Le site pour tous les nageurs !
 
| | | | | | |
mercredi 4 avril 2012
posté par luc49460 à 17:21

syndrôme du défilé de scalènes

vu 15219 fois, followers=6
Voilà je me présente j'ai 36 ans était nageurs réguliers je faisais de la surveillance sur les plages d'ailleurs certains été ( BNSSA). j ai developpé le syndrôme du défilé des scalènes , j'ai fait de la kiné physio conservatrice, et je suis même passé sur le billard. On m'a découpé une partie des scalènes. Et j'en suis au même point...ne peux plus nager...Les scalènes sont des muscles profonds du cou et les nageurs les sollicitons beaucoup...Les symptômes sont soit neurologiques ( cervicalgie, névralgie cervico bracchiale, pseudo bursite pseudo tendinite, vraiment douloureux) ou plus graves problèmes artériels ou veineux...Moi je n'ai que les premiers symptômes.le professeur qui m'a opéré à paris à l hariboisière, m a dit que je n'étais pas le premier nageur de compet qu'il voyait passer entre ces mains. Je voulais savoir si d'autres personnes sur ce forum ont entendu parler de cela et les tuyeaux à avoir pour améliorer ce problème!

7 commentaires

  

Syndrome du défilé des scalènes
ajouté le 03/06/2009

Anatomie

Les scalènes sont des muscles de la région latérale du cou. Ils sont tendus des vertèbres cervicales aux deux premières côtes. Ils sont au nombre de trois (antérieur, moyen et postérieur) et sont élévateurs des côtes, mais également fléchisseurs latéraux de la tête.

L'artère sous-clavière ainsi qu'un faisceau nerveux issu de la colonne vertébrale, le plexus brachial, cheminent entre les muscles scalènes antérieur et moyen, puis passent entre la clavicule et la première cote. Ce passage est appelé défilé des scalènes.


Syndrome du défilé des scalènes

Le syndrome du défilé des scalènes se définit comme une compression des artères et des veines sous-clavières, ainsi que du plexus brachial dans sa partie terminale. On définit plus simplement ce syndrome par une pince.

Cette modification géométrique de l'anatomie se fondait pour moi sur 2 causes conjuguées :

Une modification des muscles scalènes, ayant perdu de leur élasticité habituelle, devenus gonflés et partiellement rigides suite à de fortes surcharges répétées.
Ayant le bras droit directeur, ma mise en ?uvre de l'effort, et mes récupérations discriminant le bras gauche m'ont conduite à une dissymétrie de l'ossature des épaules.

Symptômes

Le diagnostic repose sur la présence de symptômes d'origine neurologique et vasculaire d'intensité variable, conduisant à des crises subites, parfois violentes, affectant toute la chaine, épaule, bras, avant-bras et la main.

Les signes neurologiques dominent sous la forme d'engourdissements subits, d'intensité croissante et très rapide.
Une diminution de la sensibilité de la main et des doigts, accompagne les premiers signes.
Enfin le paroxysme des manifestations était l'apparition brutale d'une douleur de l'épaule, suivie d'une paralysie des muscles, puis de troubles moteurs conduisant à la perte de contrôle du bras. A trop rester relevé, mon bras gauche tombait sans que je puisse en avoir la moindre retenue.
Les signes artériels se manifestent par des douleurs irradiant de l'épaule au coude et l'avant bras.
Conjointement aux premiers effets de la pince naissante, je forçais plus d'un coté que de l'autre et du coup, je me suis choppé 2 inflammations de l'épaule :

Un des tendons de la coiffe des rotateurs (un des 4 tendons des muscles se fixant à l'épaule).
La capsule sous acromio-claviculaire. (l'acromion est une excroissance libre prolongeant l'extrémité de la clavicule).

Examens

L' électromyogramme peut permettre de confirmer des troubles de la conduction nerveuse et de préciser le niveau de compression.
L' échographie-doppler artérielle (angiographie) a objectivé la compression artérielle sous-clavière. Elle met en évidence un ralentissement du débit vasculaire. Sans autre charge que son propre poids, placé à l'horizontal et en avant, le bras n'était irrigué que par moins de 10% du flux sanguin.

Traitement

Mon thérapeute a effectué un important travail de détente musculaire, des muscles scalènes, trapèze moyen, sous clavier, dorsaux.
Une rééducation inspiratoire et expiratoire a été entreprise pour rééquilibrer l'ossature du haut du tronc.
Le renforcement musculaire des muscles élévateurs de l'épaule permet d'agrandir la pince costo-claviculaire.
Ce traitement a été conduit pendant 3 séances par semaine pendant 2 mois. Il a permis une évolution lente vers une réappropriation de mes moyens...
Une réappopriation certes lente, mais elle s'est faite.


Bilan : le contre...

Les Radio, Scanner, Echographie m'auront maintenue dans l'ignorance d'un quelconque diagnostique durant 2 mois et demi.
La Mésothérapie n'aura servi qu'à me colorer l'épaule d'un large hématome douloureux bleu-violet.
Une douzaine de séances d' électrostimulation ne m'aura soulagée cette fois-ci que de peu de mon handicap.
Les deux IRM, des cervicales et de l'épaule, n'auront permis que d'écarter une affection des cervicales.
Une séance d' Ostéopathie ne m'aura pas fait distinguer son bénéfice du reste des traitements en cours.
Bilan : le pour et contre...

Pour, une infiltration de l'épaule qui aura su soigner l'inflammation tendineuse. Au-delà de m'avoir coupé le sommeil durant deux nuits sous l'effet de la diffusion, elle aura pu me permettre de respirer et m'apaiser, rendant la kiné douce encore plus opérante.
Contre, à l'idée invoquée par le chirurgien de m'enlever une cote, dite surnuméraire.
Bilan : le pour...

Une simple prise de poult aura su identifier la pince.
Un Doppler aura confirmé l'intensité de la pince.
Une trentaine de séance de kiné douce, par manipulation visant une détente musculaire, aura solutionné mes tensions et rééquilibré la charpente.
  

Il y a quelqu'un qui avait envoyé un post là-dessus il y a quelques mois, il y eut quelques petites discussions(La personne, un jeune homme se demandait s'il fallait qu'il soit opéré ou pas)et puis est intervenue une dame qui, je crois animait un blog sur le sujet et invitait le nageur à le découvrir, et on n'a plus entendu parler des 2.(J'avais regardé le blog de la dame brièvement).

Si ce n'était pas cette pathologie là exactement, c'était quelque chose de trés approchant, avec le même genre de symptômes, mais je crois me rappeler que ça se situait(peut-être)un tout petit peu plus bas dans le corps.
  

Hello,
Il y a quelqu'un qui avait envoyé un post là-dessus il y a quelques mois, il y eut quelques petites discussions
Il s'agit de ce sujet de discussion parlant du syndrome du défilé thoraco brachial :
http://www.nageurs.com/forum/natation...

Cdlt,
Oléum.
  

Merci pour vos liens...et les anciennes discussions! Oui je connais cette dame dont vous parlez c'est un peu la grande pretresse du défilé thoraco brachial et c'est d'ailleurs par elle que j'ai eu le nom du chir qui a pratiqué l'intervention qui n'a pas été, pour l'instant , une très grande réussite...bien que certains nageurs de haut niveau aient été opérés par lui avec retour dans les bassins. j ai vu sur un forum que franck schott a été atteint par ce syndrôme, j'aimerais savoir si cela est véridique! Merci en tous cas mais la natation, le volley et le tennis sont les principaux sports à risques pour ce problème vraiment handicapant!
  

Merci à OLEUM d'avoir retrouvé le fil dont je ne me souvenais que partiellement.

je connais quelqu'un qui a été en équipe de France avec Franck Schott et qui pourrait peut-être dire ce qu'il en a été pour celui-ci.Il officie dans une piscine parisienne.peut-être peux-tu aller le voir, si ça t'intéresse, envoie moi un mail sur le mail inscrit sur ma fiche perso.
  

Bonjour,

je suis à l'origine du premier post sur le SDB ou défilé des scalènes ( j'ai pas encore compris s'il y avait une différence)

Pour ma part, ma nage restait une activité très régulière (4-5 fois par semaine assez soutenues) sans être au niveau compète.

Symptomatique depuis un an, diagnostiqué en hivers dernier et opéré en février (vasculaire à la Pitiè), je manque de recul pour t'aider. De plus, mon cas était très différent du tien : mon pincement est bilatérale artériel et veineux dès 45 degrés ( sans vouloir me venter les médecins semble assez impressionnés par cela) . Il a provoqué une thrombose totale de la veine sous clavière droite ( en gros, le sang, pour repartir du bras ne peut pas prendre l'autoroute qui est bouchée et se dirige vers les départementales qui sont pas faites pour ça du tout).

Mon Chir' est satisfait de ma belle cicatrise (...) mais si je vais dans une piscine c'est pour faire le mérou en serrant les dents : impossible de nager pour le moment.

Tes démarches m’intéressent donc également.

Junior
  

Bonjour,

je suis tombé par hasard sur le forum (en faisant des recherches)

@Junior: Il y a une différence, le syndrome des scalènes est "compris" dans le SDB. C'est-à-dire que le SDB comprend un ensemble de problèmes.

Pour ma part je ne nage pas (sauf quand je suis en vacances
mais je fais du Trail (courses de longue distances avec beaucoup de dénivelé) moi j'ai commencé à me plaindre après que l'on m'ait changé de position de bureau (mars 2011) mon coude s'est retrouvé dans le vide, et comme je suis de nature à m'en foutre de tout je me suis dit un de ces quatre je vais demander que l'on me rechange le bureau de position,... il aura fallu 10 mois et la survenue de mon problème.

Les médecins m'ont dit que j'étais stressé,... et que je devais me calmer, et ils m'ont prescrit des calmants,... la prescription est toujours dans un tiroir.

Continuant à me plaindre on a fait tout une série de test sanguins (tous négatifs),... Doppler en octobre négatif,... IRM le 24 novembre lui aussi négatif,... 3 décembre 2011 course nocturne la SaintElyon (68 kilomètres de course à pied et pour la rendre un peu plus difficile de nuit) au bout de 30 kilomètres mon bras avait doublé de volume, je termine la course je m'en vais aux urgences et ils me disent "vous êtes passé à coté de votre tombe" Thrombose,... ou Syndrome Pagget-schroetter (aussi appelé "Thrombose à l'effort")

Après avoir lu des tonnes de documents sur le net j'arrive à la conclusion suivante :

Ce qui à déclenché mon problème dans mon cas c'est plusieurs petits "problèmes" :

- Le changement de position bureau
- la perte de poids (je suis passé de 78 kilos à 68 kilos, sur un an)
- l'augmentation des kilomètres (60 kilomètres semaine à plus de 100 kilomètres)
- le sac à dos (même s'il ne fait que 3 kilos remplis avec 2 litres d'eau) il a eu le "mérite" de tirer mes épaules en arrière, donc compresser le Plexus.
- le stress très certainement (problèmes lié à la vie privé et qu'il faut gérer), je contracte la mâchoire, je fais du bruxisme,...
- Je suis assez raide de nature, la course à pied n'aide pas

Qu'est-ce que j'ai fais depuis la thrombose ?

Je sais faire des piqûres tout seul
héparine oblige j'ai du apprendre à les faire au lieu d'aller à l'hôpital tout les jours.
6 mois d'anticoagulants.

- J'ai corrigé la bureau.
- Je suis toujours assis comme un imbécile au bureau, pendant plus de 8 heures par jours. (difficile à changer des habitudes qui se sont installées depuis des dizaines d'années, je pense que c'est le plus dur à corriger,... chassez le naturel et il revient au galops)
- J'ai des épaules tombantes.
- Je ne fais pas suffisamment d'exercices pour me décontracter les muscles, à part le "foam roller"
- je ne dors plus sur le ventre, car on a tendance à passer les bras au-dessus ou sous de la tête, donc on compresse.
- J'essaye de me tenir droit quand je mange,...
- le maître mot c'est "posture, posture, posture"
- trouver les exercices adéquats (ce n'est pas évident, surtout si vous êtes livré à vous même.)
- Les médecins ont du mal car ils n'y croient pas, de plus quand vous leur dite "sur internet j'ai lu que... ils piquent une crise"
-Les médecins recherchent une maladie,... et ce n'est pas une maladie mais un problème musculo-squelettique

Donc je pense que chez vous la nage joue très certainement son rôle mais n'oubliez pas tout les autres facteurs qui peuvent aggraver la situation.

Bonne soirée

Sopho
 

 

Répondre au message

Votre pseudo
Votre email
Sujet :
Message
 

Précédent | Retour | Suivant