Interview de Loïc Branda

Bonjour Loïc, merci d’avoir accepté cette interview. Tu as un beau palmarès sur l’eau-libre : 8 titres de Champion de France, et aux derniers Championats du Monde à Rome en 2009 tu es arrivé 5ème sur le 25 km. Quel est ton parcours de nageur et qu’est-ce qui t’a fait découvrir l’eau libre ?

J’ai commencé la natation très jeune. A l’âge de trois ans mes parents m’ont inscrit au cours de natation pour apprendre à nager, Il voulait sûrement être tranquille l’été lorsqu’on allait à la mer. Ca m’a plus alors j’ai continué les cours, en passant par l’école de natation de Nice, puis les horaires aménagées au collège, j’ai ensuite nagé à Antibes et enfin Toulouse depuis presque 10 ans. Depuis tout jeune j’ai toujours été nageur de demi-fond. Je me rappellerai toujours de mes premiers interclubs où l’on m’avait demandé de faire le 1500m nage libre à l’époque j’avais trouvé ça trop long… J’ai ensuite poursuivi mon parcours sportif sur le 1500 et 400m en piscine. J’ai découvert l’eau libre un peu plus tard quand je suis arrivé à Toulouse en 2001, dans le groupe demi fond il y avait Rondy et Gomez. C’est eux qui m’ont convaincu d’essayer et j’ai tout de suite adhéré à la discipline. La première fois ou j’ai réellement fait de l’eau libre c’est en accompagnant Gilles Rondy dans sa traversée de la Manche. J’ai me suis fait ensuite ma propre expérience en nageant la coupe de France, puis j’ai intégré l’équipe de France lors des coupes d’Europe, du Monde et des grands Championnats.

Quel type d’entraînement as-tu suivi pour atteindre et maintenir ce niveau, quelle distance hebdomadaire parcourais-tu lors de tes entraînements ?

Le type d’entrainement pour performer en natation longue distance n’est pas trop différent des entrainements des nageurs de demi fond. Il faut nager des gros volumes au seuil, et  maintenir une part de mixte, de lactique et de sprint pour assurer lors des fins de courses. On doit quand même parfois réaliser des séances ou des semaines vraiment spécifique à l’eau libre avec des séries en crawl de 10 km type 5*2000  et des séances de 16 km. Les plus grosses semaines de stage le kilométrage hebdomadaire peut monter à 120 km, avec une moyenne annuelle de 3500 km.

Qu’est-ce qui te plait dans la pratique de l’eau libre ?

Dans la natation en eau libre j’aime le fait que ce soit un sport de plein air, j’aime le contact avec la nature. Une piscine c’est une piscine, en eau libre chaque spot est différent et le nageur doit s’adapter au milieu où il nage. J’aime aussi le côté défi face à la distance et face aux éléments. En compétition j’aime l’ambiance qu’il y règne lors des courses. Les nageurs doivent tous effectuer les mêmes distances, affronter les mêmes difficultés, quel que soit leur niveau. Je pense que c’est ça qui rapproche tous les participants sur une course d’eau libre.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de compétition ?

Un de mes meilleurs souvenirs est ma victoire en Finale de Coupe du Monde au Mexique en 2007 sur 15 km. En plus de la victoire le site de la course était vraiment magnifique, une descente de rivière au milieu d’un canyon étroit dans une réserve protégée au Mexique… J’adore aussi nager dans les grands championnats d’Europe ou du Monde. Tu te dis toute l’année, tous ces nageurs autour de moi se sont préparés, ont nagé des kilomètres dans leur pays avec leur façon de s’entrainer pour être au top aujourd’hui, pour cette course. Et maintenant c’est le jour J on va tous se mesurer et tout donner pour être au top. C’est un sentiment vraiment particulier.

Tu t’es retiré des compétitions internationales, j’imagine que ce n’est pas un choix facile, quelles ont été les raisons, et est-ce juste un break ?

Ce n’est pas facile effectivement, mais c’était un choix réfléchi que j’avais planifié dés le début de ma dernière saison. Les raisons sont multiples, d’abord quelques soucis de tendinites qui devenaient difficile à soigner mais aussi des raisons professionnelles car en France c’est difficile de concilier sport et activité professionnelle.

T’es-tu fixé de nouveaux défis en eau-libre ou en sportif en général ?

En eau libre j’ai nagé le défi Monté Cristo cette année et j’ai également fait deux courses d’un Mile en Angleterre par plaisir et pour me tenir en forme. Côté sportif, je suis un actif j’ai toujours fait du sport donc je fais du vélo, je vais à la piscine, je me tiens en forme quand mon emploi du temps me le permet.

Tu lances le 8 octobre un DVD sur l’eau libre dans lequel tu donnes des conseils techniques et tactiques pour les courses, peux-tu nous en dire plus sur ce projet et sur ce que contient ce DVD ?

Lorsque j’ai décidé d’arrêter ma carrière sportive de haut niveau, je ne voulais pas partir en gardant avec moi toutes ces années d’expériences de la natation en eau libre. Je pense qu’elle peut servir aux jeunes qui veulent démarrer dans la discipline, à tous ceux qui nagent dans les piscines publiques et qui souhaitent essayer la natation en milieu naturel, aux triathlètes qui sont souvent à la recherche de conseils en natation… J’ai donc décidé de la partager à travers un projet. Le support DVD est selon moi le support le mieux adapté car il permet de visualiser les gestes plus facilement que sur un ouvrage.

Le DVD offre 56 minutes sur la natation en eau libre. Il se divise en trois chapitres. Chaque chapitre est illustré par des images sous marines, des ralentis, des conseils et des explications que j’ai moi-même rédigé. Le premier chapitre divulgue des conseils pour la nage en milieu naturel, le second expose des exercices et des séries d’entrainement à réaliser en piscine pour s’améliorer en natation en eau libre et enfin le 3ème chapitre illustre les deux chapitres précédents et les complète grâce à l’aspect compétition, tactique de course.

Merci beaucoup Loïc !

Avec Plaisir !

2 réflexions sur « Interview de Loïc Branda »

Laisser un commentaire