Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
samedi 11 février 2012
posté par papillonista à 23:33

Dans quelles circonstances êtes vous venus à la natation?

vu 2047 fois, followers=23
Votre toute première fois, comment en êtes vous venus à penser qu'il faudrait que vous nagiez, que vous deviez vous y mettre absolument...Ou quel desespoir vous y a poussés? Ou bien était-ce pour plaire à quelqu'un absolument? (le cheminement pour y arriver)

Racontez cette mini histoire passionnante, le déclic: Je DOIS nager(Ou bien j'abandonne la natation et j'y reviens)...

29 commentaires

  

Ah ah ah charité bien ordonnée commence par soi même comme on dit...

Allez trés chére, lancez vous !!!
  

Basé sur ses commentaires de séance, Papillon publiera bientôt un livre intitulé : The Story of My Life

Omigod !
  

Ce serait intéressant, mais ça ne s'appellerait pas comme ça...

Bon, alors pour moi(mais j'ai l'impression de me répéter), je me sentais trés mal à une époque, je ne savais pratiquement pas nager(Un peu de brasse)c'était pas mon sport du tout, j'avais des problèmes pour dormir et tout et tout, vraiment mal dans ma peau, et j'ai pris un verre avec mon cousin qui est historien
et prof aux arts déco maintenant, et sa petite amie était championne universitaire de natation, et il a eu un flash(On buvait un café)et m'a dit que je devrais faire de la natation...Alors j'ai commencé à la piscine de Pontoise...Comme c'était cher, je n'y allais pas tous les jours mais y restais 4 heures quand j'y allais.Et puis j'ai migré à Taris, qui était plus près de chez moi et moins chère, quand je l'ai découverte, j'ai fait amie avec plein de maitre-nageurs et maitre-nageuses qui m'ont donné des trucs...J'ai même entrainé une autre personne de ma famille qui a pris racine dans une autre piscine que celle où je vais principalement(Les Halles)...J'ai visité toutes les piscines de Paris et même de banlieue, j'ai fait partie de 2 ou 3 clubs, mais maintenant je préfère nager en solo(Et aux halles que j'adore)...la natation est devenue une sorte de pilier pour moi, peut-être que ce n'est pas bien, c'est surement le pendant de pas mal de solitude par ailleurs(Encore que j'entretienne des relations avec pas mal de gens), mais j'y ai trouvé un équilibre...Encore aujourd'hui...je ne regrette absolument pas ma séance...Sans la natation je serais morte surement...Et j'adore les nageurs(A l'origine j'adorais les gens qui bougeaient...Ca s'est transformé en adoration des nageurs...)
  

Je n' ai jamais eu peur de l' eau
Sans doute parce que j' ai été mis en relation avec elle dès mon plus jeune âge. Avec un père entraîneur de water polo c' était inévitable. Il a même je crois, participé en son temps participé aux championnats de Paris mais lui était spécialiste des longues distances. Donc pas de micro séances pour lui
L' eau et moi on a tout de suite sympathisé. Je ne l' ai jamais considéré comme une ennemie mais comme une amie. Et au fil du temps des liens forts se sont créés
Une histoire d' amour qui dure depuis l' âge de 5 ou 6 ans. Hé oui j' ai commencé jeune
Et ça fait des décennies que ça dure. Pas un seul ne venant assombrir notre ciel aquatique. Elle et moi on fêtera bientôt nos noces de je ne sais plus quoi ! Quand on aime on ne compte pas et dans la tête on a toujours 20 ans
Et comme tous les ans, le 14 février pour la saint Valentin je lui offrirai des fleurs pour lui montrer mon Amour. Mais on ne se couchera pas trop tard et on restera très sage pour être en forme le 15 février pour les enfants de l' étoile de Martin
  

Et voilà quand on ne se relit pas on laisse passer des fautes ou on oublie un mot
J' ai oublié le mot nuage
pas un nuage ne venant assombrir notre ciel....
  

C’est clair comme de l’eau de roche, je m’appelle Fontaine.
Or « il ne faut pas dire fontaine je ne boirais pas de ton eau » mais « à la claire fontaine m’en allant promener j’ai trouvé l’eau si belle que je m’y suis baigné ».
  

avatar de el_che
El_Che
> 5 ans
Tu t'appelles juste Fontaine ?
  

" Et si d un naufrage on apprenait à nager " Fred le Chevalier .
La figurine est accessible sur google, je n arrive pas à la mettre en lien .
  

héhé tout faut, ce n’est pas Juste mon prénom ni Just, sinon je ferais du foot pas des ronds dans l’eau.
  

J’ai beaucoup fréquenté la piscine municipale pendant les grandes vacances de ma jeunesse. Une chouette piscine avec 2 bassins de 25m, un extérieur avec plongeoirs 1m et 3m, et un intérieur avec toi amovible. Des heures dans l’eau à jouer, chamailler, plonger, faire la course, des apnées. Parmi une des activités qui me revient à l’esprit pas banale je crois, je m’amusait à rester une heure dans l’eau avec pour seul but de ne toucher ni le bord ni le fond du bassin.
Depuis, c’est toujours un plaisir que de faire trempette. Dès qu’un endroit est baignable, j’envisage d’y piquer une tête. Par exemple, une randonnée en montagne avec une pause plouf dans un lac, ça me plait. Mais bon, j’ai passé des années sans aller à la piscine si ce n’est qu’épisodiquement.
Finalement la natation est venue se greffer au plaisir du bain quand je me suis mis au triathlon… sachant que le déclic qui m’a fait me mettre au triathlon m’est venu de la possibilité du bain dans la Seine à Paris.
  

A cause du mal de dos généré par la course à pieds . Maintenant j'ai mal aussi en nageant ( ça ne s'arrange pas avec l'age)
  

J ai tjr été nul dans les sport terrestre, car mes genoux ne sont pas aligner avec mes pieds, se qui me donne une demarche canard. Le pédiatre ma conseiller la gym, mais je detestais cela. J ai tester d autres sport en vain.. Et j ai decouvert la natation!!
  

avatar de el_che
El_Che
> 5 ans
Moi je m’appelle juste El Che.
Entre l’eau et moi c’est une grande histoire d’A depuis une dizaine d’années. Dès que je peux je vais nager ou faire de la plongée. I will always love you.

Et pourtant, quand j’étais plus jeune on m’a poussé dans la piscine et depuis je refusais d’y aller. C’était désormais on ne nous verra plus ensemble, moi et la piscine, la mer ou l’océan. Mais je m’y suis mis petit à petit et j’ai commencé à apprendre à nager à la cour des lions.
  

- pas sûr que ca intéresse grand monde mais puisque tu le demandes je te raconte -

A l'âge de trente ans je nourrissais une frustration mêler à une certaine honte de ne pas savoir nager.

Jusque là je pouvais me rendre à la piscine et ne pas couler grâce à la technique de la brasse grand-père, mais impossible de mettre la tête sous l'eau, et alors un mouvement de crawl relevait de la science-fiction.

Petit, j'avais très peur de l'eau. Peur panique.

Alors, j'ai pris mon courage - et mon maillot - à deux mains et je me suis lancé. Objectif : apprendre le crawl. Si tout plein de monde y arrive pourquoi pas moi ? Ca n'a pas été simple, il m'a fallu de nombreuses séances, et m'habituer, me forcer parfois à me rendre à la piscine. Discipline, discipline. J'en ai fait des longueurs de brasse avant de me décider à nager le crawl. D'autant que je savais qu'il me fallait apprendre seul. Alors souvent je m'arrêtais et je regardais les MNS donner des coursaux enfants, et j'écoutais leurs conseils..

Et puis avec le temps, la persévérance - j'ai un peu l'impression de parler comme un vieux con mais bon... - j'ai obtenu quelques petits résultats. Ma première longueur en crawl, mes premiers 200 M sans m'arrêter, mon premier kilomètre !!! Etc... Des petites victoires personnelles qui ont fait du bien à mon petit égo et qui m'ont poussées à nager et nager encore plus.

Dorénavant je nage avec une régularité de métronome. Je ne serai jamais champion olympique, mais putain qu'est ce que je suis bien dans l'eau !
  

Sympa la question. Sans rentrer dans le détail, enfant, j'ai été familiarisé avec l'eau assez tôt. J'ai eu le plaisir de passer des vacances en bord de mer : dans le Morbihan et sur la côte d'Émeraude, là où j'appris à nager. Lorsque j'avais dix ans, j'ai fait un peu d'optimist après avoir obtenu le brevet de 25m qui était demandé. Il y eut la piscine au collège, un club de plongée pendant plusieurs années et une pratique épisodique de la natation. Le vrai déclic est venu fin 2010. Je voulais me remettre à nager, la piscine de Sarcelles était encore en travaux, j'ai cherché au nord de Paris et j'ai trouvé la piscine des Amiraux… et tout a recommencé. Depuis, je nage régulièrement deux à trois fois par semaine, à mon niveau. J'y trouve beaucoup de plaisir et de réconfort.
  

Chouette topic ! A 2 ans, peur panique de l'eau, hors de question d'y rester, sauf si mon pere m'emmene sur son dos en brasse, moi le serrant si fort au cou de peur de couler que ces croisieres ne durent jamais bien longtemps et s'arretent definitivement.

A 6 ans, tout change, zero petoche de l'eau - j'apprend a nager avec "mon meilleur pote de la classe" avec Colette, maitre nageur aussi baraquee que patiente, dans le bassin pour femme (et oui !) d'une piscine d'Alsace. Le challenge ultime est d'arriver a traverser sous l'eau la largeur de la piscine, un jour. Souvenir amuse d'un enseignement dont le fondamental etait la maitrise de la brasse - l'enseignement du crawl se resumant a un bizarre moulinet de bras en tenant une planche et battant des jambes.

20 ans: je decouvre que je ne pourrais plus courir plus de 500m sans me deglinguer le genou. Adieu reves de marathon et de courses folles, vaches, cochons. Adieu a beaucoup d'autres reves aussi ... Je vais a la piscine de Meudon pour apprendre seul, furax et maladroit ... la brasse coulee.

6 ans de brasse coulee et un deuil de courses a pied plus tard, je decouvre la natation aux US, ou je m'inscris aux masters pour faire tenter d'apprendre a nager le peu de crawl que je maitrise sans pull-buoy. Baloo des bassins, "Coach Bill" est mon tout premier entraineur. Je me voue corps et ame a l'onde chloree, le paroxysme etant atteint la nuit ou je reve que le simple fait de nager au fond de la piscine me procure un orgasme. Et ouais. Ce fut le declic, etrange, puissant et mysterieux.

Mon epaule rejoint la casse ou creche mon genou en 2009. Depuis, je nage en pointille, chaque seance est un patient et improbable negoce, mais, etrangement, le plaisir reste. Et ca donne le lapin, swimming slowly enough to smell the roses ...
  

Chouette, ce topic!
Quand j'étais enfant j'étais absolument 'no-sports', mais j'ai appris à nager pendant les vacances d'été (avec mon père, sur une plage de ce qui est aujours'hui la Croatie) J'ai gardé un souvenir fabuleux de ces vacances, du bleu limpide de la mer, des galets qui recouvraient la plage, des poissons-chats que l'on voyait dans l'eau ...
Mais ce n'est que depuis un séjour en Italie en 2000 que je nage régulièrement. C'était une résolution de nouvel an, la seule que j'ai jamais vraiment réalisée. Et puis en Italie, tout le monde fait de la natation. L'envie s'y est rajoutée, avec des performances très modestes au début et légèrement moins modestes aujourd'hui.
Et, sans l'oublier, il y a le site aussi, qui motive quand même pas mal à nager, tout comme les copains nageurs que j'ai rencontré depuis que je nage régulièrement au Luxembourg...
  

Sympa le sujet, et sympas, les histoires


Du coup, je viens apporter ma petite brique à l'édifice



Je n'étais pas très copain avec l'eau, ni dans ma jeunesse, ni à l'adolescence, ni au début de ma vie d'adulte...
Non pas que l'eau me dérangeait, mais plutôt la nudité, car je n'assumais pas du tout mon corps (j'avais toujours été un peu grassouillet, et il y a 3 ans, je pesais encore 98kg)...
Seulement voilà, il y a de ça un peu moins de 3 ans, j'ai eu un accident de moto.
Fémur cassé et double luxation de la clavicule droite.
Si j'ai été opéré pour le fémur (obligatoire), je ne l'ai pas été pour la clavicule.

Cet accident m'a fait prendre conscience de mes problèmes d'alimentation, et j'ai donc entamé un régime.

Un an plus tard, avec un poids descendu à 75kg, j'avais deux problèmes :
- la peau qui pendait suite à mon régime
- ma clavicule qui s'était mal remise et qui était donc très faible.

Je me suis donc dit qu'il faudrait que je fasse du sport.
Jogging : ça m'a pas beaucoup aidé
Vélo : non plus...

Et un jour je suis tombé sur un collègue qui allait parfois nager chez Suzi!
Je l'ai donc suivi et ai fait mon premier 25 m en brasse mode "grand père" (la tête bien hors de l'eau) ... à la fin duquel j'ai fini complètement mort.

Mais le fait d'y aller avec ce collègue m'a motivé, et j'ai continué, en apprenant les "vrais" mouvement de brasse et en allongeant, lentement mais surement, les distances.
Puis j'ai appris le crawl avec un autre collègue qui avait fait de la natation en club.

Aujourd'hui, tous mes problèmes sont résolus (même si j'ai perdu 11kg par rapport à avant, et que ma clavicule me joue parfois encore des tours), et je n'imagine pas arrêter la natation.

J'espère même pouvoir (plus tard, chaque chose en son temps), apprendre les deux dernières nages qu'il me manque (papillon et dos... d'ailleurs, si quelqu'un est en mesure de m'apprendre, je suis preneur).

Bref, heureux comme un poisson dans l'eau
  

J'ai toujours aimé l'eau, ayant été habitué dès le plus jeune age en allant à la mer, l'été avec mes parents. J'ai appris à nager avec l'école primaire (une chance). Je me souviens des séances où il fallait sauter depuis le bord du bassin avec le MNS qui tendait une perche pour se rattraper. Je buvais beaucoup de tasses au début, lors de mes 1ères traversées de bassin (en brasse je crois, tête hors de l'eau). Les premières têtes sous l'eau c'était avec mon cousin qui me défiait, donc il faut à un moment ou à un autre se lancer et surmonter sa peur. Ensuite j'ai fait 1 an en club d'apprentissage pour enfants, vers l'age de 8 ans. C'est là où j'ai vraiment appris à nager. D'ailleurs à l'époque je devais nager à peu près bien le crawl, chose que je n'arrive plus à faire aujourd'hui (mais je vais persister avec des palmes courtes
). Je me remémore aussi parfaitement une séance de club où l'on devait faire 1000m sans s'arrêter, pour la 1ère fois. J'étais allé jusque bout, mais ça avait été vraiment éprouvant. Maintenant c'est une simple formalité.

Puis j'ai continué à nager à l'occasion, mais ça restait plutôt ludique (plonger, faire une traversée "à fond" puis s'arrêter). Pendant très longtemps d'ailleurs. Ce n'est qu'en arrivant à Paris au début des années 90 que j'ai décidé d'aller à la piscine pour faire des longueurs. Le plus souvent chez Suzie après le boulot (j'en ai usé des cartes de 10 entrées à tamponner à l'accueil !), parfois à Blomet. En tous cas à l'époque je brassais pas très vite dans le portnawak.
Si j'arrivais à faire 2300m en une heure c'était un exploit !
Puis j'ai un peu laissé tombé. Et je suis finalement revenu dans les bassins depuis que j'ai arrêté de fumer (8 ans exactement). Et là j'ai progressé en brasse, je me suis mis à nager dans les lignes, à multiplier les séances.

Pour terminer, je suis sûr à 100% que c'est en m'inscrivant ici, en enregistrant mes séances et en me comparant aux autres (je pensais l'année dernière qu'une séance de 1500m c'était énorme ...), que j'ai encore progressé sur les distances, sur le rythme des séances. Et ce n'est pas fini, je compte bien enchainer des longueurs en crawl un jour ou l'autre ! L'inscription au défi de l'étoile de Martin m'a aussi motivé pour nager toujours plus.
  

Bonjour à tous,

Banal de chez banal pour ma part...je crois que j'étais un peu jeune pour me souvenir de moment où on m'a jeté à l'eau!
Pure tradition familiale! A peine née et hop plouf, premiers contacts...et virus familial attrappé! J'ai eu la chance d'avoir pas mal appris en mer (C'est une bonne expérience, surtout avec quelques parcs à huîtres dessous!
) et d'avoir mes maitres nageurs particuliers (c'est sympa et à la fois très dur : pas de faux pas, et exigeance totale en terme de technique! "tu vas me les fermer ces doigts!!!!!" "c'est quoi ces battements, tu n'es pas là pour pédaler!!!! tu as un vélo pour ça" Ok ok...mais aujourd'hui, je leur dit un grand merci!!!)... Après, la natation n'étant pas mon sport premier, et étant un peu kamikaze, disons que les genoux m'ont forcé au début à passer encore plus de temps dans les piscines et voilà! Maintenant, c'est un de mes premiers sports et je me régale!


Phynoux
  

Chouette question. Je me suis mise à la piscine sur recommandation de mon médecin, j'ai ce qu'on appelle un thorax rentré (pectuc excavatum) et donc une faible capacité respiratoire + problèmes de dos. La natation m'aide à travailler mon souffle et gagner en endurance (pour l'histoire je ne suis pas capable de monter des escaliers sans essoufflement). Au début je rechignai à y aller par ce que la brasse m'ennuyait, puis un ami m'a montré le crawl et depuis je m'éclate. En ce moment je ne nage pas autant que j'aimerai et ça me manque...
  

Effectivement chouette question et qui montre pas mal de profils peuvent amener à la natation: alors voila la mienne.
premieres brassées dans la mer bleue des baleares chez les grands parents pendant mes premieres années. A l'age de 9 ans, je me suis inscris en club ; 6 mois d'ecole de natation et 18 mois de precompetition plus tard me voila dans le groupe competition.
1 année ou 2 à 3-4 entrainements par semaine et vers 13 ans les choses serieuses ont commencées: 5 entrainements par semaines, competition le week end et stages pendant toutes les vacances scolaires (sauf l'été bien sur après les competitions estivales fin-juin mi-juillet, merci les baleares).
J'ai donc suivi ce rythme jusqu'à mes 17 ans et là les fetes entre copains ont pris le dessus et j'ai completement arrete la natation, quasiment dégouté de la piscine... je n'y ai plus mios les pieds pendant 15 ans...
Après une étape rugby de quelques années et son lot de fractures diverse, et apres la naissance des enfants (arret de tout sport car plus de temps),les kilos se sont empilés et le manque de sport commencait a se faire reellement sentir. Que faire???? Tiens, si je retestais un peu la natation.
Sport facile d'accès, faisable sur la pause dej au boulot sur Paris. j'ai commencé par deux séances à St Merri mais cette piscine etait tout le temps fermée ou en aquagym, j'ai donc recherché et ai trouvé notre chere Suzie...
Et voila ca va faire maintenant 4 mois que je renage regulierement (3 x 1h par semaine) et ca fait du bien

Les sensations reviennent mais les performances ne sont pas encore là (reste du muscle à faire
) En tout cas ca m'a permis de voir que le corps a une reelle memoire et que la natation est comme le vélo, ca ne s'oublie pas.
  

Jeune adulte j'ai couru 4 heures par semaine pendant des années, j'étais "accro" au jogging, aux sensations que ça procure, à être 'seule avec soi même' en courant... puis j'ai eu 2 enfants, des problèmes de circulation sanguine agravés et une opération d'une jambe. La phlébo et le chirurgien m'ont déconseillé de continuer à courir (à cause des impacts) et m'ont vivement conseillé la natation. J'ai fait du sport en salle pendant 1 année, sans vraiment me décider à aller nager. Sur l'insistance du médecin j'ai fini par me décider pour la piscine, j'aimais assez l'eau, et voilà maintenant je vais nager 4 fois par semaine... depuis environ 15 ans ;o) ça a contribué à stabiliser mon problème veineux en + du plaisir de nager ...
  



c'était mon père , il était né au bord de la mer passionné par la natation, il avait été champion à son époque ( pendant la guerre ...) alors il m'emmenait avec lui sous l'eau ,puis en crawl , je n'ai jamais eu peur de l'eau je me rêvais en Kiki Caron on allait à la piscine"lutétia" ...Puis j'ai arrêté trop de choses à faire dans la vie , je nageais l'été dans la méditerranée , toujours avec le même plaisir sensuel . Puis le désir de piscines m'est revenu peu à peu , au gré de mes déménagements à paris ou en banlieue , sans continuité .J'ai repris depuis un mois , grâce au site et à vous . Je n'ai pas beaucoup de temps , toute la semaine j'en rêve , j'aime nager .
  

résolution 2008 après avoir titillé les 3 chiffres sur la balance...
  


Mon parcours ressemble un peu à celui de sebastef.

Premières leçons de natation vers l'âge de 6 ans. Club, quelques années plus tard. Entrainements du lundi au jeudi. Compets le WE ou entrainement le samedi. Ras le bol vers 17 ans (ce que je regrette maintenant...). Plus de natation pendant une vingtaine d'années et puis, mon frêre qui me parle d'eau libre, de compêts pour les vieux ( euh les masters...), bref un regain d'intérêt pour ce sport.

Depuis un ou deux ans je m'entraîne pour la saison d'eau libre qui débute en juin et je fais quelques compêts pour le club pendant la saison hivernale.

Pas pour la gagne, mais pour le plaisir de s'améliorer. On se fixe des objectifs (réalisables ou pas) et puis roule ma p...

Cela permet de se motiver tout au long de la saison, car, quelquefois, on se lasse de tourner en rond dans nos pédiluves géants alors que les 'vraies' piscines nous tendent les bras en extérieur... Tous ces lacs, rivières et mers que je n'ai pas encore nagé, cela laisse rêveur...
  

Bonjour,
Pour ma part, pour une somme de petites raisons:
- j'ai grandi en bord de mer, j'avais l'habitude de passer du temps dans ou sur l'eau (bodyboard, voile, etc...) alors je compense comme je peux à Paris
- pour ccontinuer à aller souvent aux restos

- pour m'entretenir (et essayer d'éliminer ce kilo de graisse abdominal qui ne veut pas partir)
- car c'est facile et pratique à Paris (contrairement au VTT ou au footing)
- car je fume et ca me permet d'éliminer un tout petit peu... ou tout du moins ca me donne une bonne conscience
- pour essayer de développer mes épaules et éviter d'avoir mal au dos
Et voilà!
  

Pour ma part, j'ai grandi en Corse au bord de l'eau. donc j'ai toujours aimé l'eau sans faire trop de sport aquatique. Plonger, dans l'eau, faire de l'apnée c'était naturel.
Puis apprentissage de la natation, avec pas mal de complexes du fait de mes rondeurs. PAs trop sportif, je me suis orienté vers le tir à l'arc. En prepa je me suis découvert une passion pour le rugby.
Et puis en arrivant à PAris, il y a une dizaine d'année plus aucun sport. En pleine canicule en 2003, avec un ami on s'est mis en tête d'aller faire plouf à Keller...on en chier pour brasser pendant une demi-heure à faire royalement 8 longueurs. Puis keller ferma, et quand elle rouvrira en 2008 j'y suis allé une fois par semaine, parfois plus quand je trouvais le courage de me lever à 7h. Au debut, je brassais, comme une brique, puis j'achetai des palmes car à l'époque les lignes matos étaient désertes. Et le moment où je nageais le plus c'était pendant mes vacances en Corse. Car il fallait du sport pour la santé disait-on, car d'années en années les kilos s'ajoutaient Et puis il y aura bientôt un an, le choc...fracture du myocarde...a cause d'une jolie petite sirène. rapidement à vivre d'amour et d'eau fraiche j'ai perdu quelques kilos et c'est là que j'ai rajouté des séances histoire de ne pas perdre au niveau muscle. Presqu'un an après, ce sont 30 kilos qui se sont envolés. Et comme je le disais à une ami je suis dans une phase d'amour avec mon corps. Et en multipliant les séances, j'ai écouté les profs qui donnaient des cours à Keller, pour chercher à m'améliorer. Maintenant les palmes sont presque oubliées remplacées par le Pull buoy, l'elastique et les paddles. Il y a un an, je nageais une heure pour boucler péniblement 1km, maintenant, en une heure ce sont 2,5 ou 3km qui sont avalés. Avant j'avais presque peur de me noyer en crawl, faire 50m sans se noyer c'était de la SF, maintenant même en buvant la tasse avec les torpilles de keller je ne panique par et je continue à avancer.
Mais je pense que j'ai encore des progrès à faire. car je nage toujours comme une brique en brasse. et j'ai de battements des plus ridicules.
  

A ça, c'est bien les corses!!!!!!!!
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant