoup de piscines ont mis un marquage pour condamner une douche sur deux. D’autres ont mal implémenté le protocole en condamnant à la place un bloc de douche sur deux (citons la piscine Jacqueline Auriol par exemple).

Certaines piscines stoppaient les douches 30 minutes avant l’évacuation du bassin, cela permettait aux nageurs voulant prendre leur douche de sortir plus tôt donc de mieux lisser dans le temps les départs, et d’éviter un attroupement à la fin.

En tant que nageur, on remarque souvent que le passage à la douche est bref avant d’aller nager, mais s’éternise après sa séance. L’occasion de bavarder voire faire ses étirements. Il aurait été tout à fait possible d’interdire purement et simplement les douches en sortant.

Quelles mesures peuvent être prise dans les lignes d’eau ?

Des consignes particulières peuvent être demandées aux usagers, comme l’interdiction de stationner à deux personnes ou plus en bout de ligne d’eau.

Une des pires mesures qui a été heureusement adoptée par une poignée de piscines seulement (par exemple à Nogent sur Marne), a été l’instauration d’un « sens de nage » dans les lignes d’eau, avec obligation de changer de ligne à chaque virage. Il faut avoir bien du dédain voire du mépris pour les nageurs pour décider ce genre de chose !

Au contraire une mesure simple constatée par exemple à la piscine de Puteaux a été l’affichage d’un nombre maximum de nageurs par ligne. Cela permet tout d’abord à chacun de se répartir au mieux dans les lignes.

On a pu constater aussi parfois l’interdiction de tout sac et serviette au bord du bassin. Mais parfois aussi tout matériel de natation, y compris le matériel type petites palmes, pull-buoy, et même de bouteille d’eau !

Une mesure que l’on aurait aimé notamment à Paris, afin encore de permettre d’espacer au maximum les usagers, c’est d’évacuer plus tardivement les nageurs du bassin. Plutôt que 30 minutes avant la fermeture, il serait préférable de réduire à 15 minutes largement suffisant, voire 5 minutes.

Aérer régulièrement semble être une bonne mesure à généraliser.

La zone de déchaussage

Ces zones sont généralement assez réduites en surface. Les bancs pour mettre et retirer ses chaussures ont parfois une place sur deux de condamnée par un autocollant, quand ce n’est pas le banc complet qui est retiré.

La plupart des piscines ont débranché leur sèche-cheveux. La volonté étant d’éviter les attroupements.

Se sécher les cheveux longuement avant de sortir de la piscine ? Pas possible en période de Covid-19 ! Crédit photo : Snoop77 / nageurs.com

La mesure qu’on aurait aimé voir mais qu’aucune piscine n’a mis en place

Cette période difficile est propice aux remises en causes et changements en profondeur !

On aimerait militer pour des horaires élargis, plus tôt le matin, plus tard le soir. De 6h à 23h tous les jours ! Une mesure à pérenniser, avec sans doute un coût horaire moindre qu’un équivalent en construction de piscine supplémentaire, pour démocratiser davantage pratique sportive alors que l’on va accueillir les JO 2024.

Une répartition à revoir éventuellement entre le public, les scolaires, et les clubs. En gardant certes une priorité aux scolaires pour l’apprentissage élémentaire de la natation, en s’appuyant davantage sur les bassins-école de proximité pour les petites classes, afin de permettre l’accès à la piscine à plus de classes.

On pourrait aussi souhaiter une meilleure répartition des créneaux entre associations sportives, en privilégiant celles qui mettent le mieux en oeuvre leur projet sportif pour le plus grand nombre.

Le couloir de nage, la meilleure option pour une piscine individuelle

En tant que nageur, la piscine idéale est celle qui va permettre de pratiquer la natation dans les meilleurs conditions. Un bassin de type « couloir de nage » permettant de retrouver les caractéristiques d’un bassin sportif, est particulièrement approprié.

Cette configuration de bassin permet le plus de polyvalence et permet à la fois de nager, mais aussi se détendre et s’amuser. Toute en longueur, et avec des dimensions réduites, une piscine Couloir de nage est celle qui se rapproche le plus des bassins sportifs, et présente donc le meilleur compromis pour son choix se piscine.

Piscine de type couloir de nage enterrée. Crédit photo : Snoop77 / nageurs.com

Selon les dimensions et la profondeur, il existe des solutions à la fois hors-sol (par exemple les piscines en container recyclés de 6m ou 12m de long), mais aussi de ligne de nage semi-enterrée ou enterrée. Il sera dans certains cas nécessaire de se renseigner auprès du service d’urbanisme de sa commune, et le cas échéant d’obtenir un permis de construire.

Quelle largeur est la plus adaptée pour un couloir de nage ?

Prenons comme repère les dimensions des piscines municipales. Généralement la largeur d’une ligne d’eau est de 2,50m ce qui correspond aux exigences des bassins homologués pour les compétitions de natation. Cette largeur permet de nager sans problème dans toutes les nages. Mais contrairement aux piscines municipales où le mouvement peut « déborder » sur la ligne adjacente, une piscine individuelle aura un mur de chaque côté. Ainsi une largeur légèrement supérieure permettra de pouvoir nager à deux côte à côte sans se gêner mutuellement.

On pourra citer en mauvais exemple de la piscine Pailleron connue par les parisiens qui se plaignent de ses couloirs étroits (5 couloirs étroits + 1 couloir large) rendant les dépassements très compliqués.

Quelle profondeur de piscine pour nager ?

La paramètre de la profondeur est important à prendre en compte, car cela va avoir un impact important sur la quantité d’eau nécessaire pour remplir la piscine, et d’électricité nécessaire pour la maintenir à température.

Il est tout à fait possible de nager même dans une piscine à faible profondeur dans laquelle on a pied partout. Cependant la profondeur minimale ne devrait pas être inférieure à 80cm. Beaucoup de nageurs ont d’ailleurs des difficultés à faire des virages dans les piscines ayant une profondeur comprise entre 80cm et 1m10.

Une piscine de trop faible profondeur présente néanmoins un réel danger en cas de plongeon « tête en avant », d’autant qu’il est parfois difficile de jauger de la profondeur réelle d’un bassin. Une profondeur de 1m50 au minimum est préférable pour plus de sécurité sur cet point.

Quelle longueur de piscine pour aligner des longueurs ?

Une séance de natation dure généralement autour d’une heure, et un nageur de niveau moyen va parcourir une distance comprise entre 2 et 3 kilomètres.

Ce qu’il faut avoir à l’esprit c’est qu’à chaque fois que l’on fait un virage, en poussant le mur du pied, y compris en coulée dite « passive » on est propulsé sans effort d’environ 3m.

On peut estimer qu’un nageur de crawl va être propulsé de 0,8m à 1,4m par mouvement de bras. La longueur d’une piscine va donc déterminer le nombre de cycles de bras par longueur. En comptant les virages, un bassin de 10m va donc permettre entre 5 et 9 mouvements de bras, quand une piscine de 15m en permettra entre 8 et 15.

Une ligne de nage devra donc mesurer au minimum 10m de long pour conserver un intérêt sportif.

Même avec ces dimensions plus petites que celles d’un bassin municipal, il est possible de construire des séances sportives de natation très variées, et bien sûr aussi de profiter de manière ludique et exclusive de sa piscine.

Rétrospective sur la fermeture des piscines liée à l’épidémie de Covid-19

Particulièrement affectés par la pandémie du coronavirus, les piscines ont subit de longues périodes de fermeture. Dernière mise à jour 09/04/2021.

Le premier confinement : 98 jours de fermeture

Le jeudi 12 mars, le Président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles jusqu’aux vacances scolaires (prévues du 4 au 20 avril à Paris). Le lendemain les clubs de natation commencent à prendre des mesures pour suspendre leurs activités, et le 14 mars toutes les piscines ferment leurs portes.

Lundi 16 mars, Macron annonce pour le lendemain un confinement qui devra durer « 15 jours au moins ». Le 27 mars, c’est le Premier Ministre Edouard Philippe qui annonce un prolongement du confinement pour 2 semaines supplémentaires.

Le 2 avril, la FFN à qui on peut reprocher un manque de communication sur le début de l’épidémie, annonce la suspension de toutes les compétitions de natation jusqu’au 30 juin.

Le 13 avril, le Macron prend à nouveau la parole et annonce la poursuite d’un confinement strict jusqu’au 11 mai. Ce sera heureusement la dernière prolongation.

Mais après ces 55 jours de confinement strict, des restrictions vont perdurer. Le 2 juin les piscines situées en « zone verte » ont pu ouvrir à nouveau leurs portes, avec une réservation obligatoire d’un créneau horaire.

Crédit photo : Snoop77 / nageurs.com, Piscine du Val d’Europe.

A Paris, nous sommes passés en zone verte le 15 juin, mais avons du attendre le 22 juin pour une réouverture des piscines. Pour restreindre la fréquentation certaines piscines ont appliqué la réservation, mais cela n’était pas généralisé et à partir de cette date il a été possible de retourner nager. Certaines règles sanitaires ont été mise en place dans les piscines.

Signe de la longue attente, il y a eu une vraie ruée vers les piscines, encouragé aussi par les belles journées d’été.

Partout dans le monde, les piscines mettent en oeuvre un protocole sanitaire. Ci-dessus à Montréal en aout 2020. Crédit photo : Saigonnais / nageurs.com

Le deuxième confinement : des fermetures différentiées selon les régions

Les grandes métropoles passent les unes après les autres en état d’alerte maximale. Ce qui a pour conséquence que les piscines couvertes ne peuvent plus y accueillir de public.

C’est le cas dès le cas dès le 23 septembre à Aix-Marseille, le 25 septembre à Lille, le 6 octobre à Paris, le 10 octobre à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne, et le 13 octobre à Toulouse.

Il était cependant possible à ce moment là de continuer à nager dans les piscines découvertes.

Le 14 octobre, le Président Macron annonce l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire. Le 22 octobre, le nouveau Premier Ministre Jean Castex annonce au couvre feu de 21h à 6h sur l’ensemble du territoire avec prise d’effet le 23 octobre au soir.

Les piscines ajustent alors leurs horaires de fermeture pour que chacun puisse regagner son domicile avant le couvre feu.

Mais le mercredi 28 octobre, le Président de la République décrète un nouveau confinement de 4 semaines démarrant dès le vendredi le 30 octobre au soir.

Contrairement au premier confinement, certaines piscines ont pu avoir des dérogations pour ouvrir leurs portes aux détenteurs de certificats médicaux attestant une ALD (Affection Longue Durée), la natation scolaire, les sportifs de haut niveau.

Des allègements au confinement ont eu lieu dès le 28 novembre avec la possibilité de se déplacer dans la limite de 20km et 3 heures (contre 1km pendant 1 heure pendant le confinement).

Le 1er décembre, il est annoncé que les établissements classés PA, soit les établissements de plein air peuvent à nouveau ouvrir leurs portes au public. Or une piscine extérieure n’a pas forcément la classification administrative PA à partir du moment où celle-ci dispose de vestiaires, de douches, ou de bassins intérieurs. Seule une infime partie des piscine a donc pu rouvrir au public début décembre.

L’instauration progressive d’un couvre feu national

Le mardi 15 décembre, c’est la fin du second confinement, mais un couvre feu national est instauré le même jour sur tout le pays, de 20h à 6h. Les mineurs peuvent à nouveau nager dans un cadre périscolaire (en club par exemple).

En dehors des publics spécifiques qui continuer d’accéder aux piscines sous certaines modalités, le grand public et les clubs devront attendre au moins jusqu’au 20 janvier 2021.

Au cours des vacances de Noël, le variant britannique VUI-202012/01 qui est entre 50% et 70% plus contagieux que la souche d’origine SARS-CoV 2, se répand dans de très nombreux pays qui durcissent très fermement les mesures en place avec des re-confinements stricts. En parallèle, les premiers vaccins sont homologués et commencent à être administrées.

Le 1er janvier 2021, le gouvernement par la voix de son porte parole Gabriel Attal annonce que les cinémas et salles de spectacle qui devaient ré-ouvrir le 7 janvier ne pourront pas le faire, sans donner de nouveau calendrier. Il annonce également que dès le lendemain le couvre-feu sera renforcé dans 15 départements et s’étend à présent de 18h à 6h.

Le 4 janvier, le premier ministre anglais Boris Johnson annonce un reconfinement total de toute l’Angleterre avec fermeture des écoles. Le lendemain on a appris que ce confinement devrait durer jusqu’au mois de mars.

Le 7 janvier, Jean Castex annonce qu’il n’y aura pas d’assouplissement avant le mois de février pour tous les secteurs ayant actuellement des restrictions. Le couvre feu est maintenu sera étendu à partir du 10 janvier à 10 autres départements de l’Est de la France.

Contre toute attente, en Ile-de-France quelques piscines avec un bassin extérieur mais non classées équipement de plein air réouvrent leurs portes à tous. C’est le cas de la piscine d’Orsay le 6 janvier (toutes les affaires doivent être apportées dans un sac au bord du bassin), de la piscine de Puteaux le 12 janvier (on peut laisser ses affaires au vestiaire, et y prendre une douche), de la piscine de Melun depuis le 13 janvier, et de la piscine Villeneuve la Garenne depuis le 1er février.

Une des mesures du protocole sanitaire mise en place à la Piscine de Puteaux. Crédit photo : Sylsyl / nageurs.com

Le 14 janvier, le gouvernement annonce un couvre-feux national dès 18h sur tout le territoire de métropole dès samedi 16 janvier, pour un minimum de 15 jours. Il est également annoncé ce même jour, l’interdiction à partir du 18 janvier des activités sportives scolaires et périscolaires en intérieur.

Fin janvier, les voix pressent l’exécutif de reconfiner le pays. Cependant on constate un tassement dans le nombre de contaminations, une inflexion, et finalement à peine plus de 3,100 personnes en réanimation. Ces chiffres bien que mauvais permettent néanmoins de donner un espoir d’éviter un troisième confinement ! C’est pourquoi, alors que nous attendions d’un jour à l’autre une allocution présidentielle annonçant la mauvaise nouvelle, le Premier Ministre a annoncé le 29 janvier de nouvelles mesures comme la fermeture des frontières et des grands centres commerciaux, ainsi que des contrôles renforcés sur le respect des règles actuelles, mais sans durcissement de celles-ci.

Mi-février, on constate effectivement une stabilité des restrictions, et une baisse lente mais régulière dans les contaminations. Clairement le gouvernement a gagné son pari de ne pas reconfiner trop tôt, et d’aller à l’encontre de l’avis des médecins.

Cependant au cours des vacances scolaires, on commence à constater un sursaut dans les contaminations. Le nombre de personnes augmente d’une semaine sur l’autre. Le département des Alpes-Maritimes avec un taux d’incidence de 700 cas pour 100,000 habitants est le premier département basculant en confinement partiel le week-end : il sera néanmoins possible de continuer de sortir avec une attestation pendant 1 heure par jour jusqu’à 5km de son domicile. La ville de Dunkerque quelques jours plus tard est également frappée par un confinement partiel durant le week-end.

Lors de la conférence de presse du 25 février, le Premier Ministre Jean Castex annonce qu’une vingtaine de départements sont désormais sous surveillance renforcée. Les mesures sanitaires ont été renforcées à partir du week-end du 5 mars avec le fermeture des grands centres commerciaux.

Comme on pouvait s’y attendre, la mesure du confinement du week-end n’a pas eu beaucoup d’impact, si bien que le 9 mars le gouvernement a annoncé son prolongement pour 3 semaines dans l’agglomération de Dunkerque. Le lendemain, on a appris que la région de Nice aurait quant à elle un week-end supplémentaire de confinement. La situation en Ile-de-France inquiète avec plus de 90% de taux d’occupation des lits de réanimation pour des patients covid.

Un troisième confinement

Le jeudi 18 mars en conférence de presse, le Premier Ministre Jean Castex annonce un reconfinement dans 16 départements pour une durée de 4 semaines soit jusqu’aux vacances de Pacques pour les parisiens. Mais à l’opposé de restrictions, c’est tout un champ de libertés qui sont annoncées. La bonne nouvelle est le couvre feu en vigueur à 18h est repoussé à 19h en anticipation de l’heure d’été.

Les activités sportives en intérieur sont de nouveau autorisées pour les enfants, sur le temps scolaire. Cela concerne notamment les piscines, qui vont pouvoir à nouveau accueillir les enfants. Les stades et lieux de plein air qui étaient ouverts le resteront : le gouvernement veut inciter les français à sortir car il y a infiniment moins de contaminations en plein air qu’à l’intérieur.

Enfin il est possible de se déplacer librement dans un rayon de 10km de son domicile sans limite de temps et avec un simple justificatif de domicile.

Le 26 mars, 3 nouveaux départements sont également concernés par le reconfinement.

Le 31 mars, le Président Macron annonce que les mesures en place dans les 19 départements seront étendues au reste du territoire métropolitain, et que les écoles seront fermées. Les élèves auront une première semaine de cours à distance, puis des vacances anticipées de 2 semaines, aux mêmes dates pour les trois zones. Concernant le sport, le Président a annoncé à la 22e minute de son allocution qu’un calendrier serait établi entre mi-mai et début de l’été pour la réouverture du sport (donc pour une ouverture ultérieure). Les restaurants et la culture seront quand à eux autorisés à ouvrir en terrasse dès la mi-mai avec des conditions strictes.

Le 8 avril, selon une déclaration de Monsieur le Ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, il sera dans les prochains jours possible de pratiquer du sport dans un établissement de plein air jusqu’à 30km autour de son domicile, et les piscines en plein air sont citée comme faisant partie du dispositif.

La piscine de la Butte-aux-Cailles, histoire et patrimoine

Article sponsorisé

Nichée au cœur du quartier auquel elle a emprunté son nom, à quelques minutes de la bouillonnante place d’Italie, la piscine de la Butte-aux-Cailles accueille les nageurs depuis 1924. Classée à l’inventaire des Monuments historiques, elle affiche un style Art déco derrière sa façade en briques rouges, tout en courbes et baignée d’une douce lumière naturelle grâce à ses grandes baies vitrées. Envie d’y faire quelques brasses ?

« Gérard Sanz – Mairie de Paris © »

Place Verlaine, dans le 13ème arrondissement de Paris, quartier pittoresque de la Butte-aux-Cailles, un petit bout de campagne aux ruelles ouvrières et étroites, à l’âme de village. Derrière la belle façade recouverte de briques rouges se cache l’une des plus anciennes piscines, et la troisième qui voit le jour à Paris : la piscine de la Butte-aux-Cailles. Construite entre 1922 et 1924, par Louis Bonnier, architecte et urbaniste de la ville, la piscine actuelle cache une histoire beaucoup plus ancienne qui remonte à 1866, date à laquelle fut découverte une source d’eau chaude souterraine sur son emplacement. En 1908, elle devient un établissement de bains-douches.

Une piscine en avance sur son temps

Nageurs, amoureux du patrimoine, curieux, touristes mais aussi cinéastes aiment venir ici. Pour l’anecdote, des scènes du « Grand Bain » de Gilles Lellouche (2018), y ont été tournées ainsi que de nombreux clips et pubs. La piscine de la Butte-aux-Cailles s’inscrit dans le mouvement de l’Art nouveau. Dès son origine, la piscine adopte les nouvelles avancées sanitaires, d’hygiène et techniques de l’époque. C’est la première à le faire à Paris.  Douches et pédiluves sont obligatoires avant l’accès aux bassins. Louis Bonnier, l’architecte, utilise du béton armé pour la voûte du bassin de natation, soutenue par sept arches légères.

Renaissance et chauffage écologique

La réhabilitation de la piscine par l’architecte Johanna Fourquier a permis de préserver l’intégrité du bâtiment et son architecture en béton, tout en la mettant aux normes. Les bains-douche sont encore en activité, alimentés pas les eaux de la source. Aujourd’hui, la piscine compte trois bassins, celui de l’intérieur et les deux extérieurs ainsi qu’un solarium. Été comme hiver, un bassin nordique extérieur unique à Paris, accueille les nageurs les plus frileux !  L’eau est chauffée à 28°C grâce à un système innovant. Le principe ? Réutiliser la chaleur émise par un data center pour chauffer l’eau de manière économique et écologique.

Si vous cherchez un hôtel dans le 13ème arrondissement de Paris à proximité de la piscine, rendez-vous sur Allovoyages : L’Hôtel ibis Paris Italie Tolbiac 13ème, est un 3 étoiles qui se trouve 177 Rue de Tolbiac et propose des chambres à partir de à 79 euros la nuit. Un peu plus loin, l’hôtel Verlaine est un 2 étoiles, au 51 Rue Bobillot,  à partir de 78 euros la nuit.

Piscine de la Butte aux Cailles. Adresse : 5, place Paul Verlaine 75013 PARIS Métro Corvisart, ligne 6

Comment calculer sa distance de nage dans une piscine de 33m ?

Ton coach ou toi même a préparé un programme d’entraînement, tu te mets à l’eau, et arrivé à la première longueur tu te dis : tiens je pensais que c’était un 50m c’est bizarre je suis déjà au mur ?! Ou alors que pour un bassin de 25m il te faut beaucoup de coups de bras en plus pour arriver de l’autre côté !? Alors en fait tu es peut-être dans un bassin de 33 mètres !

Quelques repères

Il faudra ainsi nager 3 bassins pour 100 mètres, 6 bassins pour 200m, 12 bassins pour 400m, etc.

A chaque 100m le nageur arrive donc d’un côté différent, cela peut soit aider à compter soit au contraire porter à confusion. Et toutes les 30 longueurs c’est 1km de nagé.

Les choses se compliquent sur le 4 nages !!

Autant pour le 4 nages en bassin de 25m ou sur 50m les choses sont simples, mais en bassin de 33m les distances ne tombent pas juste… alors à quel moment précis faut il changer de nage ?

Pour résumer cela un schéma, le nageur commence côté grand bain :

On suppose que la piscine fait 33,33m, à l’épaisseur de carrelage près.

C’est donc compliqué pour le 100m car les changements de nage interviennent à des endroits différents tous les 25 mètres…

C’est en revanche faisable pour le 200m avec des changements de nage exactement au milieu de bassin, à chaque longueur et demi.

Ici à la piscine de Montparnasse il y a un marquage spécifique dans le bassin de 33m avec un repère pour le 25m et un repère pour le 50m.

On peut aussi « tricher » et faire plus court sur certaines nages que d’autres pour simplifier ! Par exemple 200m 4 nages avec une longueur de pap, deux longueurs en dos, une en brasse, et deux en crawl.

Adapter son programme aux dimensions du bassin

L’idéal est de construire l’entraînement spécifiquement pour cette longueur atypique de bassin, en remplaçant les 100m 4n par des 133m 4 nage (une longueur par nage), et les 200m 4 n par des 266m 4 nage (un aller-retour dans chaque nage).

Garder à l’esprit qu’une des difficulté technique du 4 nages sont les virages, donc changer de nage en milieu de bassin ne permet pas de s’entraîner sur cet aspect !

Avec les autres nages, on peut jouer sur les allures par exemple 400m avec plusieurs allures dans chacun des 100m, ou encore prévoir du fractionné en adaptant les temps de départ.

Quid des piscines d’hôtel de 12 mètres, 15 mètres, 17 mètres, etc ?

De la même manière raisonner en nombre de longueur plutôt qu’en distance, et éventuellement calculer ensuite les distances correspondantes. Même si les distances ne sont pas des multiples de 100m les effets bénéfiques de la natation seront là malgré tout.

Enfin on peut aussi avoir recours à une montre sportive qui calculera la distance parcourue, après avoir renseigné la longueur du bassin.

Rénovation de la piscine Blomet

La piscine Blomet en travaux depuis juillet 2018 doit réouvrir à l’été 2020. Visite d’un chantier à 9,6M d’euros, qui s’inscrit dans le plan « Nager à Paris ».

Image du bassin en cours de rénovation – décembre 2019

La piscine Blomet est une des rares piscines de 50m à Paris. Elle a été conçue en 1925 avec une architecture en béton et des verrières. L’une de ses particularités est la forme de la parcelle de terrain particulièrement désavantageuse, toute en longueur : 130m de long pour seulement 18m de large. A l’origine, l’eau du bassin provenait d’un puit artésien foré de 587 mètres, directement à température de 28°C, et potable ! Ce système de chauffage naturel a été utilisé jusqu’à la première grande rénovation de la piscine en 1961.

Plan d’origine, source « Le Génie Civil » du 20/04/1929.

Lors de sa première rénovation, la voûte en béton d’origine qui surplombait le bassin (dans le même genre que celle existant encore à la piscine de la Butte aux Cailles) a été remplacée par une verrière métallique vitrée.

La piscine Blomet en 1928 avec sa voûte en béton (source BNF), à droite en 2018 avant les travaux (crédit photo nageurs.com)

Les travaux actuels vont permettre une modernisation complète du bâtiment, une mise en conformité au regard de l’accessibilité, une amélioration des performances énergétiques par son raccord au réseau de chauffage urbain CPCU et aussi une adaptation des espaces aux usages actuels.

La forme du bâtiment rend contraignant sa rénovation, tout comme l’a été sa construction à l’origine. Le chantier devant démarrer par le fond de la parcelle (le bassin) pour se terminer par la façade sur rue.

Le bassin ainsi que ses fondations ont été complètement démolis, les gravas évacués, et un bassin tout neuf construit au même emplacement. De mêmes dimensions que celui d’origine, celui-ci a néanmoins deux modifications importantes. La profondeur du côté le moins profond restera ainsi la même à 85cm, par contre celle-ci ne sera plus que de 2m côté grand bain contre 3,05m avant travaux (à l’origine il y avait un plongeoir). Le volume d’eau passera ainsi de 1300m3 à 800m3 ce qui permettra des économies en eau et en chauffage.

Autre particularité, un mur mobile pourra permettre de moduler le bassin en deux bassins de 25m selon les horaires. Cette modularité pourra permettre d’améliorer la cohabitation public – club – scolaire et d’optimiser l’exploitation de l’établissement.

La salle de musculation installée auparavant au milieu des vestiaires va déménager au dessus de l’accueil sur un espace de 70m2, et un accès au 2e étage a été percé dans le mur permettant de déambuler entre cette salle, les vestiaires et la piscine.

Vestiaires en cours de rénovation – décembre 2019. On devine le nouvel accès à la salle de musculation sur le palier du 2e étage.

La zone vestiaire va gagner en luminosité, le plafond de verre a été retiré, laissant un volume plus important jusqu’à la grande verrière qui le surplombe. Les cabines vont rester en place mais ne fermeront plus à clé : des armoires de casier ont été installées. Cela va permettre d’augmenter le nombre maximal de personnes qui peuvent simultanément fréquenter l’établissement de 300 personnes contre 200 avant la rénovation.

Les vestiaires qui surplombent le bassin seront condamnés.

Visitée début décembre 2019, les travaux sont bien avancés. La piscine doit réouvrir pour l’été 2020.

Les images se sont vues appliquées un filtre artistique afin de donner une vue d’ensemble de l’architecture sans dévoiler les détails du chantier réalisés par Bouygues Batiment.

Est-il possible de nager dans une piscine hors-sol ?

Une piscine hors sol est une alternative sérieuse à la piscine en dur classique. Ce type de piscine a l’avantage de pouvoir être facilement installée puis démontée, parfois en quelques heures ou quelques jours seulement. Il s’agit également d’une solution plus économique. C’est ainsi que des particuliers ou des collectivités peuvent installer ce type de bassin pendant l’été puis les démonter afin de libérer l’espace le reste de l’année. Il est même possible d’installer ce type de bassin pour quelques heures seulement, comme cela a été le cas par exemple pour la journée de l’olympisme sur la place de la Concorde le 23 juin dernier.

Cet été, la ville de Paris a mis à disposition plusieurs de ces bassins afin de proposer gratuitement des lieux de détente et de rafraîchissement aux parisiens, en complément des piscines municipales.

Peut-on vraiment nager dans ce type de bassin ? Quelle différence par rapport à nager dans un bassin classique ?

Je suis allé pour cela dans le bassin de baignade installé dans le stade Léo Lagrange situé à côté de la porte de Charenton, afin de mieux me rendre compte de l’expérience aquatique que peut procurer ce type de bassin.

La structure est surprenante car les parois sont très fines, le système pour retenir cette grande quantité d’eau semble assez ingénieux. La matière des parois est très agréable au toucher car douce et lisse. Comme dans une piscine classique l’eau y est chauffée, filtrée et contrôlée tout au long de la journée, une zone pour les machines est ainsi installée derrière la piscine.

Ce type de bassin a généralement une taille plus petite que les piscines municipales, la mairie a choisi un bassin aux dimensions de 15 mètres de long pour 10m de large. Comme on peut le voir sur la photo, il y a beaucoup de tuyaux apparents pour le filtrage et chauffer l’eau, il existe aussi des modèles de piscine hors sol en bois plus esthétiques.

Les parois sont plutôt souples et élastiques. Celles ci absorbent une partie de l’énergie lors des poussées des culbutes. Généralement un nageur réalise une poussée moyenne à chaque virage de 5 mètres, il lui reste donc à chaque longueur une bonne dizaine de mètres pour réellement nager.

Ce type de bassin est donc plutôt pour une utilisation loisir. On peut donc y nager à une allure modérée, s’y amuser et s’y détendre. Mais les dimensions, la faible profondeur, et l’élasticité des bords ne seront pas adaptés pour un nageur athlète souhaitant réaliser un entraînement complet à haute intensité en vue de préparer des compétitions.

Ces bassins hors sol rivalisent avec les bassins en dur, et il en existe une gamme très large. On trouve même des bassins hors sol olympiques de 50m de long, 25m de large et 3m de profondeur ! L’une de ces piscines existe à Montréal sur l’île Notre-Dame, et est utilisée par des nageurs de haut niveau pour des compétitions. On espère avoir la même un jour à Paris !

Des piscines et autres lieux insolites à privatiser

Que ce soit pour l’organisation d’événements professionnels ou privés, un incontournable reste le choix d’un lieu adapté à l’événement, tant pour l’ambiance, des services proposés, la capacité, ou encore les aménagements proposés. Certains lieux se distinguent ainsi en mettant à disposition une piscine pour l’organisation d’événements, offrant à coup sûr un souvenir mémorable aux invités !

Pouvoir privatiser un lieu avec une piscine est plutôt exceptionnel, d’autant plus à Paris et proche couronne où la plupart des piscines sont municipales et donc réservé à un usage sportif. Mais un site propose un annuaire avec les salles de location avec piscine à Paris. C’est ainsi qu’il est possible de privatiser une piscine par exemple pour faire une présentation de produit à la presse spécialisée, le tournage d’un film, un défilé de mode et bien d’autre type d’événement. Mettre à disposition une piscine donne un caractère unique à l’événement et pourra éveiller chez les participants des émotions liées à la détente, à l’évasion et au plaisir d’être au contact de l’eau. Découvrir ses collègues en maillot de bain, siroter un cocktail au bord d’un bassin, ou se rafraîchir lors d’une chaude soirée d’été, c’est à coup sûr des ingrédients pour une soirée mémorable.

Le superbe bassin d’hiver de la piscine Molitor à Paris 16ème fait partie des lieux qu’il est possible de privatiser.

Des souvenirs inoubliables pour les invités

La présence d’une piscine est la garantie de faire plaisir à ses invités. Amis ou collègues seront ravis de profiter de ce moment agréable au bord d’un bassin ou même dans l’eau. Pour une pool party avec ses amis, un événement de team building d’entreprise, ou encore organiser un cocktail dans un lieu avec pour décors une magnifique piscine. De nombreux lieux offrant différente capacités d’accueil et d’ambiance permettant d’organiser l’événement de ses rêves au bord de l’eau sans quitter Paris.

Du spacieux salon dont le sol escamotable laisse place à une superbe piscine construite dans des matériaux luxueux, au magnifique bassin art déco, en passant par les piscines des hôtels particuliers : de nombreux choix sont possibles.

Ces lieux pouvant de plus proposer l’organisation d’un service restauration, de vestiaires pour se changer, la mise à disposition de matériel de projection ou sonorisation. Généralement proposés par des hôtels, de nombreux services additionnels d’hébergement, restauration, activités ou même des soins et accès au spa peuvent être proposés.

Des événements de nature très diverse peuvent y être organisés. Bien sûr des fêtes privées comme des mariages ou des anniversaires. Il y a également de nombreux événements professionnels comme des séminaires qui combinent séjour avec détente avec des ateliers de travail, mais aussi des entreprises qui louent ces espaces pour y présenter leurs produits, accueillir des conférences de presse, ou encore y mener des opérations marketing.

Un écrin idéal pour les opérations de com’

On pourra citer par exemple la société Corsair qui a récemment privatisé plusieurs terrasses en simultané dont une avec avec vue imprenable sur une piscine à l’occasion du lancement d’une nouvelle ligne aérienne directe vers Miami. L’entreprise a ainsi voulu recréer l’atmosphère festive de cette nouvelle destination ensoleillée. Corsair a invité à cette soirée originale plusieurs centaines de blogueurs, influenceurs, et journalistes afin de créer le buzz sur les réseaux sociaux, et faire parler de la compagnie.

Un autre exemple d’événement est celui organisé il y a quelques années par la marque allemande Mercedes-Benz en marge d’un édition du mondial de l’automobile. Pour la présentation de leur nouveaux modèles de voiture très haut de gamme ils ont organisé une soirée pour la presse dans un bassin entièrement vidé dans lequel étaient présentées des voitures sur d’immenses podiums amovibles.

On pourra également citer la station de radio NRJ qui a organisé une pool party avec différents articles tels que Snoop Dogg, retransmise en direct à l’antenne.

Afin d’aider les organisateurs à trouver le lieu adéquat pour chacun de leurs événements, le site Privateaser propose de très nombreux lieux à privatiser pour différentes occasions. Chaque lieu est ainsi précisément décrit. On y trouve des bars privatisables, des salons de restaurant, des salles diverses dédiées à la réception, des piscines, péniches, des rooftop, et de très nombreux lieux insolites. Agrémenté de nombreuses photos, le site permet de comparer et d’effectuer des devis en ligne, pour des soirées de quelques personnes à plusieurs milliers d’invités. Le processus de réservation peut ainsi se faire totalement sur internet, permettant de simplifier les échanges avec les établissements, jusqu’à la validation sur le site de la réservation.

Le site simplifie également l’étape de recherche en proposant des catégories permettant de filtrer le type de lieu susceptible d’accueillir votre événement, selon le format en cocktail ou assis, les équipements mis à disposition, et même le budget par personne. Il s’adresse donc à la fois aux entreprises pour l’organisation de conventions, de séminaires, d’afterworks ou encore d’événements média, qu’aux particuliers souhaitant organiser un mariage, ou une fête. Il dispose donc d’un vaste choix de lieux adaptés à tous type d’événement.

3 choses que vous ne savez pas sur les caméras Poséidon de votre piscine

De nombreuses piscines sont aujourd’hui équipées du système Poséidon. Il s’agit d’un système qui se compose de caméras intégrées aux parois des bassins, dont les images sont ensuite traitées par ordinateur et qui surveille de manière automatisée les nageurs. Poséidon est ainsi capable de prévenir des noyades en alertant les maître-nageurs dès lors qu’une personne se trouve immergée sans bouger depuis un certain laps de temps.

Mais les concepteurs de ce dispositif ont réfléchi à d’autres cas d’utilisation que pourrait avoir Poséidon, car leur technologie permet d’offrir aux piscines de nouveaux services. C’est ainsi que le système a été mis à jour et propose désormais de nouvelles fonctionnalités.

En premier lieu, une mise à jour du dispositif permet une capture d’images thermiques. Concrètement plutôt que de reproduire les couleurs de la réalité, la caméra mesure la température et colorise l’image selon la température. Ainsi l’image est bleue pour une température modérée (ici l’eau), et varie de l’orange au rouge sur les nageurs selon les zones corporelles. Mais là où les choses deviennent intéressantes, c’est que les ingénieurs ont eu aussi l’idée de mettre à jour le logiciel de traitement d’image pour analyser ces températures. Le traitement automatisé de l’image permet désormais de détecter les personnes urinant dans l’eau ! Celle-ci laissant une traînée de couleur rouge à l’écran…

Exemple d’image capturée par les nouvelles caméras thermiques de Poséidon.

Le mystère du produit chimique déversé dans l’eau pour colorer le pipi en rouge est désormais résolut, bien des années plus tard, par la technologie !

D’autres cas sont à l’étude, comme compter les longueurs de chaque nageur permettant à chacun d’avoir un rapport individualisé en sortant de l’eau sur sa distance et un récapitulatif de leur séance avec le type de nage, la durée et la vitesse dans chaque nage, et même des conseils d’amélioration technique, grâce à l’analyse très précise des mouvements par les caméras !

Enfin, l’enregistrement en continu des images sous-marines permet de produire en cas d’accident ou de dispute des images permettant de définir les responsabilités de chacun.

On attend avec impatience le déploiement de ces nouveautés dans les piscines équipées !

N’hésitez pas à indiquer en commentaires d’autres idées de fonctionnalités pour la prochaine version de Poséidon !