Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
mercredi 1 avril 2015
posté par nouvelan à 21:15

respiration en crawl

vu 4354 fois, followers=18
quand on fouille et s'interresse à la respiration et son rythme on en déduit les lieux communs suivants:
bien sur on peut nager en 2 ou 3 ou 4 temps;
tout le monde dit tu fais comme tu sens le mieux;
on te dira ça dépend de qu'elle distance et qu'elle vitesse
bien sur c'est plus équilibrant en 3 temps ou alors faut changer de côté à chaque longueur en 2 temps;
bien sûr plus tu veux nager vite plus tu as besoin d'air et plus tu va faire en 2 temps même si de sortir la tête plus souvent au lieu qu'elle reste immergée va forcément te ralentir.
Mais moi ce que je voudrais savoir c'est pour le cardio qu'elle est la fréquence respiratoire qui va te permettre de respirer le plus normalement du monde et te permettra par conséquent d'enchainer les bornes sans fatigue; évidemment tout le monde n'a pas la même cage ni le même entrainement, mais le rythme idéal qui te permet de ne pas bloquer ne serait ce que quelques millièmes sous l'eau et vont te fatiguer inutilement pour la suite: pour ma part j'ai l'impression qu'en 3 et 4 temps il faut prendre beaucoup d'air et souffler forcément plus longtemps qu'en 2 temps(normal), j'ai l'impression de faire de l'hyperventilation, comme quand les types se préparent à à une grande apnée,avant de descendre sauf que là comme c'est répétitif après le côté euphorique que peux t'apporter l'hyperventilation ça fatigue beaucoup plus qu'un rythme naturel
Qu'en pensez vous, parlez nous de vos expériences pas forcément de vos performances chers amis nageurs .

20 commentaires

  

avatar de tritairapeute
tritairapeute
> 2 ans
Salut,

je nage sur trois temps car pour moi, c'est le meilleur moyen d’enchaîner les longueurs avec en bon rythme, tout en conservant un cycle respiratoire souple et harmonieux.

le crawl se nage sur trois temps, car pour enchaîner les mouvements tout en respirant au bon moment, c'est la meilleure manière de procéder : en effet, il y a un détail que l'on néglige souvent, c'est le deuxième temps. celui ou l'on bloque sa respiration avant de souffler, sur le troisième temps. c'est important et pour bien nager le crawl, ce blocage de la respiration n'est pas facultatif. par conséquent, le cycle de nage le plus efficace sera ternaire.

comment réaliser cela en deux temps ? c'est impossible. Sauf a réaliser le cycle aspiration/blocage/expiration de manière désynchronisé, ce qui est très difficile car cela perturbe énormément nos autres sens, ou bien alors si le nageur ne bloque pas sa respiration et expulse son air directement au 2ieme temps. Ceci entraîne donc un rythme binaire, peu compatible avec de l'endurance, en tout cas pour ce qui concerne le crawl.

la natation n'est pas comparable aux autres sports ou l'on peut respirer quant on veut ; lorsque l'on nage, on ne peut pas respirer tout le temps et il faut donc apprendre a gérer cela. je connais un très bon athlète, marathonien, mais en piscine il est essoufflé sur 25m ...parce qu'il ne sait pas gérer cet aspect des choses !

en crawl, lorsque l'on cherche a gérer sa respiration, ses cycles d'apnées, ect ... on s’aperçoit que c'est sur trois temps qu'on a le meilleur résultat et voila pourquoi le crawl sur deux temps, c'est uniquement pour le sprint, sur une courte distance et sur une petite période de temps.

Et si l'on voit des gens faire des grandes distances sur deux temps, soyez assurés qu'ils pratiquent alors une forme de crawl un peu 'alternatif', qui trouve très vite ses limites dès qu'on appuie un peu sur le champignon ... par exemple, faire 40 longueurs effort soutenu sur deux temps , on ne peux quasi pas le faire sans être rapidement essoufflé. du coup, on ralentit de manière a ne pas s’étouffer. du coup, on va moins vite et au final, on est moins performant que sur trois temps ...

have a nice day
++
  

alors là tu m'apprends un truc, première fois que j'entends qu'il faut bloquer avant de souffler, je pensais que justement bloquer fatiguait énormément, c'est ce qu'ils appellent des micro pauses sur certains sites , tu dis qu'il faut les faire au lieu de respirer comme un terrien et c'est donc peut être un rythme à trouver , mais encore une fois les sites sur la respiration refusent tout blocage pour trouver l'harmonie
je suis d'accord que le 2 temps est utilisé pour le sprint, mais pour beaucoup de marathoniens aussi
  

avatar de tritairapeute
tritairapeute
> 2 ans
et bien dit donc ... !!! je ne comprends pas que certains sites 'refusent' ce blocage de la respiration en crawl ??? oO ??

d'abord, on fait ce qu'on veut, ensuite c'est une obligation afin de le nager correctement.

on est pas dans le cadre d'un aspirer/souffler terrien et il est alors impératif d'organiser sa respiration en fonction non seulement de son effort, mais aussi et surtout en fonction de l'opportunité : ta tète est elle hors de l'eau ? alors profites-en pour respirer parce que dans 1 seconde, il sera trop tard... une des bases du crawl, c'est donc d'apprendre a gérer les périodes d'apnée.

en fait, je pense qu'il faut arriver a organiser le cycle des respirations de manière indépendante aux efforts et mouvements. il faut donc essayer de dissocier le mécanisme d'apport en oxygène de celui qui le brûle et faire en sorte qu'il y est toujours assez de carburant en fonction de l'effort a produire sur l'instant.

c'est ce qui est le plus dur mais une fois acquis, on organise plus sa nage autour des phases d'apport en carburant, qui se font alors de manière automatique et quasi inconsciente, mais plutôt en fonction de l"effort a fournir et de sa durée.

j'ai lu ici que certains pensaient qu'il fallait limiter les prises d'air pour améliorer l'horizontalité et que de tourner la tête pour prendre de l'air, cela nuisait au perfs et que par conséquent moins on avait besoin de le faire mieux c’était. j'en doute et je ne pense pas que la différence soit assez significative pour être notable. perso, je tourne systématiquement la tête mais le volume d'air absorbé change en fonction du rythme et des besoins.

si jamais j'organise ma respiration sur 5/6 temps; c'est volontaire et c'est pour travailler l'apnée justement. mais en 'période normale', je tourne systématiquement la tête même si je peux m'abstenir de respirer : c'est justement en faisant comme cela qu'on organise un apport constant d'un volume 'moyen' de carburant, d'une manière indépendante de sa consommation.


et justement, j'y vais.
bisou les gars ...
et les filles.
  

Bonjour à tous ..... un petit détail qui m'a beaucoup aidé et qui vient du footing (pour éviter le poing de coté), c'est une expiration + importante que l'inspiration: une fois les poumons vides, dés que l'on prend la respiration, on se remplis + vite et + fort ....
Sinon tout à fait d'accord avec Tritairapeute crawl = 3 temps (même si cela fait 2 semaines que je nage au tubât)
Au fait ... comment faite vous quand vous été enrhumé ????
  

Très bonne initiative d'avoir lancé cette discussion nouvelan.

Et merci à tritairapeute de ces explications. J'allais me lancer ce midi dans le 2 temps, mais à la lumière de vos assertions, je vais plutôt insister en 3 temps.

Particulièrement suite à ceci :

le crawl se nage sur trois temps, car pour enchaîner les mouvements tout en respirant au bon moment, c'est la meilleure manière de procéder : en effet, il y a un détail que l'on néglige souvent, c'est le deuxième temps. Celui où l'on bloque sa respiration avant de souffler, sur le troisième temps. C'est important et pour bien nager le crawl, ce blocage de la respiration n'est pas facultatif. Par conséquent, le cycle de nage le plus efficace sera ternaire.

En revanche, je place mon temps d'apnée au premier mouvement, puis souffle sur les deux et troisième mouvement. J'ai l'impression que comme synchronisation, c'est à revoir. Puisque arrivé en fin de couloir, je marque généralement un arrêt avant de repartir pour la longueur suivante.

Je dois avoir un souffle trop court correspondant à ma petite capacité thoracique (des dires de ma toubib). Si donc je nage un poil plus vite (lors d'un doublement par exemple), ne tarde guère à se manifester l'essoufflement et le besoin de respirer alors que je ne peux le faire, visage immergé oblige.

Il va falloir que je fluidifie tout ça pour atteindre l'aisance respiratoire...

Sinon, tritairapeute, j'ai aussi relevé ceci :

perso, je tourne systématiquement la tête mais le volume d'air absorbé change en fonction du rythme et des besoins

Je n'en suis pas là. Déjà qu'il me faut doser mon expiration et que j'y parviens difficilement à partir environ de la moitié d'une longueur en 50 m, moduler ma prise d'air est hors de mes capacités. Là aussi il va falloir que je bosse.

En tout cas, encore merci de votre communication avisée
, et à bientôt peut-être ici même...

plaph
  

Salut,
J'aimerais ajouter une interrogation aux vôtres sur un point qui me parait capital : les virages. Que l'on fasse ou non la culbute, les virages perturbent considérablement le rythme respiratoire. J'ai longtemps nager sans faire la culbute dans des piscines de 25 mètres et je pense que le fait de pouvoir souffler, ne serait ce qu'une ou deux secondes, toutes les 25 secondes disons, empêche de trouver son rythme de croisière. A l'inverse faire la culbute oblige à intégrer un petit temps d'apnée au moment même où la dépense musculaire est intense (grosse poussée sur les jambes) : cela perturbe aussi considérablement le rythme de la respiration. Si les plus expérimentés ont des conseils pour gérer ces ruptures de rythme, je suis preneur. Encore une fois je ne crois pas que ce soit un détail : mine de rien les virages reviennent très souvent et il est impossible de réfléchir sérieusement à cette question de la respiration sans intégrer cette donnée dans la réflexion. Un conseil en tous cas aux moins expérimentés : il faut nager de temps en temps dans des piscines de 50 mètres. Pourquoi ? parce que les virages reviennent moins souvent et qu'on trouve plus rapidement son rythme respiratoire.
  

Comme Tritairapeute, l'étape blocage de la respiration me paraît indissociable du rythme en 3T, et indispensable pour gagner en endurance. Pour ma part, je suis le rythme suivant :
-1T : inspiration et début blocage
- fin 1T -> moitié du 2T: blocage
- fin du 2T et 3T : expiration
Plaph, le 1T, c'est celui de l'inspiration, non? Si tu bloques sur le 1T, et expires sur le 2eme, c'est à mon avis que tes temps d'inspiration et de blocage sont trop courts, d'où ton essoufflement.
PIRATE06, entièrement d'accord ! Comme je l'ai dit dans d'autres posts, pour moi la clé, c'est l'expiration. Il faut se forcer à expirer beaucoup (et c'est loin d'être naturel) pour avoir un renouvellement d'air maximal sur le temps court de l'inspiration !
Alexswim, pour ma part, je n'ai vraiment plus eu de problème à enchaîner les longueurs sans pause que lorsque j'ai maîtrisé la culbute. Contrairement au virage hors de l'eau, je trouve que la culbute s'inscrit parfaitement dans le rythme de respiration, même si l'on est obligé de réaliser une apnée plus longue...
  

Précisément BoapalHatass. Seulement, le truc, déclic ou je ne sais quoi d'inspirer suffisamment n'a pas lieu chez moi...

J'en deviens de plus en plus conscient, et ça finit par m'inspirer cette question : y a-t-il des exercices respiratoires qui soient appropriés pour que les muscles actionnés à l'inspiration soient plus opérants ?

J'ai l'impression que plus je cherche à m'améliorer, plus mon but s'éloigne.
Souffler plus comme dit PIRATE06 ? Oui mais l'après ? Enchaîner les longueurs par exemple, quand on est limite essoufflé ?
Inversement à ce que dit alexswim, nager de temps en temps en 25 m, ça peut être profitable ? Il semblerait...

Enfin, conserver son positionnement tout le long de la longueur me paraît essentiel. Ça amène à une meilleure régularité respiratoire, sauf qu'en cours de route, le phénomène d'expirer plus désamorce cette belle régularité, ce bon positionnement dynamique et me fait arriver au T en manque d'oxygène. Ballot, non ?

Je tourne en rond là ;-/, et pense aller voir un moniteur, MNS ou autre pour reprendre une ou deux heures de conduite crawlesque
. Ça ne serait pas du luxe...

À bientôt sûrement,

plaph
  

ce qui est sûr, c'est qu'il faut tout expirer sinon derrière on ne va pas inspirer naturellement; j'oriente la discussion sur la façon de prendre l'air et tourner la tête ou je relève deux avis différents celui de Klapo qui notifie seule la tête doit tourner, le reste du corps doit rester horizontal; si pour respirer tu soulève légèrement le buste, cela pour effet de faire plonger les jambes et de te freiner.
pourtant l'entraineur américain de Michael P cite complètement le contraire: il dit vous devez tourner votre tête en même temps que votre corps et prendre votre respiration avec la rotation naturelle du corps, elle ne tourne jamais indépendamment
Du coup comme c'est complètement le contraire j'enperds mon latin
voici le lien de la vidéo:http://cnm86.clubeo.com/galerie-video...
  

Je suppose que la respiration doit se faire dans le prolongement du roulis. Ce que dit Klapo (où ça ?) à mon avis c'est que la respiration ne doit pas entrainer des mouvements parasites du corps, mais doit se placer dans le rythme général du roulis.

J'ai remarqué un truc chez les champions (chez Phelps notamment) : en plus du roulis, ils font une sorte de tangage avec le haut du corps et placent leur respiration au sommet de la phase ascendante.
  

Nouvelan, j'en perdrais aussi mon latin
...

Pourtant, de mémoire (je n'ai pas encore acheté le bouquin), Klapo parle de l'importance du roulis me semble-t-il. Roulis qui détermine la position dans laquelle on va pouvoir placer son inspiration...

Je sens que le mien perd en amplitude lors de mon avancement dans la longueur. Question de fatigue sûrement.
Ceci dit, je note combien il est essentiel de tout expirer. Ça me paraît difficile, mais je vais m'y astreindre voir ce que ça donne. J'espère ne pas devenir l'antithèse de BoapalHatass
!

Sinon, de mon côté, j'observe d'autres crawleurs et crawleuses, et j'ai remarqué que leurs bras ont l'air moins tendus que les miens quand ils sont positionnés devant la tête. Ceci a-t-il de l'influence sur la dépense en oxygène ? Qu'en pensez-vous ? Ma technique est de placer la main au plus loin devant moi, avant de ramener le bras vers l'arrière. C'est payant mais coûteux énergiquement parlant. Peut-être devrai-je amoindrir mes mouvements ?

Bref, la pratique répondra j'espère, pour tout ou partie, à mes interrogations, ainsi que vos réponses, souvent riches d'éléments pertinents...


Bonne nage à tous

plaph
  

@ alexswim la discussion de klapo vient d'un forum de bleu75 appellé déjà respiration crawl
klapo cite : Tu vas moins vite en respirant plus car tu dois certainement sortir de ta ligne hydrodynamique qd tu lèves la tete pour respirer: ca se bosse: les bons nageurs arrivent à garder un hydrodynamisme qd il tourne la tete pour respirer: comme dit Timo; seule la tete doit tourner, le reste du corps doit rester horizontal; si pour respirer tu soulève légèrement le buste, cela pour effet de faire plonger les jambes et de te freiner.
quand on dit seule la tête doit tourner et le reste du corps doit rester horizontal ç'est bien clair quand même, et contraire à ce que tous affirment que tout doit tourner en même temps sans que la tête bouge ??
  

Oh là là !!! je vois qu'il faut que je mette les choses au clair au sujet du roulis.

Je n'ai surtout jamais dit que pour inspirer, il fallait rester rester horizontal et ne tourner que la tête.

Le crawleur doit effectuer un roulis avec son corps (Je vous renvoie au Guide du Crawl Moderne pour mieux comprendre la mécanique et la notion de base même de crawl: passer d'une position allongée et confortable sur le côté (donc avec du roulis)). Aux dires de tous les retours des lecteurs sur le livre, je pense pouvoir dire modestement que le livre vous aidera vraiment à mieux comprendre le crawl.

Maintenant si on détaille l'inspiration par rapport au roulis, on peut dire que:
- lors des phases de non inspiration, le nageur effectue un roulis du corps mais sa tête ne suit évidemment pas le roulis: le regard du nageur reste fixe.
- lorsque le nageur inspire, sa tete tourne puisqu'elle suit le roulis: la rotation de la tete va au delà de l'angle du roulis des épaules puisque le roulis seul fait à peine émerger une partie de la bouche au dessus de la surface de l'eau ; donc les nageurs doivent tourner un peu plus la tête que le roulis.
- alors se forme un espace entre la tête et l'épaule (plus ou moins grand suivant la maîtrise du nageur); c'est la raison pour laquelle la phase d'inspiration ralentit la plupart des nageurs. Phelps et son entraîneur contournent le problème car Phelps arrive à garder une position extrêmement hydrodynamique durant l'inspiration et aussi surtout il y incorpore une phase de glisse (en ayant un timing de crawl asymétrique): il mélange d'un côté un crawl en FQS et de l'autre un crawl en opposition. Cette manière de nager est très technique (et d'ailleurs pas pratiquée par tous les nageurs du niveau de Phelps - Agnel pour ne citer que lui n'adopte pas du tout une telle gestuelle) et je ne conseillerai pas au lambda des nageurs de chercher à s'en inspirer avant d'avoir un crawl excellent techniquement.

Maintenant concernant le blocage de l'inspiration, c'est une question personnelle qui dépend du nageur, de son style et aussi de sa vitesse de nage. Certains nageurs le font, d'autres pas et d'ailleurs cela varie suivant le rythme de nage même pour un même nageur. C'est d'ailleurs ce qu'on constate chez énormément de champions. Observez le par exemple sur ces superbes images de Yang, Park et Yamamoto (
videoplay
). On voit que le rythme d'expiration n'est pas toujours le même suivant la vitesse. C'est avant tout une question de confort personnel.

Bonne nage!
  

merci Clapo, la tête sit donc ou pa sle roulis suivant si on respire ou pas, ok autre détail quand on regarde Phelp et son roulis, il bloque complètement cette torsion au niveau du buste, le bas du corps reste parfaitement droit alors que pour la majorité l'ouverture se fait aussi au niveau des hanches et se prolongent dans les jambes aussi , on le voit bien quand on marque la pause sur la respiration on voit que tout le bassin tourne alors que pour Phelp c'est bien vérouillé au niveau du bassin et sans ce vérouillage ne risque t'on pas de louvoyer ou godiller et donc nager en S Merci de tes conseils Klapo
  

avatar de paireapair
paireapair
> 2 ans
salut klapo.

je ne pense pas que les techniques déployées par ces nageurs de compètes puissent s'appliquer aux nageurs amateurs qui sévissent dans nos bassins ...

sur la vidéo, on voit des athlètes qui s’entraînent au bas mot 10 a 15km chaque jours et qui ont une alimentation, une hygiène de vie et un age compatibles avec leur pratique.

Que ceux ci fassent des entorses aux codifications qui régissent le crawl, (et c pire en brasse, je crois) ce n'est pas surprenant car a ce niveau de perfs, je crois que ce sont justement ces petites différences qui feront gagner face a l'autre.
ou pas.

qu'a ce niveau la de pratique, une forme un peu 'personnalisée' de nage apparaisse, c'est donc plus ou moins normal et quant on voit un nageur faire 1000 ou 1500m sur deux temps et même gagner l’épreuve face a d'autres qui pratiquent sur trois temps, on oublie un peu que le type a un potentiel respiratoire et musculaire très différent du nageur lambda qui s'émoustille dans les piscine parisienne ...

En observant bien, on voit que sur ses respirations en 2 temps, le flux d'air est très très bien maîtrisé, il est très bien contrôlé et très lent ... en regard des efforts déployés ! On a donc un gars qui maîtrise son flux respiratoire d'un manière telle, qu'il me semble que sa technique en crawl n'est applicable qu'a un nageur qui a les mêmes capacités.

autrement dit, je pense qu'un nageur standard, même un bon nageur, ne sera pas capable de conserver ce type de respiration tout en faisant un effort maximal, sans s’essouffler au bout de 100 ou 200m ...

mon propre père a gagné de multiples compètes dans le années 50/60, juste parce que sa capacité pulmonaire est 20 à 30% supérieur a la normale ! Essayer de nager comme lui était impossible pour qui avait des poumon normaux et pour 99,9% des nageurs, je crois qu'il vaut bien mieux s'en tenir aux "règles standardisées" car respirer sur deux temps pour ces nageurs la, c'est plus de la facilité face a une mauvaise gestion des respirations, que de l'amélioration de quoi que ce soit.

par exemple, en ce qui me concerne et je ne pense pas être le seul, nager sur deux temps me rends les culbutes moins faciles car la phase d'apnée est alors bien plus longue et sans avoir une maîtrise parfaite de sa nage et des culbutes, cela ne peut que perturber un nageur moyen, en brisant son rythme. Et ignorer la culbute pour faire une tournette, c'est pareil : cela brise le rythme tout autant.

alors que sur trois temps, un virage consiste juste a ignorer un seul cycle de respiration, ce qui est bien plus facile a gérer tout en permettant de rester dans le même rythme durant toute la durée des longueurs.

en bref, je crois qu'il est un peu hasardeux de s’inspirer des champions, si l'on en est pas un soit même ...

bonne pâques !
++
  

Moi je maintiens que Phelps comme d'autres respirent en prolongeant leur roulis, mais aussi leur tangage : la tête plonge assez profond au moment du catch au point d'être totalement immergée, et remonte naturellement par effet de levier, ce qui facilite la respiration. Pour profiter d'un tel effet, il faut bien sûr avoir déjà pas mal de puissance.

paireapair : pour prolonger ce que tu dis, je dirais que non seulement il ne faut pas chercher à singer les pros, mais surtout à ne pas les singer quand ils sont en situation de course. Par exemple respirer en 2 temps toujours à gauche en course sur 400m ou 1500m ne déséquilibrera pas la nage...si à l'entrainement on aligne les kilomètres en variant les côtés ou en respirant en 3 temps. Ce que font précisément les pros et ce qu'on ne peut pas devenir en ne regardant que leurs courses. D'ailleurs j'aimerais bien avoir des vidéos d'entrainement de champions...
  

Avant hier je me suis mis au trois temps (je nage depuis deux mois)...j'ai bu tellement d'eau que j'avais mal au bide en rentrant chez moi...cependant j'ai aussi tenté le 4 temps..oiiouuuu épuisant....

Du coup je me cantonne au deux temps...mais jinsiste sur mon profil débutant......

Hier je regardai les jeux européens à la tv..natation..eh ben ils respiraient tous les deux......

Bref je suis perdu
  

bin c'est simple, question de vitesse d'exécution. POur que les chevaux puissent s'exprimer il faut un moment ou un autre avoir de l'air frais.

Dans ton cas, et je te rassure c'était le mien aussi il y a quelques années c'est en ensemble de défauts. Sans doute une mauvaise position, des bras qui ne savent pas prendre l'eau. Tout cela s'améliore en persévérant.
Continue le pull buoy pour travailler la position et les sensations. Le PB ne fait pas tout, il faut aussi avoir du gainage au niveau du tronc. POur travailler ça change la position de ton PB : essaye avec le pb au niveau de l'aisne, puis au niveau des genoux puis au niveau des chevilles.
  

A mon sens le mieux est d'investir dans quelques heures de leçons avec un MNS. C'est pas cher, et ça rapporte gros.
Le prof va identifier et corriger les défauts.
On peut apprendre seul, mais on risque de ne jamais prendre conscience de ses défauts et donc de traîner un facteur limitant.
A titre personnel, je pense que le pull-buoy pour un débutant est une très mauvaise idée.
Il faut apprendre à flotter avant de passer au reste (respiration, prise d'appui, allonge, roulis, battements...). Le pull modifie la flottabilité naturelle du corps, il fausse les sensations.
  

Ben moi sans le pull boy j aurais jamais pu me motiver à appendre le crawl
quand on apprend tout seul on peut pas tout faire d'un coup les bras les jambes la respiration la flotabilité etc....
moi j avais remarqué que mes jambes détruisaient plus mes efforts qu 'autre chose, du coup le temps de reflechir à tout je m embrouillais dans la respiration, dans les mouvements etc.... bref je remuait plus qu autre chose.
le pull boy m a permis de tenir mes jambes en place pour m occupper d'abord des bras, maintenant je l'utilise plus mais sans c'est vraiment relou quand on sait pas nager.
Ensuite je vous lis sur la respiration et je nage en 2 temps, reprise d'air par la droite avec juste inspiration- expiration sous l'eau, normale quoi comme en course à pieds, pourquoi faut il bloquer?
c'est plutôt confort comme ça.
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant