Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
samedi 22 juin 2019
posté par philille à 09:12

Trajet sous-marin/aérien crawl

vu 931 fois, followers=9
21 mn au 1000 m: à quel changement donner la priorité? plier davantage le bras dans le trajet sous-marin ou lever le coude (c à d plier aussi davantage le bras) dans le trajet aérien? Merci!

23 commentaires

  

Idéalement il ne faut pas trop plier le bras sous l'eau car cela met de la contrainte sur le coude et l'épaule pour ramener le bras.
Le mouvement le plus efficace correspond à un coude haut, une main vers le bas et un mouvement où l'avant bras ne bouge pas de sorte qu'autant que possible l'eau soit repoussée vers l'arrière. Tout angle concédé à cette position va ramener de l'eau vers le bas ou le haut ce qui diminue l'efficacité du mouvement.

Pour le trajet aérien, je crois que l'idéal est de soulager l'épaule donc lever le coude le plus possible et faire passer la main avec le moins de tension dans les muscles pour "recharger" avant de tendre puis repousser.
  

Il faut donner la priorité au trajet sous marin car c’est seulement à ce moment que le bras permet d’avancer. Il y a peut être aussi des défauts qui te freinent dans l’eau (genoux pliés lors des battements, ou jambes non alignées à la surface, ..)
  

@Christophe : "jambes non alignées à la surface" ? Peux tu préciser ce que tu veux dire ?
  

@meduse, il est important en nageant que le corps soit profilé dans l'eau, comme si une ligne imaginaire passait du crane aux pieds. Cette ligne est parallèle et proche de la surface. Ce n'est pas facile de nager ainsi, d'autant qu'en nageant on ne voit pas trop ce qu'il se passe. Comme repère les fesses doivent effleurer la surface, les jambes doivent être bien horizontales. Lorsque les jambes ne sont pas assez horizontales cela créé du frottement avec l'eau et ça freine le nageur.
  

@Meduse

Je me permets d'ajouter de l'eau au moulin de Christophe : on a tendance à beaucoup réfléchir à comment améliorer la force transmise pour aller plus vite alors que tirer moins fort et, surtout, battre moins fort des pieds, voire ne pas battre du tout, fera gagner bien plus de vitesse.

Afin d'avoir le corps bien profilé, ce qui diminue la traînée hydrodynamique, il faut bien réfléchir à sa position. Les points clés sont:
- le cou
- l'angle d'attaque de la main dans l'eau
- le mouvement du bras pour tirer vers l'arrière.
Pour des raisons de physique de base, tout se passe comme si on était une balançoire autour de notre point de gravité (légèrement au-dessus des fesses) et que toute force mal orientée fait lever ou baisser les jambes.
Tête remontant vers le haut ? => En conséquence, les jambes plongent.
Main qui tire vers le haut au moment de chercher vers l'arrière ? => Les jambes plongent.
Et ainsi de suite.
Un mouvement de bras "parfait" (si tant est que cela existe) devrait ainsi garantir le moins de mouvements parasites longitudinal/latéral du corps.

Un conseil qui m'a beaucoup aidé est d'essayer de se figurer son corps comme pouvant aller du serpent (mal gainé, se tortillant partout, de gauche à droite et de bas en haut) à la torpille (bien gainé, avançant dans une seule direction sans aucun micro à-coup à gauche et à droite). Et évidemment il faut se faire des petits exercices de latéralisation/verticalisation pour être certain que l'on est toujours une torpille ou que l'on s'en rapproche
  

Merci pour vos réponses!

Pourquoi en dos les appuis tombent littéralement sous la main- le plus naturellement du monde alors qu'ils sont trop souvent fuyants en crawl?
Dans les deux cas ,mes battements sont minimums.
A comparer, la différence peut peut-être porter sur le cou ou la tête trop rentrée en crawl...comme pour aller chercher de la force pour tirer sur les bras...
En rattrapé, les appuis sont là, je sens la propulsion...alors opter pour le semi-rattrapé en crawl?
OK pour la ligne imaginaire de Christophe, nettement perçue en dos- un plaisir!- je la perçois aussi en crawl mais sans doute moins souvent...et surtout plus irrégulièrement, en vitesse...question de relâchement?
  

cela veut il dire qu'il ne faut pas sortir les jambes de l'eau quand on bat en crawl ( comme en dos d'ailleurs) mais rester tout près de la surface de l'eau ?
Pour le tortillage, je le sens bien en dos et j'essaie de le supprimer en tenant mes "abdos", mais en crawl pour respirer faut bien battre latéralement ( la jambe du coté respiration au dessus de l'autre) ?
Merci pour tous vos conseils.
  

cela veut il dire qu'il ne faut pas sortir les jambes de l'eau quand on bat en >crawl ( comme en dos d'ailleurs) mais rester tout près de la surface de l'eau ?

Correct, dans l'idéal, il faut se figurer ses jambes comme des petits fouets qui ne doivent pas avoir une grande amplitude. Sans quoi, l'énergie de propulsion déployée sera inférieure au frein hydrodynamique engendré par le fait de s'écarter de cette ligne imaginaire.

mais en crawl pour respirer faut bien battre latéralement ( la jambe du coté > respiration au dessus de l'autre) ?

Il me semble que le bon mouvement est plutôt de générer une rotation de la ligne d'épaule et donc une rotation légère de la tête. Effectivement, cela provient de l'action conjugué du bras qui tire et du pied opposé. Pour autant, ce mouvement doit être cantonné.

Mais c'est vrai que je constate souvent des nageurs dans les piscines parisiennes qui écartent à près de 30 à 50° leurs jambes pour tourner, ce qui les ralentit beaucoup et, aussi, les rend très difficiles à dépasser sans les frôler ou toucher.
  

Pour donner une autre image, quand nous nageons nous devons être comme un cochon embroché : la broche c'est l'axe de la ligne d'eau, le corps doit rester le plus possible dans cet axe., les pieds ne doivent pas trop s'écarter de l'axe.
Par contre la broche peut tourner ! : c'est le fameux roulis.
Il y a plusieurs écoles, certaines où le roulis concerne les épaules et le bassin (ce qui fait un battement latéral(mais pas en grand écart)), et d'autre où il n'y a que le roulis des épaules avec un bassin qui reste fixe. (Par contre aucun livre relatant de technique du crawl ou du dos et écrit au XXIème siècle ne préconise de nager à plat)
  

Philille a écrit :
Pourquoi en dos les appuis tombent littéralement sous la main- le plus naturellement du monde alors qu'ils sont trop souvent fuyants en crawl?

C'est parce que du dois être un dossiste par nature

Certains n'arrivent pas à trouver leurs appuis en dos !
  

à quel changement donner la priorité? plier davantage le bras dans le trajet sous-marin ou lever le coude

Ca dépend

Pour lever correctement le coude sur le retour aérien, anatomiquement parlant ca veut dire que le roulis des épaules est également correct et par conséquent que l'épaule immergée est dans la bonne position pour faire un mouvement de propulsion efficace.
Si tu nages à plat je conseillerais de commencer par surveiller ton "lever de coude" (le but c'est le roulis le coude haut, juste un moyen)
Par contre si il commence à être correct, faut passer au mvt sous-marin (priorité à l'acceleration du mvt pendant le trajet puis à l'orientation vers l'arriere (d'où le plié du coude))
  

alors opter pour le semi-rattrapé en crawl?

C'est le style le plus répandu sur les "bons" nageurs de fond et de demi-fond, même en horaire public, il n'y a donc pas de contre indication
  

Merci à tous je comprends mieux et je vais faire des progrès! Pour les 2 écoles j'avais appris école bassin fixe mais les cours récents m'ont dit de faire l'autre école. Mais bien sur, je prends des cours par rapport à mon niveau...
  

@ Méduse : Je préfère tes professeurs récents
  

Merci à tous je comprends mieux et je vais faire des progrès! Pour les 2 écoles j'avais appris école bassin fixe mais les cours récents m'ont dit de faire l'autre école. Mais bien sur, je prends des cours par rapport à mon niveau...

C'est aussi comme ça qu'on m'a appris. Bilan: je nageais comme une clé à molette...
  

Merci pour vos réponses, finalement trouvé la bonne solution (pour moi) à savoir le trajet sous-marin en S...super sensation d'appuis et de poussée...tout ça pour ça...
En fait ce que je faisais naturellement il y a quelques années quand je m'y étais mis tout seul...Après, il y a eu les cours collectifs ,des critiques, mes recherches frénétiques sur internet parce que je "moulinais dans le vide", le passage dans deux clubs et ce midi, le coach qui me montre comment il trouve ses appuis (à sec).Alors je m'exclame:"Mais c'est le S...
- Ben oui."

Bon maintenant ,j'ai quand même appris des tas de choses: l'allongement, l'amplitude, loin devant, loin derrière.la respiration en 3/5/7..N'empêche, être resté si longtemps derrière la porte...(pas de pédagogie en club, il faut aller vite, le coach regarde surtout son chrono.
Donc je vais pouvoir maintenant tenir mon coude haut et...bien allonger mon épaule sous l'eau!
  

@Ostraciidae, j'avais bien compris le coude levé comme un moyen sur l'autre épaule (et en même temps permet le relâchement), tout à fait d'accord pour l'anatomiquement parlant,(j'ai fait de la danse classique dans mes vertes années).
  

On ne conseille pas forcément ce S aux crawleurs car cela peut aboutir à en effet bien pousser l'eau mais pas dans la bonne direction (sur le côté en fait).

Mais si cette sensation vous parle, c'est déjà bien. A force vous affinerez.

Pour aller plus vite, il y a 3 axes fondamentaux:
- la position,
- la force et
- la fréquence de bras.

(fréquence et force combinées créent la puissance).

Plier le coude aérien peut permettre une meilleure position. Ca ne génère pas plus de force. La nage avec le bras aérien tendu génère plus de force (ex: épreuve de 50m sprint / Florent Manaudou).

Sous l'eau, il faut en effet faire en sorte de déplacer la plus grande quantité d'eau vers l'arrière en accélération à chaque coup de bras. C'est la raison pour laquelle il faut garder le coude haut et appuyer sur l'eau avec sa main et son avant-bras et aussi accentuer le roulis des épaules.

Pour nager plus vite, beaucoup de nageurs se focalisent uniquement sur la force et oublient la fréquence de bras qui est pourtant un élément très important de la vitesse et qui permet des gains de vitesse souvent plus rapidement que la force (en particulier pour les nageurs plus seniors qui auront du mal à développer une musculature de nageur sur le tard).

Bonne nage !
  

Merci @klapo, je suis content parce que justement - et uniquement de cette façon - j'arrive à pousser naturellement jusqu'à la cuisse...une merveille, vous dis- je!
  

Sinon,ce soir, je relève la tête et...aussitôt mes jambes remontent... C'est Comment comprendre ça? - bon, faut pas trop la relever non plus...! - Un alignement parfait!
  

Bon maintenant ,j'ai quand même appris des tas de choses: l'allongement, l'amplitude, loin devant, loin derrière.la respiration en 3/5/7..

"Loin devant" => oui, mille fois oui. (la seule chose à discuter est l'angle d'attaque qui n'est pas nécessairement 0° par rapport à la surface de l'eau.

"Loin derrière" => ça se discute, il me semble qu'il n'y a pas de consensus. Le défaut d'une poussée qui va trop vers l'arrière est qu'elle retarde la prochaine poussée (donc peut en réalité ralentir le mouvement !) et surtout qu'elle met de la pression sur l'épaule, chose qu'il faut éviter autant que possible quand on nage beaucoup.
  

Loin devant: ca dépend du niveau du nageur. Pour un débutant, c'est souvent très difficile à maîtriser. Il doit déjà s'efforcer de guider son mouvement avec l'épaule avant pour avoir un bon hydrodynamisme et roulis. C'est beaucoup plus un conseil pour les bons crawleurs.

Loin derrière: on pousse très peu d'eau sur la fin du mouvement ce qui fait dire qu'en terme de propulsion ca ne sert pas grand chose de trop chercher loin derrière. Sauf que par symétrie si on pousse plus derrière on se donne aussi plus le temps de bien s'allonger devant. Et souvent en suivant ce conseil (sans exagérer bien sur) le nageur augmente un peu son amplitude. Donc au final c'est pas un si mauvais conseil mais pas forcément pour la première raison qui viendrait à l'esprit
  

@klapo

C'est la première fois que je lis une bonne raison d'allonger vers l'arrière

En revanche, je pense que l'asymétrie avant/arrière est résolue par le mouvement de bras en dehors de l'eau/la rotation des épaules (bassin/ce qu'on veut, là aussi je ne crois pas qu'il y ait de théorie définissant un optimal)

A titre personnel, et suivant les recommandations de Total Immersion avec un bras qui visait un angle à 30-45° mais qui cherchait au plus profond. Cela avait l'avantage de ne pas mettre trop de tension sur l'épaule, de réduire la pression de retour (ils font relever le bras très tôt dans le mouvement) et, en effet, de s'intéresser au mouvement de rotation des épaules/fesses qui est clairement le truc qu'on m'a le plus mal appris quand j'étais à l'école.
Une fois que ce mouvement était bien maîtrisé, j'ai remonté progressivement l'angle d'attaque avec des petits exercices correctifs que je me suis concocté avec l'objectif de viser le plus loin devant, le plus plat possible, etc.
J'essaie de faire des blocs de 3 semaines sur chacun des groupes "au-dessus des pec"/"tronc-abdos"/"fessiers-jambes" en les alternant (afin que le muscle se reconstruise après avoir été stressé, etc.)
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant