La baignade, la piscine naturelle du bassin de la Villette

La baignade est l’une des installations municipales dans le cadre de Paris Plage 2018. Pas moins de quatre bassins en plein air sont ainsi mis à disposition des usagers.

Une baignade temporaire ouverte tout l’été

La Baignade a été ouverte le mercredi 20 juin, et restera ouverte jusqu’au dimanche 9 septembre 2018. Elle est ouverte tous les jours de 11h à 21h, et entièrement gratuite.

Concernant les installations, il y a des cabines, des toilettes, des douches avec du savon, une terrasse avec des chaises longues à disposition, et quatre bassins :

  • deux bassins pour les enfants les plus jeunes, avec une profondeur de 40cm
  • un bassin de profondeur 1,20cm
  • un bassin avec 2m de profondeur

Des dales rigides sont disposées au fond de chaque bassin, les paroies percées sur les côtés des bassins permettent à l’eau de s’écouler tout en empêchant les algues, les poissons ou encore les objets de pouvoir traverser et de se retrouver dans le bassin. Un large plancher en bois a été amménagé autour des bassins pour permettre la circulation. Des maîtres-nageurs surveillent en permanence la zone de baignade.

Astuce: Je vous recommande d’apporter des tongs ou claquettes pour deux raisons : il n’y a pas de revêtement spécifique sur le sol entre le bassin et les vestiaires : les quais de la Loire contre lesquels sont installés les bassins sont recouverts d’un mélange de sable et poussière pas très agréable à marcher dessus. Et par ailleurs en cas de fort soleil le sol en bois autour des bassins est extrèmement chaud !

Le système de casier a évolué depuis le début de l’été, à cause de très nombreux vols. D’abord en libre service avec une pièce de 1€ pour choisir son casier, il faut désormais passer à l’accueil pour récupérer une clé de casier en échange d’un document d’identité.

D’ailleurs les vols sont un vrai fléau dans cette piscine d’après le personnel à l’entrée des bassins qui recommandant de laisser l’intégralité de ses affaires dans les casiers, et de bien garder la clé avec soi.

La qualité de l’eau, au centre de l’attention

Contrairement aux piscines traditionnelles, l’eau est celle du canal, lui même alimenté par l’eau de la Marne. Celle-ci n’est donc pas chlorée, ni chauffée, et pas non plus traitée !

Que les candidats à la baignade se rassurent, entre 2 et 4 test quotidiens sont réalisés pour s’assurer de la qualité de l’eau de baignade. Le principe de précaution s’applique, en cas de présence de bactéries (ce qui peut arriver après de fortes pluies), de problème de pH, ou autre, le bassin sera fermé le temps que de nouvelles analyses attestent à nouveau d’une qualité de l’eau satisfaisante et sans risque pour les baigneurs.

Une forte demande des usagers

C’est pas moins de 60,000 personnes qui ont profité des installations l’an dernier, cette année le bassin ouvre un mois plus tôt pour permettre à davantage d’usagers d’en profiter. Les conditions météo de ces derniers mois ont aussi permis d’avoir une eau plus chaude que d’habitude à ce moment de l’année.

Ce dispositif s’inscrit dans le plan « Nager à Paris », et représente une étape également qui illustre la volonté forte à la mairie de Paris d’améliorer la qualité de l’eau, en prévision des JO 2024 dont les épreuves d’eau libre doivent se dérouler dans la Seine.

Des compétitions de nage en eau libre ont d’ailleurs déjà lieu dans le bassin de la villette : l’Open Swim Stars (avec une distance olympique de 10KM), ou encore la Fluctuat en septembre.

Le succès de cette opération confirme l’intérêt de proposer des bassins de baignade, on espère la multiplication des initiatives de ce type. La mairie, malgré un report initialement prévu à 2019 souhaite toujours aménager une zone de baignade dans le lac Daumesnil dans le bois de Vincennes.

Mon avis sur cette expérience de baignade

J’ai donc testé le grand bassin. L’eau est un peu plus fraiche qu’en piscine,  mais la température extérieure et l’absence de vent à ce moment là rendent la baignade très agréable.

Les bassins n’ont pas de ligne d’eau, il n’y a donc pas vraiment de règle sur le sens de la nage, les zones où l’on peut plonger, les priorités, etc.

Lors de ma séance j’ai pu nager 3 kilomètres sont être gêné outre-mesure par les autres baigneurs. Comme on ne voit rien sous l’eau cela oblige à regarder comme en eau libre vers où on va.

En revanche ce manque de visibilité complique la réalisation du « flip-turn », le virage en bout de bassin car il n’y a pas de repère pour savoir à quel moment tourner. Pour ajouter encore de la difficulté, les paroies sont recouvertes de micro-algues, ce qui les rend glissantes. Cela oblige donc à redoubler d’attention pour éviter que le pied glisse et que les orteils se retrouvent dans l’un des trous du mur lors de la culbute.

Les sensations de nage sont très agréables, il y a le plaisir de nager dehors, mais aussi celui d’être dans une eau naturelle, peut-être même plus saine que l’eau de piscines surpeuplées dans lesquelles se mélangent résidus de crème, cheveux, etc.

Quelques jeunes s’amusaient à faire des plongeons, d’autres moins jeunes restaient en bout de ligne pour discuter, mais conjugué avec une affluence raisonnable chacun a pu profiter de sa baignade à sa façon.

C’est donc une très bonne expérience, alors que les piscines à Paris sont prises d’assault rendant compliqué de nager l’été dans de bonnes conditions. Relativement peu fréquenté en semaine, un MNS m’a indiqué que le WE il pouvait y avoir pas mal de monde, il qu’il vaut mieux venir tôt.

Bien qu’excentré dans le nord-est de la capitale ce bassin de nage offre une alternative, et pour ceux qui préfèrent l’eau chlorée chauffée à 28°C ce bassin de baignade aura le mérite de désengorger en partie les autres piscines parisiennes.

Des conteneurs maritimes recyclés en piscines !

Symboles de l’industrie mondialisée, de la consommation de masse, et de l’exploitation d’une main d’œuvre bon marché à l’autre bout de la planète, ce sont bien sûr les containeurs !

Chargés sur des navires immenses, qui peuvent en transporter jusqu’à 20,000 d’un coup à travers les océans, en les empilant jusqu’à 50 mètres de hauteur sur une vingtaine de niveaux. Ils contiennent absolument de tout, puisque presque tous les produits importés le sont par conteneurs. Certains containeurs sont même réfrigérés pour transporter de l’alimentation, d’autres sont ventilés ou aménagés en fonction des produits transportés.

Ils sont prévus pour durer une quinzaine d’année, à naviguer sur toutes les mers, à transporter tout type de marchandises. Certains ont imaginé des méthodes originales pour donner une seconde vie à ces grandes boites. Il existe par exemple des résidences avec des modules préfabriqués en container. En effet la surface de plancher pouvant aller jusqu’à 28m2 par conteneur, cela permet de pouvoir l’aménager en habitation. Au Havre, la résidence A Docks inaugurée en 2010 est la première résidence universitaire à être construire en containeurs en France.

A Paris on retrouve des containeurs sur les quais piétons de la Seine. Aménagés comme des salons, il est possible d’en louer un pour fêter par exemple un anniversaire.

Mais l’idée sans doute la plus séduisante est de les recycler en piscines ! En effet leur longueur pouvant aller jusqu’à 12 mètres permet d’y aménager un bassin pour son jardin. La structure en acier du container est suffisamment solide pour être utilisé hors-sol, et tout le système de filtration de l’eau peut être intégré dans la structure.

Image © Shipping Containers Pools

Des entreprises se sont spécialisées dans ce créneau, recyclant ainsi quelques containeurs maritimes.

Le containeur est ainsi aménagé en intégrant une coque étanche, par exemple en liner. L’extérieur du container peut être simplement peint ou recouvert de bois.

Ce type de piscine, en plus d’être originale, a l’avantage d’être économique. Un dernier atout ? En cas de déménagement, il sera facile de la transporter.

Le club Neptune, précurseur de l’utilisation des nouvelles technologies pour l’entraînement de natation

La natation n’échappe pas à la transformation numérique ! Même si l’entraînement traditionnel a sans doute encore de beaux jours devant lui, les nouvelles technologies permettent à la fois au nageur individuel et nageur en club de bénéficier de ces innovations.

Le club Neptune Club de France expérimente déjà cinq technologies différentes principalement pour ses groupes de compétition. Nous allons en avoir un aperçu dans cet article.

swimproLe système vidéo avec visualisation différée ou en direct

Il s’agit d’une caméra aquatique grand angle placée sous l’eau, et fixée à une perche permettant une fixation temporaire sur le bord du bassin. La vidéo est transmise par wifi et s’affiche ensuite sur des écrans que les nageurs peuvent voir ainsi que sur la tablette de l’entraîneur. La vidéo peut être différée de quelques secondes afin que les nageurs puissent voir leur manière de nager. C’est une technologie australienne développée par la startup SwimPro.

Le principal intérêt de ce système est de permettre à l’entraîneur de voir le geste sous-l’eau et ainsi déceler des défauts techniques. Le nageur lui pourra prendre conscience de ces défauts en visionnant la vidéo.

Le casque de communication aquatique

S’il y a bien une technologie qui fait l’unanimité parmis ceux qui l’ont testé c’est bien celle-ci ! Celle-ci permet à l’entraîneur de parler aux nageurs. Le casque que porte les nageurs embarque une technologie de diffusion de son par résonance osseuse ce qui permet une qualité sonore bien supérieure aux hauts-parleurs dont le son est quelque peu noyé dans l’eau.

En plus de pouvoir adapter en temps réel sa nage par rapport aux points techniques demandés par l’entraîneur, le casque permet de rompre complètement la monotonie d’une série, mais aussi de recevoir les consignes au fur et à mesure. Il a été créé par une société suédoise Olander Aquatic Products AB. J’ai eu l’occasion de le tester (car je fais partie du club mais pas dans un groupe compétition) et je peux témoigner de l’efficacité redoutable de ce système, qui a permis à notre coach de corriger chacun d’entre nous quasiment à chaque longueur !

L’assistant entraîneur numérique

Il s’agit d’un objet connecté que porte le nageur sous le bonnet, et qui transmet en temps réel par bluetooth des informations de ces capteurs à l’entraîneur comme le nombre de coups de bras par longueur, les temps des virages, la fréquence, etc.

Le triton est un système qui vient du Canada de la société TritonWear. La particularité de cette technologie est qu’elle fonctionne sur un principe d’achat + abonnement mensuel par appareil.

img_8638L’adversaire numérique

Les jeunes nageurs du club en sont fan. C’est sans doûte le dispositif le plus ludique de tous. Il s’agit d’un dispositif lumineux développé par la société italienne Myrtha Pools qui construit des piscines pour les collectivités. Dans la version testée au club, c’est une ligne de LED de 50 mètres posée au fond du bassin.

Cette ligne permet de programmer un adversaire numérique, que le nageur va essayer de battre. Contrairement à un partenaire de nage, l’adversaire numérique n’est jamais fatigué, le repère lumineux permet de savoir à tout moment l’avance ou le retard qu’a le nageur.

On peut y programmer la performance d’un athlète ou simplement le calibrer sur un chrono.

Surtout cette ligne permet d’assister l’entraîneur car elle donne les départs entre les nageurs qui ont chacun dans leur ligne leur adversaire numérique les uns derrières les autres. L’entraîneur peut donc observer la technique et les performances des nageurs plutôt que de perdre du temps à donner les départs.

Le bracelet connecté

Le Swimtag est plutôt destiné aux nageurs loisir, et aux collectivités qui peuvent mettre à disposition ce bracelet étanche qui calcule les distances de nage, et envoie les données dans le cloud lorsque le bracelet est rendu.

Celui-ci permet aux nageurs de retrouver ensuite sur leur espace personnel en ligne les données collectées comme la distance, les calories dépensées, et voir l’évolution.

Il permet également de fixer des challenges virtuels collectifs par exemple atteindre une certaine distance de nage.

Celui-ci fonctionne par abonnement, et a été développé par la société 222 Sports Limited au Royaume Uni.

swimtag

Un mot pour finir sur le Neptune

Le Neptune est un club de natation parisien qui a été créé en 1906 et qui compte aujourd’hui plus de 700 adhérents. Au classement national des clubs il est le 3e sur Paris et 60e sur le pays.

Vos séances de natation sur votre smartphone !

Nous sommes des milliers de nageurs à compter nos longueurs, soit parce que nous avons un programme de séance précis, soit par défi personnel, avec chacun son propre objectif : descendre sous un certain temps pour une distance et une nage spécifique, nager au delà d’une distance, ou plus simplement pratiquer une activité physique régulière.

Une fois sorti de l’eau, certains nageurs vont remplir un fichier Excel avec leur distance, d’autres vont utiliser des services en ligne comme nageurs.com pour enregistrer leur séance avec le détail de chaque nage, l’intensité, les accessoires, la date, l’heure, le lieu, etc.

Les séances sur nageurs.com permettent à tous d’avoir des informations précieuses sur l’état d’une piscine à un instant donné, au travers les commentaires et les photos publiées au cours de la journée.

Depuis le début de l’année 2013, les nageurs de nageurs.com ont enregistré un total de 74,438 kilomètres !

Cet été une version mobile de nageurs.com a été testée par 38 nageurs qui ont enregistré 462 séances pour un total de 798 kilomètres sur l’application. De nombreuses corrections de bugs et d’amélioration d’ergonomie ont été apportées grâce au retour des utilisateurs ! Un grand merci à toutes et tous pour vos nombreux retour d’expérience et conseils !

Voici donc quelques copies d’écran du résultat :

La version mobile, basée sur la populaire librairie JQueryMobile, permet donc d’avoir une interface simplifiée pour un grand nombre de smartphones du marché, Android, iPhone, etc. Celle-ci n’est donc pas une application mobile, mais une version mobile de l’outil de séances. L’avantage c’est qu’aucune plateforme n’est privilégiée par rapport à une autre.

Tout comme l’interface web, cette interface mobile permet l’envoi de photos de la piscine pour illustrer les commentaires de séance. Ces informations seront ensuite consultables librement sur la fiche de l’utilisateur ainsi que sur la fiche de la piscine visitée.

L’interface est disponible en français et en chinois pour le moment.

Utilisez vous aussi la version mobile de nageurs.com ! Allez à cette adresse depuis votre smartphone : http://www.nageurs.com/m !

Merci de partager cette information autour de vous !

Une piscine chauffée par les égouts à Paris

Un nouveau mode de chauffage urbain développé par la compagnie Lyonnaise des Eaux, baptisé Degrés Bleus ®, consiste à brancher des pompes à chaleur dans les égouts. En effet, les eaux usées urbaines s’écoulent toute l’année à une température comprise entre 12°C et 20°C, principalement grâce aux appareils électroménagers qui rejettent des eaux usées à haute température.

Par un mécanisme de cette technologie, l’eau est montée à 60°C, température suffisante pour en récupérer la chaleur et alimenter ainsi des stations de chauffage. On estime que 100 foyers permettent d’en chauffer 10.

Une expérimentation est déjà faite à l’école Wattignies dans le 12e à Paris. Le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déclaré début avril 2011 que cette expérimentation serait étendue à d’autres infrastructures, notamment la piscine Aspirant Dunand dans le 14e arrondissement.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article sur le site de Paris.fr : Un chauffage 100% éco pour l’école Wattignies.