Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
mercredi 21 février 2018
posté par ranek à 09:12

progresser en crawl

vu 1047 fois, followers=11
Bonjour,
j'ai commencé la natation il y a un peu plus de deux ans. J'ai pris une vingtaine de cours sur Paris (avec un an d'intervalle) pour apprendre le crawl et le dos. Quand j'essaye de nager comme on me l'a appris (bras loin devant, tirer loin derrière, regard vers le fond), je me crispe et m'épuise assez vite. Plus il y a de monde dans ma ligne, plus j'ai tendance à accélérer et à me crisper. Auriez-vous des conseils à me donner ? Merci

20 commentaires

  

Il faut d'abord faire du crawl propre: en allant (TOUT) doucement pour identifier et réduire les défauts. La vitesse vient ensuite naturellement quand on réduit les freins à l'avancement: on perçoit alors des sensations de glisse...
  

Combien de séances d'entraînement par semaine ?
  

Il y a un mythe, assez spécifique à la natation, selon lequel on pourrait délier technique et physique. En gros il suffirait de comprendre les bons gestes pour nager longtemps, vite et sans effort. C’est peut être dû l’impression de facilité que renvoient certains excellents nageurs.

Il n’y a, hélas, pas de miracle : pour prendre des bons appuis il faut de la puissance musculaire et du souffle, il suffit de faire quelques longueurs en amplitude pour s’en rendre compte. Quant à la fameuse position, il serait bien illusoire de croire qu’on pourrait l’acquérir sans effort physique. Rester bien horizontal, respirer brièvement sur le côté, éviter les déformations latérales du corps, aller chercher loin devant à l’entree du bras dans l’eau, tout cela ne se fait pas sans un certain engagement physique.
  

@alexswim : l'illusion dont tu parles est liée à l'usage des gadgets. On voit fréquemment des nageurs/ses médiocres faire des séances quasi-complètes avec un pull-buoy ou des palmes, ustensiles surtout faits pour corriger des détails techniques chez un compétiteur.

Ces ustensiles contribuent à faire croire qu'il existe un "geste parfait", alors qu'au niveau amateur ce qui compte c'est d'acquérir une technique moyenne, en évitant les erreurs les plus grossières, et de progresser SANS SE BLESSER.

- Plus répandue encore la mauvaise idée que la puissance musculaire s'acquiert par la musculation. Certains sportifs en herbe perdent ainsi toute leur vélocité, et donc la puissance qui est liée à la vitesse.
  

Tout à fait d’accord avec toi.

J’ajoute que certaines méthodes de natation (genre total immersion) exploitent cette croyance en une nage sans effort grâce à une technique parfaite. En général les vidéos montrent d’anciens champions olympiques traversant un bassin en moins de dix coups de bras ... avant de délivrer deux trois conseils techniques pour que chacun puisse en faire autant.

Parmi les mensonges attachés aux gadgets techniques, la palme (sans jeu de mots) revient sans doute aux plaquettes magiques censées corriger la gestuelle des bras.
  

La culture stakhanoviste dans laquelle on baigne, non seulement sur le plan sportif mais aussi éducatif plus largement, a pour effet de dissuader de l'effort raisonnable, le plus bénéfique.

L'entraînement sportif stakhanoviste des sportifs pros a le don de dissuader bcp de monde de faire du sport en plaçant la barre à un niveau de performance irrationnel (les mathématiques grecques ne sont pas irrationnelles).
La pratique "ludique" de la natation ne s'oppose pas, contrairement aux apparences, à la pratique stakhanoviste - elle en est la conséquence. Elle est la conséquence d'un modèle sportif dominant hors de portée, et qui répond plus aux exigences du spectacle et du marketing politique que du sport.

Le "nivellement par le bas" vient donc d'en haut.
  

Bonjour Ranek,

Quelques pistes éventuelles d'après ce que je peux observer souvent dans les lignes d'eau publiques et sans avoir plus d'infos sur ta pratique :

- prendre le temps de s'échauffer en début de séance, encore plus en cette saison. Je vois souvent des nageurs rentrer dans l'eau à froid et tapper direct un 100m à fond pour se défouler et seulement après nager normalement. Y a pas mieux pour créer la "crispation' dont tu parles

- réduire son nombre de battements de jambes. A part sur du sprint, ce qui n'est pas le cas de l'immense majorité des nageurs de lignes publiques, il n'y a pas d'intérêt à battre 8 mouvements de jambes pour un mouvement de bras. Un battement par mouvement de bras est suffisant quand on nage sur des distances en "endurance". Ça réduira ton essoufflement peut-être à l'origine de cette crispation

- faire des éducatifs qui permettent de sentir l'alternance temps moteur/temps de repos sur chaque bras, je pense à faire du crawl rattrapé, du crawl à un bras par exemple.

- compter ton nombre de mouvements de bras par longueur et tenter de ne pas changer malgré l'affluence ou la fatigue.

A toi de nous dire si ça peut te correspondre
  

Bonjour, merci pour vos réponses que je ne découvre qu'aujourd'hui. Je n'utilise jamais de matériel. Je nage deux ou trois fois par semaine et j'alterne crawl et dos (tous les 50 m dans un bassin de 25 m). Je vais donc persévérer en essayant de ne pas aller trop vite et en évitant de me comparer aux autres nageurs.
  

Lorsque je m'applique en crawl, je nage 50 mètres, puis je fais une pause d'une dizaine de secondes avant de repartir (sinon la qualité de ma nage se dégrade fortement). Est-ce qu'avec le temps je pourrai enchaîner les longueurs ou dois-je me forcer à repartir aussi sec ? Merci d'avance pour vos conseils.
  

- 2 ou 3 fois pour quelle distance au total/semaine à peu près ?

- A votre âge (à peu près le même que moi), c'est un entraînement en endurance qui est le plus utile, afin d'améliorer son souffle et son rythme cardiaque.
La difficulté que vous décrivez est peut-être due à un problème technique (mauvaise respiration ?), mais peut-être aussi à un manque d'entraînement sur des distances plus longues.

- Beaucoup de conseils de natation sont donnés par d'anciens champions (sur internet) ou des nageurs en club (modelés aussi pour la compétition), ce qui explique qu'ils se focalisent sur des détails et oublient le principal.
  

Je nage une heure à chaque fois en alternant deux longueurs dos, deux longueurs crawl. Je ne compte pas les longueurs, mais quand j'alterne les deux nages, je ne fais pas de pause. J'ai énormément de mal à nager doucement (comme on le conseille en général aux débutants), surtout quand il y a d'autres nageurs dans la ligne. Dès qu'il y a des nageurs rapides, j'ai tendance à accélérer, alors que je sais bien que je n'ai pas leur niveau.
  

Vous devriez compter les longueurs, essayer d'améliorer votre temps au 400 m ou 800 m ; à partir de 5-6 km/semaine en 3 séances, on peut progresser.

L'amélioration de la position dans l'eau, qui permet en partie de nager longtemps (2 km) sans s'arrêter ni trop se fatiguer vient à force d'entraînement (le corps corrige petit à petit la position grâce aux sensations), pas seulement en essayant de maîtriser le geste technique parfait sur 50 ou 100 m (méthode trop théorique).

Je croise pas mal de nageurs qui ne sauront jamais nager car leur entraînement est entièrement basé sur des éducatifs avec du matériel. Dès qu'ils lâchent leur bouée, leur coordination laisse à désirer. C'est un des trucs les plus durs pour quelqu'un qui vient sur le tard à la natation (comme moi), la coordination des membres supérieurs et inférieurs + respiration rythmée.

Ralentissez pour essayer de tenir plus longtemps sans vous arrêter. Et essayez de trouver un créneau horaire où il n'y a pas trop d'affluence (ça aide à se détendre).
  

Merci pour tous vos conseils. Je vais tâcher de les suivre.
  

Dernière question, dois-je oublier cette histoire d'aller chercher loin devant et tirer loin derrière lorsque je nage et plutôt chercher à gagner en endurance, quitte à nager de manière beaucoup moins académique ? Merci d'avance
  

Comme dit TFPK, l'essoufflement précoce est dû plutôt à un mouvement de jambes trop rapide et inefficace.

Aller chercher loin avec les bras et tirer loin, c'est ce que je fais mais ça n'est pas vraiment efficace, ni même possible, tant que l'on n'a pas une position stable dans l'eau. Inutile d'appuyer sur les rames tant que la barque n'est pas stable.

Tant que vous ne vous sentez pas "en équilibre dans l'eau", je vous conseille plutôt de gagner en endurance. Le souffle ne doit plus être un problème sur une petite distance, inférieure à 400 m.
Essayez de corriger un "gros défaut" en même temps (qu'un bon nageur voisin peut vous signaler), mais ne visez pas la technique parfaite dans l'immédiat.
  

Bonjour,
Je nage le crawl que depuis 3 ans et demi. J'ai 46 ans et dernièrement j'ai atteint 2500 m en 1H 07min. Je ne suis pas très rapide mais régulier. J'ai allongé la distance petit à petit (200m 400m 500m/ 800m/ 1000m/ 1200m/ 1500m /2000m 2250m 2500m. Je nage en 2 ou 4 temps car j'ai dû mal à respirer sur le côté droit. Sur 25m, je fais en moyenne 27-28 battements de bras. Sur 1000 m je n'ai jamais fait mieux que 24min 49sec. L'essentiel pour moi est de prendre du plaisir dans l'eau tout en me dépensant sans trop forcer.
  

Bonjour,
je suis allé nager ce matin. J'ai ralenti dès le début et j'ai bien forcé sur l'expiration. J'ai ainsi pu enchaîner 20 longueurs de 25 m sans pause, alors que je ne passais pas le cap des deux longueurs jusqu'à présent. J'ai poursuivi par des petites séries de 5-6 longueurs sans pause. Un léger mal de tête en sortant. En tout cas merci pour vos conseils.
  

Avec l'entraînement vous devriez pouvoir doubler voire tripler ces 20 longueurs sans pause en crawl (en partant du principe que vous êtes dans une condition physique "normale").

- Expiration par le nez recommandée en crawl, inspiration par la bouche.
  

Bonjour,
pour progresser vaut-il mieux que j'alterne régulièrement dos et crawl (quatre longueurs crawl, deux longueurs dos par exemple) ou que j'essaye de nager le crawl le plus longtemps possible en augmentant la distance à chaque séance (quitte à négliger le dos) ?
  

Faites comme vous voulez. La régularité de l'entraînement et une augmentation de la distance sont sans doute les conditions pour progresser.

Si le dos crawlé permet de vous détendre, ne vous en privez pas au risque de vous dégoûter. Simplement essayez d'allonger vos séries en crawl à mesure que vous vous sentez à l'aise et respirez mieux. Pensez aussi à boire pour vous hydrater quelques heures avant l'entraînement. Les maux de tête indiquent peut-être que vous êtes déshydraté.
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant