Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |

La page de klabur

klabur, 53 ans, homme, Paris

Envoyer un message privé à klabur


Inscrit depuis le 21/12/2010 - 13:42:10

mai 2020


avril 2020


Voir toutes les séances sur une carte.

Séances

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31

Novembre 2011 : (61750 m)
  • 3100 mètres le mardi 29 novembre (de 21h20 à 22h40) à Piscine Joséphine-Baker (Paris) - Bon, ben j’y suis revenu finalement, c’était donc pas si moche mardi dernier ... Ambiance éclectique plus qu’électrique ce soir (la lumière faible sauf dans le bassin c’est quand même pas mal).
    J’ai nagé surtout dans la ligne le long de la Seine où il y avait beaucoup moins de monde que dans les 3 autres, et pour cause, 4 grands couillons prépubères empêchaient quiconque d’y faire des longueurs à peu près rectilignes, plantés en plein milieu en se donnant des grands coups de planche. «Oua t’as vu, on s’excuse m’sieur, on est venus pour s’amuser, savez pas où il y a de l’alcool ?!» ... mais que fait la brigade fluviale ?
    En slalomant un peu on arrivait quand même à les éviter, les énergumènes.
    Et finalement c’était moins pénible que de doubler sans arrêt les «brasseuses-écarteuses-resteuses-au-milieu-du-T-parteuses-juste-quand-t’arrives» qui composent l’essentiel du public de l’endroit à cette heure.
    Dans la ligne on croisait aussi un bon nageur au bonnet jaune qui faisait de même question slalom ... «Oua t’as vu c’est Monsieur Poisson, il nage comme un requin avec des nageoires !».
    «Monsieur Poisson» m’a emprunté mon PBélastique et je lui ai expliqué comment s’en servir et comment s’en fabriquer un. Je voulais lui parler du site mais j’ai pas eu la présence d’esprit. Il y vient peut être déjà ?
    Et puis aussi 2 jeunes femmes (le mot «sirène» c’est pour celles qui font plus de 3 longueurs à l’heure) parlant russe (je suppose) et dont l’une était particulièrement ... hmmm... accorte, on va dire. (c’est pour éviter d’alerter la modération ... et d’avoir plein de <°))))< sur mon commentaire..... )
    A la sortie les 4 Z’amis (mais que devient Fabrice ? ) sont restés 5 bonnes minutes à chercher leurs cartes blanches en plastique pour sortir par le tourniquet alors que le portillon à côté était grand ouvert. «Oua,t’as vu, on va pas pouvoir sortir, espèce d’enc.... de ta soeur l’aut‘ là».
    Encore un peu trop tendres cette année pour l’académie française, mais y a de l’espoir les copains.
  • 1600 mètres le lundi 28 novembre (de 21h20 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Pomme A, Pomme C, Pomme V, ça y est, c’est écrit !
    Une petite jeune de 8-9 ans a pris un cours dans la ouane jusqu’à 21h30, une future nageuse.com n’en doutons pas, mais ça va pas être facile demain matin à l’école, la miss ...
    Sinon, bah, de la fatigue, du papotage tous azimuts (avec en vedette américaine un 3r1c égaré de Keller et rentré bredouille de sa quête du Graal berliouesque, il n’est ni le premier ni le dernier ... ), des culbutes en plein milieu de la ligne histoire de ne pas toucher le mur ... manquait plus qu’un toboggan et une bouée de canard et c’aurait été complet... façon aquaboulevard. On aura compris que la soirée (clôturant une journée brumeuse et humide de novembre, pas très gaie) n’était guère propice aux longues distances ni aux performances natatoires. Mais c’est quand même bien la piscine même quand on s’y sent plus baigneur que nageur, pour une fois. Allez hop, dodo ! Comme le disait si bien Annie Cordy : «Ca ira mieux demain».
    Hé les gens, ça sert à rien de faire tourner le maillot 1 minute entière voire plus dans l'essoreuse du 21ème siècle, au bout de 8 à 10 secondes ça sort plus rien, c'est sec ... après ça fait chauffer le moteur (qui va claquer un de ces jours, à force) et trépigner ceux qui attendent derrière, et c'est tout.
  • 3000 mètres le samedi 26 novembre (de 14h25 à 15h40) à Piscine Château Landon (Paris) - Après les 8 bornes d'hier ça tirait bien un peu, mais pas tant que ça finalement. Un peu plus de monde qu'à l'accoutumée mais rien de bien méchant.
  • 2100 mètres le vendredi 25 novembre (de 11h55 à 12h45) à Piscine Paul Valeyre (Paris) - Comme souvent ici, c'est nageable jusqu'à 12h30, après ça devient compliqué.
  • 4100 mètres le vendredi 25 novembre (de 15h40 à 17h15) à Piscine Château Landon (Paris) - Pas grand monde, eau pas très chaude, excellentes conditions pour nager. 2ème séance du jour.
  • 1800 mètres le vendredi 25 novembre (de 20h50 à 21h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - 3ème piscine du jour. But avoué : battre mon record personnel de séances quotidiennes et de distance. Mission doublement accomplie même si ça reste modeste par rapport aux cadors du site, respectivement, Eclairagistefélin (si on compte les piscines fermées) et l’indépassable GeeBee pour ne pas les nommer. Pas mal de monde pour un vendredi soir et, en ce qui me concerne, un peu de fatigue quand même. Cerise sur le cadeau : mon premier gâteau de Noël m’attendait au pied du palmier : 2 petits morceaux de la voûte étoilée située juste au dessus. Merci Père Noël !
  • 2000 mètres le jeudi 24 novembre (de 11h50 à 12h45) à Piscine Paul Valeyre (Paris) - Pas trop de monde jusqu'à 12h30, après comme d'hab l'aquagym commence, et je vais en bout de ligne faire du flip-turn-ondulations-barbotage-détente en regardant la pisciculture des 3 lignes restant aux nageurs.
  • 3600 mètres le mardi 22 novembre (de 21h15 à 22h40) à Piscine Joséphine-Baker (Paris) - Première dans cette piscine, qui j’en suis convaincu a été conçue pour les dossistes : en nage dorsale la nuit le toit devient miroir et c’est vraiment extraordinaire de se voir et de voir les autres évoluer tout là-haut.
    Par contre en nage ventrale c’est l’horreur, une eau laiteuse ( et de plus en plus laiteuse au cours de la soirée) dont l’opacité est soulignée par des projecteurs situés sous la surface. Les trucs pas nets au fond (pansements etc ... ) sont magnifiés par les ombres portées ... beurk. En plus l’eau est très chlorée et ça démange ... Baker la petite soeur de Pailleron. Beaucoup d’espace perdu, il y avait la place de faire un 33m facile. Pour le reste (vestaires, douches, architecture, c’est très bien). La petite soeur de Pailleron vous dis-je. Vraiment classe, sauf pour y nager sur le ventre , gênant pour une piscine.
    Du monde sauf à la fin, ça nageait pas trop trop mal dans l’ensemble. Piscine de dépannage on va dire, à retester quand le toit est ouvert et quand il n’y a personne. Ca doit bien arriver une fois l’an. Séance convenable ceci dit, et ça m’aura au moins permis de vaincre ma «malédiction de la rive gauche» qui faisait que je n’arrivais jamais à nager de l’autre côté de la Seine.
  • 3600 mètres le lundi 21 novembre (de 15h25 à 16h50) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Majorité de bons (au moins ) nageurs dans la ligne. Aucun boulet, tout le monde faisait bien attention d'éviter la jeune handicapée qui vient souvent les après-midis. Ai cru apercevoir baigneuse dans la ouane et dans la twou.
  • 3000 mètres le samedi 19 novembre (de 14h30 à 15h40) à Piscine Château Landon (Paris) - Bonne séance dans un bassin très peu fréquenté.
  • 3000 mètres le vendredi 18 novembre (de 21h10 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Première fois que je vois un MNS intervenir à Suzy ... un illétré qui nageait la brasse tranquillou dans la ligne matos ... alors qu'il y avait moins de monde dans les lignes 4 nages ... va comprendre. On aimerait voir ça plus souvent. A Berlioux les nageurs font le plus souvent eux-mêmes le ménage, mais dans d'autres piscines ... De jeunes (et fort jolies) sirènes qui nageaient pas mal du tout voire mieux que ça. Un beau spectacle qu'aurait sans doute apprécié balsen. C'est là qu'on voit l'intéret d'avoir des lunettes anti buée.
  • 2400 mètres le jeudi 17 novembre (de 11h50 à 12h50) à Piscine Paul Valeyre (Paris) - Moins de monde que l'autre fois. Difficilement nageable pendant l'aquagym, donc série de flip turns ... taux de réussite, 1 sur 3 à peu près, ça progresse.
  • 3050 mètres le mercredi 16 novembre (de 21h00 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Fallait la faire celle-là ! Une distance en xx50 m dans un bassin de 50m ! Eksssplicassion pourtant simple : on jacasse on discute en bout de ligne côté profond (Bah oui on a sa fierté, squatter au T côté petit bain chez Suzy c’est d’un vulgaire ... même quand il n'y a plus personne dans la ligne) et on voit pas venir la récré de dix heures et demie ... le temps de comprendre ce qui arrive, trop tard pour faire la dernière longueur en nageant, y a qu’à voir le regard sévère du MNS cerbère qui veille au grain. Dernière longueur à sec donc, et un peu penaud, pour aller récupérer le gadget à l’autre bout, donc ça compte pas.
    Pas de regrets c’était bien agréable de papoter.
    Pour le reste ce fut plutôt une bonne séance.
    A noter la présence de bouts de je ne sais quoi au fond du bassin, j’ai cru reconnaitre un sparadrap rougeâtre, et au vu des clients ayant admis fréquenter Berlioux ce midi, et comme c’était surtout dans la ligne «brasse lente», le coupable est tout désigné : Jedevraispeut-êtreremettrelespetitesrouesauVTTfélin bien sûr, arrivé au vestiaire probablement grimé en Hercule (le pote de Pif le chien, pas le rejeton de Zeus et d’Alcmène ... ) après une folle nuit placée sous le signe de la Margarita Nouvelle (3ème mardi de novembre, si si). Hé, faut penser à enlever AUSSI le sparadrap avant d’aller à l’eau ! C’est pas les écuries d’Augias, c’est Berlioux, quand même !
  • 2800 mètres le lundi 14 novembre (de 21h00 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Alala des cours dans la ouane jusqu’à trop tard ... c’était quand même nageable dans la twou.
    Coïncidence, le jour ou j’ai un peu bobo à l’épaule (ça gène surtout en brasse), tout le monde (ou presque) me propose d’essayer ses plaquettes. J’vous jure.
    D’abord le fort sympathique sieur Balsen avec qui j’eus l’honneur de causer (euh c’est Klabur pas Fabien ... t’es excusé) , grand spécialiste es bidules en silicone, il m’a fait tester ses fulguropoings colorés dont il possède une impressionnante collection au fond de son sac.
    Et voilatipas que la nageuse-au-bonnet-CNP-qui-nage-bien-et-dont-absolument-personne-n’a-la-moindre-idée-de-qui-ça-peut-bien-être-en-vrai me propose d’essayer les siennes (en rose of course).
    J’ai donc testé.
    On passe vite sur l’embarras du newbie devant de telles merveilles de technologie, avec des petits trous super bien placés et les «petits élastiques, là» ... ah bon il y a un sens ? ... et on y va.
    Alors quand c’est trop grand on a l’impression d’avoir un deltaplane au bout de chaque bras ... étrange, mais les plus petites c’est assez fun j’admets, et ça corrige bien les gestes parasites des mains qui sont impitoyablement impitoyablés. Mais comme ça ralentit quand même nettement le mouvement des bras ça tire limite moins que sans rien. Surprenant. Comme des palmes de devant en fait.
    Alors oui, moi je viens de la province profonde, il me reste encore des trucs à découvrir, c’est comme ça ...
    A la fin, remontée par l’escalator du fond, pour retrouver mon fidèle destrier né aux Provinces Unies en 1957, qui m’ attend toujours en haut, contre la grille verte.
    Pile dans l’axe de la colonne du petit père Ruggieri qui faisait monter les sirènes de la fin du XVIème (siècle) pour leur raconter des bobards sur les astres avant de les emballer. Même la reine en était. Et hop, par ici la Cathy ...
    On dira ce qu’on voudra mais, comme plan drague, ça vous avait quand même une autre gueule qu’un tour dans le XVIème (arrondissement) en Porsche Cayenne ... O Tempora, O Mores !
  • 4000 mètres le samedi 12 novembre (de 14h35 à 16h05) à Piscine Château Landon (Paris) - Bonne séance à base de PB élastique (et non PB + élastique, nuance ...) dans un bassin très peu fréquenté (entre 2 et 5 dans la ligne, pareil dans les autres). Vraiment agréable cette piscine dans ces conditions
  • 1700 mètres le vendredi 11 novembre (de 17h50 à 18h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Mini séance pour étrenner les lunettes que je venais d'acheter à côté.
    10 premières minutes paradisiaques dans la ouane avec 3 bons nageurs.
    Les 30 suivantes plus ordinaires avec les habituels défauts de Berlioux, squatteurs de T, lents qui te voient venir avant de te partir sous le nez ... c'est encore en pokemon qu'on était le plus tranquille.
    Les lunettes sont top.
  • 2000 mètres le jeudi 10 novembre (de 11h50 à 12h50) à Piscine Paul Valeyre (Paris) - Retour à Valeyre, ça faisait longtemps !
    Bon les travaux n'ont rien révolutionné, on a changé les portes, mis des néons jaunes et changé les pommes de douche, pour le reste c'est toujours Valeyre, tant mieux finalement.
    Pas trop de monde jusqu'à 12h30 dans la 3 et ça nageait pas trop mal (enfin ça se laissait doubler quoi ... ).
    C'est devenu monstrueux à l'instant où l'aquagym a démarré. Plus que 3 lignes, horrible. J'ai fait 50 m et j'ai laissé tomber pour aller expérimenter des séries de culbutes au bout de la ligne d'aquagym, là où ces dames n'ont pas pied. C'est pas encore ça mais dans 3 ou 4 séances ça devrait aller. J'ai du mal à basculer droit parce que j'arrète le roulis des épaules trop tard, question de réglage ... vive l'aquagym finalement, sans quoi je l'aurais pas fait. Par contre je suis sorti avec le mal de mer à force de me retourner dans tous les sens ...
    Du coup j'ai compté 59 marches en sortant au lieu de 60, et si c'était ça la vraie nouveauté de Valeyre ??? Un architecte cinéphile fan d'Hitchcock qui a voulu faire une blague ... qui sait ? Mais ça fait quand même 59, pas 39 ...
  • 2600 mètres le mercredi 9 novembre (de 21h15 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - En souplesse ce soir.
    Quelques pauses pour observer, goguenard les hydrorideuses (si si c'est marqué dessus) ... l'effort le plus intense consiste à ramener le vélo au bord à la fin ... et le MNS qui remet la chaine en plastique devant, des fois qu'on en pique un. C'est crétin.
    J'avais jamais remarqué, mais elles ont des chaussons en caoutchouc pour ne pas se faire mal avec les pédales, et quand c'est fini on les met à sécher sur les guidons des bidules. En plus comme ce sont des filles, il y a un petit bout de plastique de couleur "fluo-fun-sympa" sur chaque godasse. Cocasse.
    D'ailleurs l'utilisation des chaines en plastique rouge et blanc à Berlioux c'est original, par exemple quand on barre la sortie vers les douches avec, alors qu'il reste encore du monde côté bassin ... hop faut passer dessous. Pauvres de nous.
    Aujourd'hui le Mariner (le robot aspirateur du fond, quand je bossais dans une piscine ça s'appelait comme ça) était en place dans la ouane dès 22h10, obligeant les quelques nageurs restant à faire un crochet pour ne pas s'emmêler les pinceaux. Dans les tuyaux.
    Balsen c'était toi dans la twou avec ze bonnet et un tuba frontal ? Je te passerai le bonjour la prochaine fois ... attention quand même à pas nous la faire trop rougir la nageuse au bonnet CNP ... mais elle va sans doute apprécier, tu l'as gâtée.
  • 4000 mètres le lundi 7 novembre (de 15h50 à 17h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - A nouveau un plan façon Encoreratéfélin ... je suis allé à Chateau Landon LE jour où c'est fermé l'après-midi ...
    Pas grave je traverse Paris en VpasTT, direction Suzy ... et là, divine surprise, un bassin quasi-désert.
    Les 3 premiers kms dans la ouane avec des moments à 2 dedans ... le 4ème moins enchanteur dans la 3 la 4 ou la 5 (leçon dans la ouane) mais même là ça restait très nageable.
    Impression que la forme revient petit à petit.
  • 2600 mètres le samedi 5 novembre (de 14h55 à 15h55) à Piscine Georges Drigny (Paris) - Première pour moi dans cette piscine. Un poil déçu, ça m'a fait penser à Parmentier ... ni bien ni mal. Dans le quartier je préfère Valeyre avec ses gros défauts mais aussi son côté attachant.
    Bref, une impression un peu tiédasse malgré les douches brûlantes, presque inutilisables.
    Public très week-end, 90% de brasseurs assez lents. Un peu trop de monde à mon goût.
    Vélo crevé à la sortie : insécurité, phénomène des bandes ethniques urbaines pensez vous ? Non c'est moi en voulant regonfler mon pneu avant qui ai un peu bourriné et pcchhhhttt ! chambre pincée sur la jante ... un pur plan à la Poissardfélin je le concède, j'ai du rentrer à pied et comme je passais devant Valeyre j'ai pu voir par le vasistas que le bassin était quasi-désert, j'ai même cru apercevoir un brasseur à bonnet rouge qui me narguait, mais j'ai du rêver ... grrr.
  • 2700 mètres le vendredi 4 novembre (de 20h20 à 21h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Finalement c'est un petit monde la ouane le soir, on retrouve toujours à peu près les mêmes habitué(e)s, c'est agréable, on fait coucou à la dame balèze (en natation
    dont on se demande si c'est pas une vedette discrète sur certain site spécialisé, arf arf ... ) , on a ses repères. Pas de brasseur hanneton anglophone apparemment atteint de fridaynightphobia. Pas plus mal.
    Ressorti le matos : le célèbre DIY PB.
    A la fin c'était vraiment désert, au point que j'ai même osé faire un peu de dos, et, c'est peu fréquent (ah oui c'est comme la marche arriière en auto, je déteste, je dois avoir un truc au cerveau qui sait, mais aller à l'envers ça m'est désagréable) , et là ça m'a plu ... à renouveler. J'ai même fini en dos brassé avec 2 mvts de bras pour une respiration, c'est atypique mais je trouve ça très agréable.
    Bref une bonne séance, mais pourquoi ça ferme si tôt à part le lundi et le mercredi ?
  • 3000 mètres le mercredi 2 novembre (de 21h10 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Une eau plutôt fraiche dans la ouane (inde oneuly) et pas grand monde dedans, tous les ingrédients d'une bonne séance quoi ...
    Discuté avec une dame balaise (en natation
    ) à propos du brasseur-hanneton non francophone ...
    Fait mumuse avec un PB marqué MNS. A part quand c'est moi qui les fabrique à ma façon, j'aime pas trop ces trucs ça glisse des chevilles et comme j'avais pas pris d'élastique ... j'ai essayé entre les cuisses au-dessus des genoux pour la brasse, là je trouve ça mieux mais pas évident de pas le perdre sur 50m quand même (c'était un petit tout moche et tout mangé genre par des souris polystyrènophiles où il n'y avait pas beaucoup de prise). Ca oblige à rester hydrodynamique, y a plus rien qui dépasse, mais on perd en puissance. Comme d'habitude en natation ça ne se compense pas, on avance plus vite . Par contre les genoux sont bien sollicités.
    Un petit coucou à Popodansleaufélin l'Attila des piscines, qui à peine le museau dans un bassin provoque sa fermeture immédiate pour la journée.

 

Octobre 2011 : (7800 m)
  • 2600 mètres le jeudi 27 octobre (de 20h20 à 21h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Le problème n'est pas tant la fréquentation que le bazar qui règne dans les lignes, du grand n'importe quoi, des brasseurs dans la 3, des mamies pokemon dans la 4, des dossistes à 2 bras au milieu de la 5. J'ai plus travaillé le slalom que l'endurance, je me souviens pas avoir autant doublé dans cette piscine, au moins au début. Après 21 h c'était un peu mieux et les 20 dernières minutes dans la ouane où on n'était plus que 5 là c'était bien. Suzy n'a jamais été un endroit très convivial, on nage et on s'en va, et même souvent c'est un peu "viril poilu" comme ambiance mais quand même c'est un endroit où les règles de nage étaient à peu près respectées (sauf les squatteurs de T je le concède) mais là c'est le big bazar (oh mais que devient Michel Fugain ? ) comme dans les petites piscines de quartier. Tiens la prochaine fois j'irai à St Merri voir si c'est pire (euuuh peut-être pas quand même, c'est sûrement pire)
  • 3200 mètres le lundi 24 octobre (de 21h10 à 22h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - La ouane qui se libère à l'instant où j'arrive, du coup ça change tout, une séance plutôt agréable (un peu hors de forme ces temps-ci mais bon) , à peine gâchée par la présence d'un sacré bourrin anglophone qui nage la brasse comme s'il était seul au monde avant de faire une espèce de culbute vrillée en bout de ligne qui l'envoie au fond du bassin et lui fait perdre au moins 5 secondes ce qui n'est pas le but de l'exercice normalement. Sa trajectoire ressemble à celle d'un poisson mort manié, si ça parle à quelques nageurs-pêcheurs (dont je ne suis pas).
    C'est pas mon genre en général mais j'ai du l'arrêter pour lui faire part de mon agacement (in English siouplait), ça a du être efficace puisque par la suite il s'est mieux tenu.
    Et oui, ma chère Papillonista, le "mec balaise", c'était moi

  • 2000 mètres le mardi 18 octobre (de 20h45 à 21h30) à Piscine Suzanne Berlioux (Paris) - Alors comme tout le monde m’a cru mort, ça m’a un peu énervé et pour me calmer direction Suzie, en bravant les gouttes sur mon VpasTT.
    Même plus besoin de la carte blanche pour entrer, tout le monde s’en fiche et c’est très bien comme ça.
    Un monde là dedans ... et ça nageait mal ... brasseurs dans la 3, TOUS les T blindés, j’ai touché le mur pour la première fois au bout de 500m, marre des «virages grosse baleine» zut.
    Là t’avais pas envie de t’arrêter pour regarder les bons nageurs, ou pour souffler. Tu nages, tu doubles, tu freines à mort pour éviter la méduse, tu doubles, tu fais demi tour sans toucher le mur ... pfff c’est comme ça tout le temps le soir ?
    Inédit, un type qui «nageait» le crawl bizarrement, presque verticalement mais pas discret façon «je débute», non, le genre «regardez moi», étrange, je vérifie sous l’eau, il nageait avec les bras et marchait en même temps au fond, arrivé aux 2/3 du bassin, il n’avait plus pied ou presque et a bien failli se noyer.
    Y a qu’à Berlioux qu’on voit des aliens comme ça. Ailleurs c’est plus banal.
    Après 21h ça s’est vidé et le dernier quart d’heure était bien agréable.
    Pourquoi ça reste pas ouvert jusqu’à 23h ou minuit tous les soirs ? Y aurait du monde ... moi j’aurais bien fait le double en distance ...

 

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31




Messages postés sur les forums :