Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
samedi 4 avril 2015
posté par babyshark à 23:59

web série NAGEUSE(S)

vu 5693 fois, followers=30
Bonjour à tous,
le premier épisode de ma web série NAGEUSE(S) est en ligne aujourd'hui. Je vous invite à la découvrir, à devenir membre pour suivre les épisodes et à la partager.
NAGEUSE(S) suit une adolescente dans sa vie d'athlète, de nageuse. Les épisodes parleront autant de sa vie d'ado que de sportive .
Bon visionnage.
Christophe.

videoplay

https://www.facebook.com/groups/nageus...

93 commentaires

  

CNP, Le Gall...
La jeune Anna, sa mère, l'entraîneur... et du suspense. Et de très belles images.
Merci Christophe, c'est très intéressant !
A suivre...
  

Merci,
Le deuxième est à venir. Des News régulières sur la page fb.
  

Question bête mais est-ce que c'est une fiction ?
Ou est-ce une série à portée documentaire ?
Je penche pour la deuxième option mais ça pourrait aussi bien être un entre-deux, mi-documentaire, mi-fiction…
  

C'est un doc, tout est vrai
  

Belles images.
Du respect pour l'entraîneur.

Si je comprends bien, pour pouvoir aller aux Olympiques, il faut déjà briller aux compétitions internationales à 15 ans.
  

Camille Muffat est championne de France du 200 4N à 15 ans en battant Manaudou et en lui prenant le record de France...

Alors, oui, pour les filles, il faut être performant dès cet âge là...

Si l'on veut briller plus tard...

Pour un garçon c'est plus tard, mais il faut tout de même être performant jeune pour pouvoir incorporer un bon club formateur...

On dira ce qu'on veut mais, malgré le travail, il faut un physique et une compréhension innée de son corps dans l'eau qui est souvent visible dès le plus jeune âge...

Même si le travail et le mental comptent ensuite... Bien sur...
  

Sans compter la puberté qui va modifier la répartition des masses corporelles... Muscles, graisse, etc...
  

Oui, sujet du 2 eme épisode, transformer un corps d'ado en corps d'athlète.
  

J'attends avec impatience le prochain épisode.
  

C'est un doc, tout est vrai
  

Gràcies, superbe ce vidéo !

Et intéressant.

Après je ne sais pas le pourquoi, dans les interviews aux dportives, on voit (ou c'est juste mon avis perso à moiii), un regard toujours triste, je ne vois pas à son age aucune trace de vrai joie. Bizarre....peut être que ceux qui commencent le sport très jeunes au niveau si discipliné, d'abord ils ont cela et c'est après quand peut êtr e tous les autres on n'a plus le regard de joie infantile, eux ils l'ont car ils récuperent les fruits d'avoir passé tout la jeunesse à faire sport sérieusement (car en jeunesse on fait normalement tjrs de sport, moi la natation et golf mais de façon bcp moins rigide)...

Enfin, peut être je me trompe !
  

Les nageurs élites n'auraient pas de jeunesse.
  

avatar de mackreau
mackreau
> 2 ans
Salut,

je ne me rappel pas avoir appris a nager tellement on m'a collé tôt dans un bassin et j'ai été en club des mes 5.6 ans, mes parents étant tout deux plus ou moins de la partie ...

pas question de truander ou de flemmarder, quant tes propres parents sont autour du bassin ! en plus de la pression qu'ils te mettent, tu as celle que les autres te mettent, du "fils de", qui doit faire forcement aussi bien que papa ou maman ...

A 15 ans, suite a un stage particulièrement éprouvant, j'ai été enfin en capacité de m'opposer a mes parent et de refuser de continuer les 2hr entrainement quotidien, les systématiques stages de renforcement a pont a mousson pendant les vacances scolaires et les week end passé en déplacement pour les compètes ...

j'ai été tellement gavé de sport que dès que j'ai pu, j'ai très rapidement envoyé chier toute forme de compétition sportive pour m'attacher a retrouver inconsciemment les sensations expérimentées par les sportifs après leurs efforts .... et c'est ainsi que j'ai eu un parcourt toxicomaniaque relativement important, qui m'a amené a bien me bousiller pendant un bon moment. Une bonne partie de ma jeune vie complètement occultée par les entraînements et une deuxième partie, consacrée entièrement a mon auto destruction, liée a la vacuité de l'amour parental que j'ai recherché en vain pendant les premières années de ma vie.

30 ans après les compètes, 20 ans après la défonce, j'ai repris le sport ... mais j'ai mi 30 ans pour 'absorber' psychologiquement ce qu'on m'a obligé a faire durant ma jeunesse.

Les jeunes compétiteurs doivent être motivés par leur propre envie et non par celles de leur parents. Et d'autre part, un sportif qui stoppe l'entrainement ne devrait pas être mis en contact avec certains produits, pour lesquelles il éprouvera beaucoup plus d’intérêt qu'une personne standard ...

pour faire valoir ce que de droit.
super-repus
++
  

Pour vous répondre
Gemma,
C'était la première fois en 2013 que la demoiselle faisait une interview. Elle est plutôt d'une nature joyeuse et souriante, j'espère que tu le découvrira sur les épisodes à venir.
Mackreau,
le doc a aussi pour but de mettre cet aspect en lumière, l'investissement que cela représente pour un ado. Ce que les adultes, parents ne comprennent pas, souvent. Pour Anna, c'est un engagement personnel, elle est heureuse dans ce qu'elle fait. Le sujet des études et de la vie hors bassin m'intéresse mais cela demande du temps pour que chacun puisse exprimer un point de vue sans que ce soit à charge.
Merci à vous,
C.
  

Comme dans tous les sports, certains parents demandent à leurs enfants de réaliser leurs rêves de jeunesse.

Mac : Désolé de ce qui s'est passé après la natation. J'espère que tu es en paix avec toi même.
  



Oui, biensur, je suis d'accord que si l'envie bien totalement de l'enfant et que la compétition, la discipline et l'engagement totale lui fait du bien et est heureux comme cela, alors, oui, je le vois mieux. Mais, je ne sais pas...encore si je suis sure que cet investissement parfois pour rien, soit si positive à ces premieres ages. Je le vois un peu antinaturel. C'est un long débat et sujet...

Jamais c'est tard pour se rendre compte d'une chose et évoluer à mieux, même après 30 ans. J'espère que tu gardes de la motivation à vivre comme il te plait.
  

Faire du sport pour la santé, oui.
Mais, les études sont importantes pour avoir de bons emplois plus tard.
Que reste-t-il à un athlète à la fin de sa carrière ? Des médailles, des souvenirs.
Il/elle doit un jour retrouver la vraie vie qui est le marché du travail.
  

j'ai trouvé intéressant le web doc, pas complaisant, réaliste. Je n'ai pas ressenti la tristesse (regard triste), peut être que c'est l'expression du sérieux, de la motivation, ou bien d'être interviewée sans en avoir l'habitude ?... je trouve bien aussi de ne pas sourire tout le temps... d'être "vraie"... enfin c'est juste mon avis. Chouette portrait, mais ce n'est pas donné à tout le monde. La mère semble aussi bien je trouve, juste, elle ne semble pas "pousser" sa fille, mais l'accompagner...
  

C'est un doc, tout est vrai
  

Ce n'est pas un show de téléréalité.
  

Non loin de là, c'est un regard porté sur une discipline que nous aimons tous. L'histoire d'une jeune nageuse et de son parcours.
Pas de voyeurisme, je déteste ça. On discute beaucoup du contenu et de l'approche pour rester dans l'observation et la bonne distance.
  

  

Tu es cinéaste ?
  

Ah oui, cela on voit bien net, et solaire.

Ok, cela devait etre le stress ou l'effet d'etre devant un camera surtout pour les gens normaux dont normalement on n'est pas habitués. Comprehensible.

Après, je suis désolée mais je ne dis pas une grande bétise avec mon observation.
Peut etre car j'ai eu la supeeeeeeerrrebeeeee chance d'avoir enfance et adolescence de oufff dans tous les sens. Je dois idéaliser cela sans vouloir car chaque personne vit dans un cadre et réalités et priorités différentes.
  

Gemma,
tes remarques ainsi que celles des autres nageurs sont les bien venues et me permettent de porter un autre regard sur le doc.
Je suis ravi de vous lire.
  

La séance du jour est sur https://www.facebook.com/groups/nageuses/
pour ceux qui veulent faire le même entrainement "vacances" qu'Anna.
  

Que des séries en sprint ! Par curiosité que signifie "bras reg" ?
  

Quelle est la durée de l'entraînement ?
  

Bras reg, je pense que son entraineur veut qu'elle soit sur le même nombre de coups de bras, donc régulière sur les séries.

4km5 c'est un petit entrainement pour elle. Son quotidien c'est 6 km par jour, voir 2 x le lundi et le mercredi. Une séance tranquille en 1h30.

J'aurai peut être les séances de la semaine à venir pour ceux que ça intéresse. Son entraineur est ok pour les diffuser
  



Bufff quelle peche et force !

Si jamais je fais cet entrainement 4,5km, cela sera en fractionné deux jours !

Gràcies pour l'info à toi et l'entraineur
  

La séance du jour est sur https://www.facebook.com/groups/nageuses/
J'ai oublié de dire qu'elle en fait deux. Une le matin, une l'après midi.

4,5km correspond à un entrainement maîtres au CNP, Anna fait 12km deux fois par semaine et plus l'année prochaine.
  

Chers membres,
l'épisode 2 est en ligne.
videoplay
  

J'ai trouvé cet épisode encore plus intéressant que le précédent. J'attends la suite avec impatience. Merci Christophe et aussi Anna de nous faire partager ça, en tout cas j'apprends plein de trucs.
  

très intéressant, vraiment beaucoup de plaisir à découvrir ce documentaire, merci du partage et bon courage à Anna !
  

Je transmettrais à Anna. Sinon n'hésitez pas à lui laisser un mot sur la page FB.
  

J'adore!!!
  

Super intéressant! On a hâte de voir la suite!!!
  

Sois patient.
Le cinéaste doit développer les négatifs dans la chambre noire.
  

Le 3 est en tournage, livraison ... juillet

Merci de vos messages de soutien.
  

L'épisode 3 est dense, je remercie ceux qui ont participé à cet opus. Avoir les points de vues des deux côtés permet de mieux comprendre l'implication de chacun. Cela demandait aussi de se livrer, tous ont joué le jeux. Eric et moi même avons jugé qu'un épisode long était nécessaire pour ne pas dénaturer leurs propos. J'espère que vous partagerez notre plaisir à suivre les protagonistes.
[url]
videoplay
[/url]
  

  

J'ai bcp aimé cet épisode qui montre l'interaction entre le coach et la nageuse. Merci
  

j'aime bien l'expression "bonbon"
  

Vu le reportage aussi, plutôt intéressant, bien filmé. Juste un bémol, pour aller dans le même sens que mackreau et Gemma : on sent qu'il n'y a pas vraiment d'enjeu dans l'entraînement de cette jeune nageuse, et que la modération vient de là. L'entraîneur laisse entendre qu'elle n'a tout à fait les qualités pour faire une championne de première bourre. Du coup on se demande comment l'entraîneur se comporterait avec une nageuse avec un plus fort potentiel, s'il serait aussi raisonnable.
- P. Lucas en est encore à reprocher (gentiment, mais quand même) à Manaudou d'avoir fait "50% seulement de sa carrière".
- Amaury Leveaux conclut son bouquin à scandale en disant qu'il souhaiterait que son gosse ne fasse pas de natation - rapport aux entraînements de dingues.
  

Et quelle est la réponse de Laure ?

Amaury a raison. Aujourd'hui, à moins d'être aux USA, le nageur français doit abandonner ses études pour tout consacrer à la natation.
Sans diplôme, que pourra-t-il faire plus tard dans la vraie vie ?
  

On peut sans doute faire des tas de trucs intéressants sans diplôme dans la vie. Je dirais plutôt que le problème est celui de l'emprise de la famille et de l'entraîneur, la pression des médias à partir d'un certain niveau, sur des gosses.
On ne sent pas tellement ça dans ce reportage (chap. 3 bcp trop long à mon avis), mais sans doute encore une fois parce que les chances de cette jeune nageuse d'accéder au haut niveau sont très hypothétiques.
  

Mercii pour les vidéos.

J'ai bcp aimé aussi le 2 et 3. Ils ne me semblent pas longs.

J'attends bien le prochaine sur les études, intéressant de voir quel est l'intéret de Anna envers les études et quelles reflexions fait elle sur son avenir occupationel, sachant qu'elle a 17 ans et que j'imagine qu'elle a les pieds sur terre pour se dire qu'elle ne pourra pas vivre de la natation seulement. Ou peut être je me trompe, et elle pourra vivre de nager....on sait jamais.

En tout cas, je croyais qu'elle était plus jeune mais non, 17 ans, ce n'est plus un enfant.

Je la vois qqun de timide et on sens qu'elle n'exprime pas completement ce qu'elle pense. Je ne la connait pas donc je ne peux pas juger si c'est car elle est timide devant la camera ou qu'elle n'a pas des avis sur les discussions qu'on voit dans le vidéo.
Je sens aussi qu'elle est heureuse avec ces entrainements dures et nager autant, maintenant je le vois claire. Et c'est mieux.
Par contre, je ne vois pas qu'elle reflechit à autre chose au dela de la natation et s'entrainer. C'est à dire, qu'on est sure que quand l'étape de natation et compet finira, si elle sera préparer à la vie réelle, à l'indépendance, à avoir moins d'attentions, à qu'on la dirige et on la protège, etc. J'espère que cela se passe progressif, sans le typiqye choc dont après les sportistes ont besoin de thérapie ou choses comme cela car ils se sentent perdus. Je crois que si il y avait une préparation avant de la part de les personnes proches qui les aiment, ce choc n'arriverait pas.

Je le souhaite le meilleur à Anna. J'espère seulement qu'elle amène qq réflexions importantes dans la vie au même temps qu'elle continue heureuse à faire ce challenge de nager.
  

Merci Gemma,
Anna se livre petit à petit au fil des épisodes. Je la suis, cette année sera importante, c'est celle du BAC.
  

Piscine Roger Legall, pour ceux qui connaissent

videoplay
  

Extra ce clip poétique. Joli. J'adore +++

Et bravo pour la bande son. C'est qui l'artiste ?
  


Sympa clip, merci !

J'espère que Anna a réussi le BAC surtout !

Et on verra le nouveau épisode de los mundos de Anna
  

Le bac, pour une nageuse, c'est pas vraiment indispensable.
  

Tu plaisantes ?
  

C'est de l'humour... vaseux.
  

Alors...
pour la musique c'est Toru Takemitsu "Banished Orin"

Le nouvel épisode est en cours de tournage et concerne les études

Le BAC est aussi comme ça que l'on appelle le bassin entre nous, c'est mieux de l"avoir pour nager
  

Bonjour à tous, le nouvel épisode est en ligne. On parle sport et études

videoplay
  

En fait on parle plutôt compétition et compétition ; compétition dans les études et compétition sportive. Alors que l'un devrait favoriser l'autre, on voit qu'il y a une concurrence pas très saine entre les deux.

- Grosse pub pour Montréal au milieu, où on donne le bac à des ados qui font de la muscu. (!)

- Dans l'ensemble c'est un peu trop long mais plutôt pas mal ; en ce qui me concerne je trouve que ça laisse deviner le côté irrationnel du système. Je montrerai ça à des ados pour voir ce qu'ils en pensent.
  

Non, non, c'est en France que de + en + on donne le bac et qu'en l'occurrence Titouan l'a obtenu lorsqu'il était à l'INSEP, avec d'emblée 20/20 en sport, ce qui est normal puisqu'il s'agit d'un examen plutôt généraliste et de base, et qu'en natation, ces candidats sont bien au delà de ce qui est attendu des autres, en général.
Je trouve que cet épisode montre bien à quel point le système scolaire de base n'intègre pas bien la possibilité de pratiquer une acrivité sportive ou culturelle, alors qu'elles sont bénéfiques pour le développement individuel.
Cela serait intéressant de voir comment ça se passe ailleurs, dans d'autres pays.
Merci pour cette série.
  

De la pub pour Montréal, une ville jeune comparée à Paris.

Je ne sais si le nageur a terminé son baccalauréat québécois en géographie.
  

Oui, c'est vrai que le bac est donné à tout le monde ou presque en France et que la sélection s'effectue ultérieurement. Il n'empêche que la compétition est bien là, et que l'obsession de la réussite sociale de certains parents pèse sur les gosses très tôt.

- Il me semble avoir entendu parler Titouan d'une note de 20/20 en "muscu" ?

- Je doute que la natation dans un but de compétition soit bénéfique pour le développement individuel, Babette. Dans un précédent épisode on voit cette gamine, qui n'a manifestement pas le niveau de la compétition de haut niveau (comme 99,9 % des sportifs), astreinte à des séances de musculation ! Elle prend le truc à la légère, mais qu'en est-il de celles ou ceux qui se lancent à fond ?
  

@Figolu : ai-je seulement parlé de compétition ?
A l'école, en France, les gamins font en gros 1h de sport et 1h de musique par semaine. Je dis que c'est trop peu.
  

Vous n'avez pas parlé de compétition, c'est moi qui trouve le terme "d'activité sportive" abusif pour parler de l'entraînement que subissent les jeunes nageurs à l'INSEP ou dans des clubs qui visent des "résultats".

Il apparaît assez clairement que la jeune fille au centre du reportage est investie d'une mission qui dépasse le sport et même l'éducation : réussir là où sa mère a échoué. L'éducation n'est sans doute pas une chose facile, mais je ne crois pas que les structures du sport de compétition soient favorables à une bonne éducation. Le sport de compétition rend dépendant - au succès, à un entraîneur, à une pratique sportive auto-destructrice. Le but de l'éducation est de rendre indépendant.

L'omerta règne dans les milieux de la compétition sportive, avec la complicité de la presse et des pouvoirs publics, mais quelques sportifs de haut niveau ont parfois le courage de dévoiler l'envers du décors - ils dévoilent ainsi un des nombreux pièges que la société de consommation tend aux plus jeunes.
  

Bonjour, j'ai visionné tous les épisodes de la série que je trouve très intéressante. Petit bémol concernant cet épisode...je trouve qu'il s'éloigne quelque peu de sa vocation initiale, à savoir suivre une nageuse dans son quotidien, puisque finalement, dans cet épisode la part belle est faite à d'autres intervenants, même si j'ai conscience qu'ils font partie de l'environnement de la nageuse de près o une loin. Un autre regret sur cet épisode, il ressemble plus à un documentaire fait d'interviews qu' à un épisode de la série...et il y a trop peu, voir pas du tout de situations en bassin...

Points positifs, on apprend beaucoup sur la difficulté d'accéder au haut niveau, et on comprend que le palier entre un très bon niveau et le niveau "national" est énorme...

Hâte de suivre le prochain numéro, avec je l'espère...plus d'eau !

Bonne continuation...
  

Famillepiao,
sur cet épisode au contraire, je suis centré sur la problématique de jeunes nageurs comme Anna qui se demandent comment poursuivre natation haut niveau et études. Pour cela j'ai donné la parole à deux autres nageurs avec des profils différents.
Titouan a eu son bac à l'insep et poursuit à Montréal, Maria a pris l'option pro.

Je recentrerai sur Anna mais parfois, il est nécessaire d'élargir un peu le champs des perspectives.
La série répond à un certain nombre de questionnements et on reviendra dessus avec Anna après le bac probablement.
Merci à tous de vos messages.
  

Merci pour ces explications babyshark. C'est vrai qu'en tant que "nageur" même amateur, j'aimerais parfois la voir en situation en bassin, entraînement comme dans certains épisodes, mais aussi en compétition...tout en gardant une place pour les "à côté" bien sûr. A +
  

Bonjour
J'ai suivi vos échanges sur le forum
Je prépare un sujet pour l'équipe 21 consacré à la complexite de la relation parents- enfants futurs champions
Comment celle ci peut améliorer la performance ou à l'inverse être une source de problèmes...
Aussi je pensais au témoignage de mackreau...
Avec qui j'aurai bien voulu échanger... Et évidemment toute personne qui peut m'apporter l'éclairage de sa propre expérience...
Merci a vous
À bientôt
  

Dans le sport de compétition, l'omerta règne sur les "dommages collatéraux" de ce que l'on ose appeler sans rire le "sport de haut niveau". Des dommages dont les plus jeunes sont les victimes.
Et, encore une fois, la websérie qui nous a été montrée est centrée autour d'une jeune fille qui ne joue le jeu qu'à moitié - dont les parents ne sont pas principalement motivés par la gloire et l'argent.
Bref, vous aurez du mal à trouver des "témoins de l'intérieur".
  

figolu75,
excuse moi mais je trouve ton jugement très attif. Comment peux tu dire qu'ils ne jouent qu'à moitié le jeux.
Je suis ces jeunes, pas seulement Anna mais le groupe, je ne vois que peu de victimes et les victimes ne restent pas. En natation, c'est un choix de vie. Les entraineurs que je côtoie, protègent ces ados des éventeulles dérives parentales.
  

Ils jouent à moitié le jeu, car on voit bien que ni l'entraîneur, ni surtout les parents n'ont en ligne de mire une carrière au plus haut niveau. Je dirais que, d'une certaine manière, Anna est protégée par ses parents. Certains parents auront tendance à entretenir l'illusion de leur gamin ; les parents que l'on voit dans ce reportage ne sont pas dans ce cas-là.

Donc cette fille et son entraînement ne sont pas représentatifs selon moi du sport de compétition de haut niveau, ni de la pression qui peut peser sur une jeune fille ou un jeune type qui se lance à fond dans la compétition.

Sans vous en rendre compte, peut-être, vous êtes cruel en disant que "les victimes ne restent pas" ; d'une part ça signifie qu'il y a bien des "victimes" - ce que la compétition justifie, mais non le sport. D'autre part c'est faux, il y a des gamins qui s'accrochent longtemps à leurs rêves de briller ; plus dure la chute lorsque leur rêve est brisé. La société offre un spectacle permanent de l'exploitation de ces jeunes gens naïfs, en particulier dans le domaine du sport.

La natation n'est pas "un choix de vie" : ça ne doit pas être un but en soi, mais un moyen de se sentir équilibré.

Par conséquent je conseille plutôt le bouquin d'Amaury Leveaux, si on veut avoir une idée de la natation de compétition plus juste que la vitrine habituelle. Encore faut-il voir que Leveaux a un palmarès sportif exceptionnel, c'est-à-dire des raisons de faire un bilan plus équilibré que d'autres, la très grande majorité de ceux qui ne monteront jamais sur un podium. Malgré ça il conclut son bouquin en disant qu'il souhaite que son gamin ne suive pas la même voie que lui.
  

Figolu soulève un point intéressant. Il ne parle pas spécifiquement des nageurs de la web série. Il faut respecter ses idées.

L'INSEP pourrait faire des études sur les "victimes" de la natation élite en France, si ce n'est déjà fait.
Quel est l'avenir des anciens nageurs élites inconnus qui ont consacré leur jeunesse dans la natation ?
Sont-ils maintenant ingénieur, médecin, avocat ?
Peuvent-ils gagner leur vie correctement ?
  

L'INSEP pourrait faire des études sur les "victimes" de la natation élite en France, si ce n'est déjà fait.
Quel est l'avenir des anciens nageurs élites inconnus qui ont consacré leur jeunesse dans la natation ?
Ils sont suivi, beaucoup décrochent au moment de l'université.


Sont-ils maintenant ingénieur, médecin, avocat ?

Certains oui, ingénieurs, j'en connais.


Peuvent-ils gagner leur vie correctement ?

C'est bien payé MNS
  

Ces questions ne sont pas posées à toi.
C'est une recherche scientifique sur le parcours professionnel des anciens nageurs.
  

Autant ouvrir un autre sujet.
Pourquoi ennuyer babyshark avec ces remarques.
  

3r1c


Saigonnais
Je côtoie au club beaucoup d'ancien et jeunes ( anciens ) internationaux et certains ont de très bons jobs. La natation leur reste chère et TTN pourra te confirmer que les entrainement CNP ne font pas semblant. Si ils étaient dégoutés de la natation, ils ne viendraient pas
  

Non, je ne critique pas le CNP qui est un excellent club. Je ne vise pas les jeunes nageurs de ce club qui sont motivés et disciplinés.

J'aime bien tes reportages.
  

Ah non

Je voulais juste dire que vu la dureté de ce sport si on t'en dégoute jeune, tu n'y reviens pas par la suite pour en remettre une couche.
  

Dégoûtés ou pas, la plupart des gosses font ce que leurs parents et leur entourage leur disent.
Je ne doute pas que certains puissent avoir un bon job à l'issue de leurs études ; on peut très bien être victime d'un système, tout en étant porté au pinacle par ce système ; ce que je dis, c'est plutôt :

1/Le modèle de la compétition et de l'entraînement à la compétition est un modèle pernicieux et antisportif ; il débouche logiquement sur le dopage et le gaspillage des ressources humaines ;

2/Le milieu de la compétition professionnelle est un milieu opaque en général, qui ne divulgue pas facilement ses méthodes et pratiques ;

3/Il est assez clair dans la websérie dont nous parlons que la jeune Anna ne sera jamais Laure Manaudou, voire une compétitrice de second rang. Son entraîneur et ses parents en sont parfaitement conscients. Donc Anna n'est pas représentative de la pression qui peut peser sur une gamine dont l'entourage se dit qu'elle est "bankable", pour parler un langage "d'agent de sportif".
  

1) J'aime m'entrainer...

J'aime la compétition, même si j'ai jamais été un foudre de guerre...

Je comprends que l'on puisse être plus fort que moi et j'aime aussi gagner...

Tout cela dans une logique d'amusement...

Je ne crois pas que cela soit un modèle antisportif...

2) La version professionnelle sans doute... Mais cela est valable pour tout... Dès l'instant où la notion d'argent (de beaucoup, surtout) est en jeu...

3) J'espère qu'Anna pourra aller le plus loin possible en compétition. Si l'on se réfère uniquement aux limites que nous fixent l'entraineur, la famille,... on ne fait plus rien. Elle ne sera sans doute jamais une nageuse d'élite mais rien ne l'empêche d'y croire. Il faut juste qu'elle sache quelles sont les règles du jeu et qu'il y a plus de perdants que de gagnants. Comme pour le boulot, la vie en général...
  

Figolu75, je laisse tomber
je vois en te lisant sur les autres postes que tu es assez négatif dans tes commentaires... en général.

Talisker, je n'aurai pas pu mieux dire... MERCI!
  

@Talisker : dans la tête d'un vrai compétiteur, il n'y a qu'un seul gagnant, lui. Sans cela il n'y a pas de raison de "dépasser ses limites physiques", au risque de se blesser ou de gaspiller son énergie.

@babyshark : Tu ne prends que le négatif de mes commentaires. Je trouve tes vidéos plutôt pas mal ; je me suis contenté de plaider que le témoignage de certain nageur de haut niveau (j'arrête de le citer, sinon on va croire que je suis son éditeur) est plus éclairant sur la pratique du sport de compétition et ses abus. Je trouve même qu'il y a un aspect critique dans ton travail, dans la mesure où les témoignages sur l'Insep sont, disons mitigés.
  

Salut Babyshark,
ils ne connaissent pas leur chances ces nageuses et nageurs, tous les clubs de sports ne sont pas aussi organiser. Merci pour les épisodes...
  

Figolu : Bizarre, au party d'anniversaire des nageurs.com le samedi passé, un nageur trouve que, dans ses critiques, le coach du CNP est trop sévère à l'encontre de l'INSEP.
  

@figolu : si tu ne veux pas te blesser ou dépenser vainement ton énergie restes à la maison...

La blessure peut arriver sans forcément faire de la compétition... Un faux mouvement, une faiblesse passagère,...

Tout peux mener à la blessure...

L'énergie se dépense vainement que tu avances vite ou pas...

Tout loisir est une dépense d'énergie non nécessaire...
  

Quant au fait d'être premier, il est vrai que c'est plaisant...


Il est aussi vrai que le moment où l'on s'affronte est plaisant...

C'est amusant...

Après, tout le monde trouve son plaisir où il veut...
  

Figolu75, je fréquente les entraineurs, les parents aussi. Si je voyais pas de bonheur dans ces jeunes nageurs, j'aurai abandonné. Je ne fais pas de voyeurisme, j'essaie de rester proche d"eux et de les observer.
Merci, oui je travaille pour que visuellement ce soit agréable aussi


Saigonnais, ce que j'ai vu de l'INSEP m'a semblé assez sain. Il semble qu'il y ait des pôles plus durs mais je n'ai fait qu'entendre sans voir. Font Romeux semble plus dur à vivre, en vase clos.
  

C'est quoi le Font Romeux ?
  

@Talisker : on peut faire du sport sans être maso ni aimer les entraînements de type militaire.

@Saigonnais : les deux nageurs passés par l'Insep que l'on voit dans le reportage expriment des réserves, du genre : "Tout ça pour ça." C'est la raison pour laquelle je ne suis pas entièrement négatif à propos de ce reportage ; mon bémol tient à ce que Anna n'est pas représentative de la compétition de haut niveau. Il est assez clair que ses parents accordent une importance plus grande aux études théoriques, d'une part ; et d'autre part que son entraîneur est réservé sur son potentiel physique. Anna ne porte pas ou peu la pression de la compétition sur les épaules. Voilà tout. Pas de quoi s'énerver, si ?
  

@figolu: On peut aimer être maso et les entrainements militaires aussi...


Quant à Anna, qu'elle s'éclate un max à l'entrainement et en compétition...

Elle aura bien le temps de se faire chier plus tard au boulot...
  

avatar de vieumachintoupourri
vieumachintoupourri
> 1 an
salut,

>>Quant à Anna, qu'elle s'éclate un max à l'entrainement et en compétition...
>>elle aura bien le temps de se faire chier plus tard au boulot...

pour ma part, je m’éclate + dans mon boulot que dans un bassin. pourtant, je nage chaque jour. mais on ne peut pas vraiment comparer ces 2 activités et c'est bien triste de se faire chier au boulot.

je pense qu'il est plus important d’être bien dans sa vie, plutôt que de faire des super perfs. Et même si l'un n’empêche pas l'autre, c'est parfois difficile de concilier les deux.

il n'y a pas que la compète ...il y a aussi l’après compète. j'ai déjà soulevé ce problème mais c'est un aspect des choses fort méconnu, que l'on ne souhaite pas vraiment évoquer.

forcement, ceux qui en parles sont soit des spectateurs, (même si ils sont entraîneurs), soit des sportifs en plein dedans, jeunes et inexpérimentés pour ce qui concerne les conséquences futures et potentielles.

mon parents sont tout deux d'anciens champions de natation et des l'age de 6 ans, je fut inscrit dans un club sportif. j'ai nagé plusieurs années et a la fin, je faisais 2h chaque jour+des compètes le we+des stages intensifs pendant les vacances.

j’étais ado et un peu comme la gamine des vidéos. je suis donc évidement (comme tout ado) passé par une période de rébellion plus ou moins forte et j'ai envoyé péter le sport.

de plusieurs dizaine d'heures par mois, je suis passé a ... rien du tout.

Mais par contre, derrière, il y a potentiellement des conséquence sérieuses si le gamin n'est pas solidement encadré, ce qui ne fut pas mon cas.

il faut savoir que la pratique du sport favorise l'addiction a certains produits. le corps produit des substances lors de l'effort. il en produit plus chez les sportifs de compétition, car ils poussent bien plus loin leurs efforts. c'est un phénomène subtil et on ne le voit pas arriver. ce qui m'attendait, c’était dix ans de galère, avant de m'en sortir comme par miracle.Et depuis, je reste très fragilisé a toute sorte de chose.

je ne suis pas le seul gosse qui a eu ce genre de problème.

dans ma catégorie, nous étions deux a être sur le podium systématiquement. j’étais souvent le 2ieme ....mais mon acolyte aussi, a tout balancé dès qu'il a pu.

et lui aussi a eu des problèmes ensuite ...

Alors, pour une gamine pour qui cela se passe bien, car l'entourage est la et on fait attention a elle, il y en a d'autres que l'on ne voit pas et qui disparaisse (effectivement) de la scène. cependant, parmi eux, beaucoup trouvent alors un substitut au sport dans la consommation de produit stupéfiant.

non pas que le sport intensif entraîne fatalement ce genre de chose, mais que son arrêt non contrôlé prédispose fortement l'individu a retrouver les sensations perdues, ailleurs ...

d'autre part, la plupart du temps, ce ne sont pas les gosses qui souhaitent passer tout leur temps a l'entrainement. ce sont plutôt leur,parent qui les conditionnent a ça.

une gamine de 15 - 16 ans a aussi bien d'autres choses a faire et a découvrir.
sa pratique sportive empêchera forcement d’expérimenter certaines choses, de son age.
seulement, elle ne le découvrira que dans 10 ou 15 ans.

alors, par pitié : arrêtez de vous projeter vous même dans vos mômes !
cela fait des dégâts.

++
  

Les parents ne sont pas seuls responsables de la manipulation de leurs gosses - le sport-spectacle/business représente un enjeu politique, ce qui explique que les dérives soient couvertes par la loi du silence.

De plus, à l'opposé de ce modèle qui n'en est pas un, dont les éducateurs devraient protéger les gosses, il existe une pratique du sport bénéfique plus individualiste, galvanisante, qui permet de lutter contre les effets délétères de la société de consommation.
  

@vieumachintoupourri
Wouaa. Merci beaucoup pour ce témoignage très émouvant. Le sport est bon pour la santé (c'est pas moi qui le dit, mais le ministère !!!) mais parfois, pas si bon...
Stay strong
Continue d'intervenir ici, tes posts et ton expérience sont toujours enrichissants (moi non plus j'aime pas les pull-buoy
  

Ne prenez vos cas pour des généralités, je me suis pris la t^te avec ma famille parce qu'ils ne comprenaient pas pourquoi j'allais m'entrainer chaque jour.
La veille de mon bac de philo, je régatais pour la sélection des ChF .... le lendemain des résultat du Bac, j'ai ramé sur le lac du Rabuons à 2500m.
C'est sur c'est pas des choses que tu peux faire à 40 ans. Bon j'arrête là: mon cas n'ai pas une généralité (non plus)
et puis je rame toujours ... au figuré
  

Antipoule for Président de la République !
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant