Le couloir de nage, la meilleure option pour une piscine individuelle

En tant que nageur, la piscine idéale est celle qui va permettre de pratiquer la natation dans les meilleurs conditions. Un bassin de type « couloir de nage » permettant de retrouver les caractéristiques d’un bassin sportif, est particulièrement approprié.

Cette configuration de bassin permet le plus de polyvalence et permet à la fois de nager, mais aussi se détendre et s’amuser. Toute en longueur, et avec des dimensions réduites, une piscine Couloir de nage est celle qui se rapproche le plus des bassins sportifs, et présente donc le meilleur compromis pour son choix se piscine.

Piscine de type couloir de nage enterrée. Crédit photo : Snoop77 / nageurs.com

Selon les dimensions et la profondeur, il existe des solutions à la fois hors-sol (par exemple les piscines en container recyclés de 6m ou 12m de long), mais aussi de ligne de nage semi-enterrée ou enterrée. Il sera dans certains cas nécessaire de se renseigner auprès du service d’urbanisme de sa commune, et le cas échéant d’obtenir un permis de construire.

Quelle largeur est la plus adaptée pour un couloir de nage ?

Prenons comme repère les dimensions des piscines municipales. Généralement la largeur d’une ligne d’eau est de 2,50m ce qui correspond aux exigences des bassins homologués pour les compétitions de natation. Cette largeur permet de nager sans problème dans toutes les nages. Mais contrairement aux piscines municipales où le mouvement peut « déborder » sur la ligne adjacente, une piscine individuelle aura un mur de chaque côté. Ainsi une largeur légèrement supérieure permettra de pouvoir nager à deux côte à côte sans se gêner mutuellement.

On pourra citer en mauvais exemple de la piscine Pailleron connue par les parisiens qui se plaignent de ses couloirs étroits (5 couloirs étroits + 1 couloir large) rendant les dépassements très compliqués.

Quelle profondeur de piscine pour nager ?

La paramètre de la profondeur est important à prendre en compte, car cela va avoir un impact important sur la quantité d’eau nécessaire pour remplir la piscine, et d’électricité nécessaire pour la maintenir à température.

Il est tout à fait possible de nager même dans une piscine à faible profondeur dans laquelle on a pied partout. Cependant la profondeur minimale ne devrait pas être inférieure à 80cm. Beaucoup de nageurs ont d’ailleurs des difficultés à faire des virages dans les piscines ayant une profondeur comprise entre 80cm et 1m10.

Une piscine de trop faible profondeur présente néanmoins un réel danger en cas de plongeon « tête en avant », d’autant qu’il est parfois difficile de jauger de la profondeur réelle d’un bassin. Une profondeur de 1m50 au minimum est préférable pour plus de sécurité sur cet point.

Quelle longueur de piscine pour aligner des longueurs ?

Une séance de natation dure généralement autour d’une heure, et un nageur de niveau moyen va parcourir une distance comprise entre 2 et 3 kilomètres.

Ce qu’il faut avoir à l’esprit c’est qu’à chaque fois que l’on fait un virage, en poussant le mur du pied, y compris en coulée dite « passive » on est propulsé sans effort d’environ 3m.

On peut estimer qu’un nageur de crawl va être propulsé de 0,8m à 1,4m par mouvement de bras. La longueur d’une piscine va donc déterminer le nombre de cycles de bras par longueur. En comptant les virages, un bassin de 10m va donc permettre entre 5 et 9 mouvements de bras, quand une piscine de 15m en permettra entre 8 et 15.

Une ligne de nage devra donc mesurer au minimum 10m de long pour conserver un intérêt sportif.

Même avec ces dimensions plus petites que celles d’un bassin municipal, il est possible de construire des séances sportives de natation très variées, et bien sûr aussi de profiter de manière ludique et exclusive de sa piscine.

Rétrospective sur la fermeture des piscines liée à l’épidémie de Covid-19

On pourra retenir que du point de vue de la natation, 2020 a été une année qui ne ressemble à aucune autre ! Dernière mise à jour 17/01/2021.

Le premier confinement : 98 jours de fermeture

Le jeudi 12 mars, le Président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles jusqu’aux vacances scolaires (prévues du 4 au 20 avril à Paris). Le lendemain les clubs de natation commencent à prendre des mesures pour suspendre leurs activités, et le 14 mars toutes les piscines ferment leurs portes.

Lundi 16 mars, Macron annonce pour le lendemain un confinement qui devra durer « 15 jours au moins ». Le 27 mars, c’est le Premier Ministre Edouard Philippe qui annonce un prolongement du confinement pour 2 semaines supplémentaires.

Le 2 avril, la FFN à qui on peut reprocher un manque de communication sur le début de l’épidémie, annonce la suspension de toutes les compétitions de natation jusqu’au 30 juin.

Le 13 avril, le Macron prend à nouveau la parole et annonce la poursuite d’un confinement strict jusqu’au 11 mai. Ce sera heureusement la dernière prolongation.

Mais après ces 55 jours de confinement strict, des restrictions vont perdurer. Le 2 juin les piscines situées en « zone verte » ont pu ouvrir à nouveau leurs portes, avec une réservation obligatoire d’un créneau horaire.

Crédit photo : Snoop77 / nageurs.com, Piscine du Val d’Europe.

A Paris, nous sommes passés en zone verte le 15 juin, mais avons du attendre le 22 juin pour une réouverture des piscines. Pour restreindre la fréquentation certaines piscines ont appliqué la réservation, mais cela n’était pas généralisé et à partir de cette date il a été possible de retourner nager. Certaines règles sanitaires ont été mise en place dans les piscines.

Signe de la longue attente, il y a eu une vraie ruée vers les piscines, encouragé aussi par les belles journées d’été.

Partout dans le monde, les piscines mettent en oeuvre un protocole sanitaire. Ci-dessus à Montréal en aout 2020. Crédit photo : Saigonnais / nageurs.com

Le deuxième confinement : 91 jours de fermeture pour Paris (au moins)

Les grandes métropoles passent les unes après les autres en état d’alerte maximale. Ce qui a pour conséquence que les piscines couvertes ne peuvent plus y accueillir de public.

C’est le cas dès le cas dès le 23 septembre à Aix-Marseille, le 25 septembre à Lille, le 6 octobre à Paris, le 10 octobre à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne, et le 13 octobre à Toulouse.

Il était cependant possible à ce moment là de continuer à nager dans les piscines découvertes.

Le 14 octobre, le Président Macron annonce l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire. Le 22 octobre, le nouveau Premier Ministre Jean Castex annonce au couvre feu de 21h à 6h sur l’ensemble du territoire avec prise d’effet le 23 octobre au soir.

Les piscines ajustent alors leurs horaires de fermeture pour que chacun puisse regagner son domicile avant le couvre feu.

Mais le mercredi 28 octobre, le Président de la République décrète un nouveau confinement de 4 semaines démarrant dès le vendredi le 30 octobre au soir.

Contrairement au premier confinement, certaines piscines ont pu avoir des dérogations pour ouvrir leurs portes aux détenteurs de certificats médicaux attestant une ALD (Affection Longue Durée), la natation scolaire, les sportifs de haut niveau.

Des allègements au confinement ont eu lieu dès le 28 novembre avec la possibilité de se déplacer dans la limite de 20km et 3 heures (contre 1km pendant 1 heure pendant le confinement).

Le 1er décembre, il est annoncé que les établissements classés PA, soit les établissements de plein air peuvent à nouveau ouvrir leurs portes au public. Or une piscine extérieure n’a pas forcément la classification administrative PA à partir du moment où celle-ci dispose de vestiaires, de douches, ou de bassins intérieurs. Seule une infime partie des piscine a donc pu rouvrir au public début décembre.

Le mardi 15 décembre, c’est la fin du second confinement, mais un couvre feu national est instauré le même jour sur tout le pays, de 20h à 6h. Les mineurs peuvent à nouveau nager dans un cadre périscolaire (en club par exemple).

En dehors des publics spécifiques qui continuer d’accéder aux piscines sous certaines modalités, le grand public et les clubs devront attendre au moins jusqu’au 20 janvier 2021.

Au cours des vacances de Noël, le variant britannique VUI-202012/01 qui est entre 50% et 70% plus contagieux que la souche d’origine SARS-CoV 2, se répand dans de très nombreux pays qui durcissent très fermement les mesures en place avec des re-confinements stricts. En parallèle, les premiers vaccins sont homologués et commencent à être administrées.

Le 1er janvier 2021, le gouvernement par la voix de son porte parole Gabriel Attal annonce que les cinémas et salles de spectacle qui devaient ré-ouvrir le 7 janvier ne pourront pas le faire, sans donner de nouveau calendrier. Il annonce également que dès le lendemain le couvre-feu sera renforcé dans 15 départements et s’étend à présent de 18h à 6h.

Le 4 janvier, le premier ministre anglais Boris Johnson annonce un reconfinement total de toute l’Angleterre avec fermeture des écoles. Le lendemain on a appris que ce confinement devrait durer jusqu’au mois de mars.

Le 7 janvier, Jean Castex annonce qu’il n’y aura pas d’assouplissement avant le mois de février pour tous les secteurs ayant actuellement des restrictions. Le couvre feu est maintenu sera étendu à partir du 10 janvier à 10 autres départements de l’Est de la France.

Contre toute attente, quelques piscines avec un bassin extérieur mais non classées équipement de plein air réouvrent leurs portes à tous. C’est le cas de la piscine d’Orsay le 6 janvier (toutes les affaires doivent être apportées dans un sac au bord du bassin), de la piscine de Puteaux le 12 janvier (on peut laisser ses affaires au vestiaire, et y prendre une douche), et de la piscine de Melun depuis le 13 janvier.

Le 14 janvier, le gouvernement annonce un couvre-feux national dès 18h sur tout le territoire de métropole dès samedi 16 janvier, pour un minimum de 15 jours. Il est également annoncé ce même jour, l’interdiction à partir du 18 janvier des activités sportives scolaires et périscolaires en intérieur.

Comment choisir son équipement de natation selon son niveau ?

Comment choisir son équipement de natation selon son niveau ?

Que ce soit dans votre piscine, dans un centre de natation ou à la plage, nager demande une certaine adresse et de diverses précautions. Pour commencer, vous devez disposer de l’équipement adéquat. Nous vous disons donc ici comment choisir ce qui vous convient.

L’équipement pour un nageur occasionnel

Natation, Nageur, Femmes, Course, Piscine, L'Eau, LaneSi vous vous rendez à la piscine uniquement pour vous détendre une fois par semaine, vous êtes un débutant. Vous ne vous imposez pas d’objectifs et vous n’avez pas de pression de résultats. Pour vous, l’équipement de base demeure un maillot de bain adapté à votre corpulence. Vous pouvez aussi vous procurer un bonnet et des lunettes. Rendez-vous sur https://www.gpszapp.net et vous trouverez l’essentiel en quelques clics.

L’équipement pour un nageur régulier

Ceci concerne ceux qui nagent 2 à 3 fois par semaine. Au-delà de la détente, leurs séances de natation leur permettent de garder une bonne forme et d’augmenter leur résistance physique. Si vous vous retrouvez dans cette catégorie, sachez que vous devez vous procurer un bon maillot de bain. Choisissez un modèle 100 % résistant au chlore, pour supporter vos nombreuses séances dans l’eau des piscines. Offrez-vous aussi des bonnets en silicone, étanches et couvrants.

L’équipement pour un professionnel

Si vous pratiquez la natation de haut niveau et participez à des compétitions, vous ne devez pas négliger le choix de votre équipement. Pour les maillots de bain, vous devez miser sur des modèles conçus avec des tissus de qualité, avec une bonne performance de glisse. Privilégiez aussi des lunettes solides et proposées par de grandes marques. Les lunettes suédoises par exemple se distinguent par leur confort et leur étanchéité maximale. N’oubliez pas non plus de prendre un bonnet qui vous convient.